Search Results for 'arxiv'

Une subvention pour la gouvernance d’ArXiv

La bibliothèque de l’Université Cornell vient de bénéficier d’une subvention de la Simons Foundation pour assurer la viabilité d’ArXiv, l’archive ouverte de référence en sciences. En janvier 2010, la bibliothèque avait attiré l’attention de la communauté scientifique internationale sur la nécessité de trouver un financement pour assurer le fonctionnement et l’évolution de l’archive. Plus de 300 000$ avaient été trouvés dans l’année, auprès des universités et établissements de recherche les plus utilisateurs de l’archive.
Cette subvention, d’un montant de 60 000$, financera le travail sur le modèle économique de l’archive, et sur sa viabilité à long terme ; elle vise en effet à :
« – développer un ensemble de principes de fonctionnement pour arXiv et solliciter l’avis d’acteurs-clé
– affiner le modèle économique institutionnel et le prévisionnel budgétaire
– déterminer un modèle de gouvernance et des règles définissant clairement les rôles et les responsabilités de la bibliothèque et de ses partenaires
– mettre en place un premier conseil de gouvernance, reflétant les niveaux de contribution financière des principaux acteurs et la communauté scientifique »
Elle vient s’ajouter aux contributions annuelles des établissements.
Le site arXiv support fournit des informations très détaillées sur le montant des contributions, sur les statistiques d’usage et sur les coûts de fonctionnement.
[photo : Jsome1]

Publicités

Déjà 300 000 $ pour arXiv

En janvier dernier, l’Université de Cornell faisait savoir à la communauté qu’elle ne pouvait plus assumer seule le fonctionnement d’ArXiv, l’archive ouverte de référence dans le domaine de la physique et des disciplines associées, et qu’elle allait demander une contribution aux établissements les plus utilisateurs du service.
Où en sommes-nous 10 mois après ? Selon cet article du Chronicle, Cornell pourrait d’ores et déjà compter sur environ 300 000$ de contributions, émanant de 85 institutions. Mais cela risque de ne pas suffire : d’après Anne Kenney, la bibliothécaire de l’Université, les coûts de fonctionnement et d’évolution du service pourraient avoisiner annuellement le demi-million de dollars. La question du modèle économique de cette archive, et des archives ouvertes en général, reste donc posée.
[photo : sonicfour]

2,5% et plus

In the Internet era information will be free, the only question remaining is who pays for that freedom. — Kalev Leetaru

5171649483_dac32e7533_m

 

David Lewis, directeur des BU de l’Indiana University – Purdue University Indianapolis, propose dans le texte « The 2,5% Commitment » de financer une infrastructure commune, nécessaire pour soutenir la science ouverte, en demandant aux bibliothèques d’y consacrer 2,5% de leurs budgets. Elle comprendrait, au minimum, les contributions des établissements :
« 1. Aux projets de logiciels libres qui sous-tendent les initiatives d’open science : Dspace,  Fedora, Hyku, OJS, ArchiveSpace, Islandora…
2. Aux archives disciplinaires : ArXiv, bioRxiv, ou the Humanities Commons
3. Aux grosses bases de données hébergeant des contenus ouverts comme HathiTrust ou l’Internet Archive
4. Aux outils, de Wikipedia à VIVO, en passant par l’Open Access Button ou Unpaywall
5. Aux organisations de conservation telles que le Digital Preservation Network ou l’Academic Preservation Trust
6. Aux ressources éducatives libres telles qu’OpenStax
7. Aux organisations qui soutiennent ces développements, comme DuraSpace, le Center for Open Science, le Public Knowledge Project, l’Open Texbook Network, Impactstory, Orchid, ou Creative Commons
8. Aux organisations de promotion telles que SPARC »

Lewis souhaite aussi fournir une liste des différents outils et initiatives de soutien à la science ouverte, en regard de laquelle les établissements pourraient indiquer leur contribution financière, avec le choix de rendre publique cette information ou pas.

Au delà de la question financière, Lewis souligne qu’il y a une question de mentalité et d’organisation : en effet, malgré une longue tradition de travail en réseau, la mutualisation de capacités financières n’est pas encore entrée dans les pratiques des BU, et encore moins quand il s’agit de financer des structures, et plus seulement d’acheter de la documentation. Il y a un discours à porter auprès des tutelles, pour justifier l’allocation de ressources financières en soutien à des projets de science ouverte, qui n’est pas encore intégré dans les BU (en tout cas en France, du moins je n’en ai pas l’impression).
[Sur cette question d’organisation, on ne peut que faire le lien avec ce qui est en train de se mettre en place avec SCOSS, Sustainability Coalition for Open Science Services, un projet à l’initiative de plusieurs associations de soutien à l’open access et d’associations de bibliothèques. Le principe est assez simple : chaque année, les structures proposant des services en faveur de la science ouverte peuvent candidater pour être éligibles à un financement mutualisé. 2 projets sont sélectionnés par session, que les institutions choisissent de financer selon un barême défini à l’avance ; un genre de crowdfunding institutionnel, en somme. Cette année, Sherpa/Romeo et le DOAJ ont été sélectionnés, soutenez-les !]
La proposition de Lewis contrarie un peu Cameron Neylon, promoteur de longue date de l’open access : pour lui, un financement mutualisé ne peut fonctionner qu’avec un nombre réduit de participants, et nécessite un fort niveau de coordination, difficile à mettre en place au niveau d’un état (en tout cas aux Etats-Unis). Il questionne aussi la définition du pourcentage : qu’est-ce qui est couvert par cette fraction du budget ? Et comment le rationnaliser pour l’expliquer au sein de « la communauté », dans le cadre d’institutions pluri-disciplinaires, qui agrègent une myriade de communautés avec leurs spécificités et où le sens de « la » communauté n’est pas la chose la plus répandue ? Il est néanmoins d’accord avec la majorité des arguments de la proposition de Lewis, et conclut :
« Je pense que l’objectif est sur-évalué. Il demande à ce que trop d’universités participent, il implique des risques politiques à la fois internes et externes qui sont exactement ceux qui ont ralenti l’implémentation de l’open access. Il suppose un pouvoir sur les budgets, et le consentement implicite des universitaires, qui n’existent vraisemblablement pas et sont pratiquement impossibles à obtenir, et les masque derrière un petit pourcentage. Obtenir ce petit pourcentage demande quand même une grande coordination entre de nombreuses institutions, et il me semble peu probable d’y arriver.
Et en même temps cet objectif est loin d’être assez ambitieux. Si l’on veut vraiment transformer la communication scientifique en passant d’une logique de contrats de service à une logique de plateformes partagées, alors se contenter de cibler 2,5% est voué à l’échec. Personne ne sait quel devrait être le chiffre idéal, mais il me semble clair que si nous voulons faire des économies, il faut partir sur un pourcentage élevé. Nous avons besoin d’une optimisation systémique, qui nous permette de récolter les bénéfices de l’offre commerciale, y compris le capital extérieur, la qualité du service et la concurrence, tout en conservant progressivement une plus grande part des normes, des plates-formes et des mécanismes d’échange dans la sphère communautaire.

Passer d’une logique d’acquisition à une logique d’investissement est une façon d’ y parvenir. »

Demandes de retrait de l’APA : ça ne passe pas

Choc dans la communauté des psychologues cette semaine :
14414514303_7f2ed6880f_ml’American Psychological Association, l’APA, qui a lancé il y a quelques mois un projet pilote visant « à repérer et à supprimer les articles des revues de l’APA illégalement diffusés en ligne », a envoyé à ses auteurs des demandes de retrait des articles qu’ils avaient eux-mêmes mis en ligne, sur leurs sites web personnels ou sur des sites institutionnels.

Légalement, l’APA a tout à fait le droit de faire ce type de demande aux auteurs, puisqu’elle détient tous les droits sur les articles. En terme de relations publiques et d’image vis à vis des auteurs cependant, cette opération s’est avérée plutôt néfaste : de nombreux auteurs ont exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux, obligeant l’APA a rectifier le tir dans un communiqué de presse indiquant qu’elle allait concentrer ses efforts sur les sites de partage pirates, et que le dépôt dans les archives ouvertes ou sur les sites non-commerciaux cadrait bien avec sa politique en faveur du partage de la science – car à la base, l’APA est bien référencé dans Sherpa/Romeo comme un éditeur « green ».

Cette mauvaise opération de relations publiques a paradoxalement un effet positif : la polémique a ainsi (re)mis sous les yeux des chercheurs, qui ont tendance à les ignorer, les questions liées à la cession de leur droits aux éditeurs, et leur a rappelé qu’ils gardaient leurs droits sur leurs versions auteur, et pouvaient les déposer sur des archives ouvertes ou des seveurs de pre-prints, comme PsyArXiv par exemple.

Parmi les commentaires sur cette affaire, il est fait à plusieurs reprises référence à initiative PsyOA qui promeut, comme ses consoeurs de la Fair Open Access Alliance, les principes FAIR : transparence de la gouvernance des revues, maintien des droits aux auteurs, publication en OA avec une licence explicite, pas de publication conditionnée au paiement de frais, et si frais de diffusion il y a, ceux-ci doivent être bas, transparents et proportionnels à l’activité réelle de publication.

Sources :
Authors peeved by APA’s article takedown pilot par Aggie Mika in The Scientist
APA starts monitoring unauthorized internet posting of published articles sur Scinoptica
Is the APA tying to take your science down ? chez Alex Holcombe
[Photo : APA 2014 par George Reyes]

Les pre-prints en 10 points

4069417645_570914e701_zUn pre-print est une contribution scientifique non validée par les pairs, qui peut être destinée à la publication (mais ce n’est pas une obligation). Les initiatives autour des pre-prints se multiplient ; Philip Bourne, Jessica Polka, Ronald Vale et Robert Kiley présentent en 10 points l’intérêt des pre-prints aujourd’hui :

Les pre-prints accélèrent la diffusion des connaissances : ils permettent de s’affranchir des délais longs de la publication (comptez en moyenne 9 mois entre la soumission et la publication d’un article dans une revue).

Les pre-prints rendent possible une science ouverte (« open science ») et améliorent la communication scientifique : ils ne sont pas soumis aux contraintes du copyright et leur consultation n’est pas restreinte, ils peuvent être fouillés par des programmes informatiques.

Les pre-prints fournissent du contenu scientifique qui serait perdu sans cela : un sujet qui n’a pas trouvé son public au moment où il a été traité, les travaux d’un étudiant ayant changé d’établissement, des résultats négatifs : ces contenus ne seront pas forcément publiés dans une revue, ils peuvent néanmoins servir à la communauté. « Oui mais ils ne sont pas validés ! » – certes, mais ni plus ni moins que les échanges dans les congrès, ou les blogs scientifiques…

Les pre-prints ne sont pas synonymes de mauvaise qualité : ce sont des contributions diffusées publiquement, qui peuvent être citées, et mettent en jeu la réputation de leurs auteurs, qui ont donc tout intérêt à diffuser des contenus de qualité – c’est en tout cas ce que l’on constate sur arxiv et biorxiv.

Les pre-prints permettent une évaluation rapide des résultats controversés : leur diffusion publique permet la discussion, le repérage des erreurs, la correction des données. Les NIH ont ainsi pu obtenir une vision très complète et très documentée de résultats controversés.

Les pre-prints n’empêchent pas forcément la publication : au vu de cette liste des politiques éditoriales concernant les pre-prints, on constate que peu d’éditeurs refusent des contributions au motif qu’elles ont déjà été déposées sur un serveur de pre-prints. La tendance est même plutôt à l’ouverture aux pre-prints, avec le développement de passerelles entre les serveurs de pre-prints et les outils de soumission aux revues, et d’epi-revues.

Les pre-prints ne mènent pas au plagiat : l’exemple d’arxiv montre que la communauté s’autorégule : des comportements plagiaires ne sont pas tolérés.

Les pre-prints permettent d’enregistrer la priorité : les contenus sont horodatés et publics, garantissant la paternité de leur auteur et leur antériorité dès leur dépôt, ce que ne permettent pas les revues, en raison de la validation par les pairs encore le plus souvent « fermée » et des délais de publication.

Les pre-prints peuvent appuyer les demandes de financement et l’avancement de carrière : les délais de publication sont un handicap, mieux vaut un dossier de financement avec des pre-prints disponibles en texte intégral immédiatement, c’est en tout cas ce qu’indique le fait que les organismes de financement, qui incluent de plus en plus l’intégration des pre-prints dans leurs politiques de subventionnement de la recherche. Concernant l’avancement, on peut imaginer qu’un pre-print assumé par son auteur aurait autant de poids que d’autres publications dans le processus d’évaluation.

Les pre-prints s’adaptent aux usages de leurs communautés : biorxiv par exemple n’accepte pas les papiers comportant des données sur des sujets humains, qui posent des questions d’ordre éthique, juridique et social.

Ten simple rules for considering preprints, disponible sur PEERJ Preprints.

N’enterrez pas les archives ouvertes !

22644657642_80f8c7ae73_zDans ce billet de juillet dernier, « Let IR RIP » (en gros, « Ci-gisent les archives ouvertes institutionnelles »), Eric Van de Velde explique pourquoi, pour lui, les AO sont finies (il se concentre sur les AO d’établissements) :

  • Manque d’enthousiasme des enseignants-chercheurs : ils déposent par obligation, par par choix – on ne peut pas parler d’adhésion à l’OA
  • La gestion au niveau local des AO est déconnectée du fonctionnement plus global des communautés scientifiques
  • Les droits de réutilisation des contenus sont trop restrictifs pour pouvoir permettre une recherche fédérée efficace
  • Les AO ne sont pas suffisamment utilisées comme des outils de recherche (ie comme source de contenus) pour qu’une communauté d’utilisateurs permette d’en améliorer la qualité et les fonctionnalités
  • Le coût de la gestion des AO est disproportionné par rapport aux fonctionnalités limitées qu’elles proposent
  • La logique institutionnelle des AO n’épouse pas la logique de carrière des enseignants-chercheurs
  • Il manque aux AO une couche d’interactivité sociale pour stimuler les échanges entre enseignants-chercheurs
  • Les services autour des AO (type réseaux académiques) sont développés en dehors des institutions, et doivent trouver des modèles de financement alternatifs parfois contestés

Pour l’auteur, les AO ne sont pas la seule manifestation du green OA : les archives personnelles (« personal repositories »), les archives disciplinaires ou centralisées (il cite Arxiv et Pubmed) et les réseaux sociaux académiques sont d’autres véhicules de la voie verte.
22390839653_18d7c28799_zJe ne suis pas d’accord avec la totalité de l’argumentaire, dont certains éléments ne sont pas spécifiquement liés aux AO locales (la faible adhésion, les droits, les usages), ni avec sa conclusion : je vois mal comment un chercheur qui n’est pas motivé pour déposer un article dans une AO aurait subitement les capacités, l’envie et le temps de mettre en place son archive perso – et quelle belle opportunité de service à développer pour les acteurs privés ! -, et j’ai l’impression que la visibilité se travaille plus au niveau du laboratoire que du chercheur, en tout cas c’est ce que je perçois dans les échanges au sein de mon institution. On a aussi déjà dit ailleurs que les réseaux sociaux, ce ne sont pas des AO (et inversement), et le récent passage d’Academia a un modèle premium le confirme. Sur les 2 derniers griefs : il me semble que l’intérêt des AO locales est bien de pouvoir développer des services personnalisés pour sa communauté (après ils gagneraient peut-être à être mutualisés et rendus plus visibles, mais c’est une autre histoire), et un des moyens pour avoir des fonctionnalités sociales ne serait-il pas plutôt de développer des connecteurs avec les réseaux existants, au lieu de réinventer la roue ?

[Photos : Martine, Frédéric Bisson]

Le marché du mardi n°48

Comme ça fait très très longtemps que je n’ai pas fait de marché, certains items risquent d’être un peu datés, tant pis !

9255775520_2101d29187_mRecherche stuff
– L’European research council, la crème de la recherche européenne, est le premier organisme de financement de la recherche européen à participer au financement d’arXiv (il finance déjà une partie de PubMedCentral Europe).
Lazy Scholar, une extension Chrome qui va vérifier la disponibilité des articles sur Google Scholar
Academic torrents, comme son nom l’indique, propose de l’espace pour stocker et partager de la donnée scientifique
– Récente découverte pour moi, la série « Keeping up with… » proposée par l’ACRL aborde tous les mois un thème dans l’air du temps, sous une forme synthétique qui ne pourra que plaire aux décideurs : introduction, problématiques et enjeux, conclusion. Les thèmes depuis janvier : Altmetrics, Réalité augmentée, MOOCs. A rapprocher de la série « 7 things you should know about » d’Educause ; bon sang mais pourquoi personne ne produit ce genre de synthèses ici ? Ah oui, il y a bien les fiches pratiques de l’Enssib, que peu de gens connaissent, et qui sont, pour près de la moitié, consacrées à la conservation des fonds patrimoniaux…
– Tiens, voilà quelquechose qui pourrait s’approcher d’une fiche de veille : Les mégarevues, par le blog sur le libre accès de l’Inist
– Intéressante initiative chez Opening Science, avec la publication d’un guide « évolutif » sur l’impact d’internet sur la recherche et l’édition scientifique (« Opening Science: The Evolving Guide on How the Internet is Changing Research, Collaboration and Scholarly Publishing« ) : on peut accéder à la version éditable, acheter la version papier ou bien lire une version stabilisée chez Springer.

Pédago stuff
9252985215_233665e9f4_m– J’en ai déjà parlé, la collection s’étoffe : Open Stax propose désormais une dizaine de manuels en open access, en pdf ou en epub.
– Sans doute des idées à prendre dans le student guide to social media mis au point par les universités de Leeds, Manchester et York.
– Un truc (simple) pour faire un pdf unique à partir de plusieurs pdf, sur Mac.

Biblio stuff
– L’association of research libraries (ARL) a une chaîne sur Youtube ; on peut y retrouver la série de webcasts du projet Libvalue.

[Photos : Saint Rémy de Provence Tourisme]

Les effets des big deals

« The big deal and the damage done » : dans ce dernier ouvrage, Walt Crawford a étudié les dépenses budgétaires des BU américaines sur la période 2000-2010. Il montre de façon flagrante comment les « big deals », censés au départ aider les bibliothèques à élargir leur offre documentaire électronique pour un surcoût limité, les contraignent désormais à restreindre le reste de leur offre. Quelle que soit la taille de l’établissement, les budgets dédiés aux documents imprimés connaissent une baisse continue, alors que ceux des revues électroniques ne cessent d’augmenter… Pourtant, l’édition continue à produire de nombreux ouvrages chaque année, et les activités de recherche comme d’enseignement continuent à s’appuyer aussi sur les livres et autres documents imprimés, ou sur les revues des petits éditeurs ; seulement, les bibliothèques sont coincées par les « big deals », qui ne leur laissent plus aucune latitude documentaire. Il conclut :
« Si les choses continuent au rythme qu’elles ont connu entre 2000 et 2010, le dommage risque d’être irréparable, et un nombre croissant de bibliothèques risquent de devenir guère plus que des dispositifs de fourniture d’articles subventionnés. »
51754572_9c7dd86fd3_mLe livre est disponible au format ebook ou en POD chez Lulu.com.

Par ailleurs, Andrew Odlyzko s’intéresse aussi à la question dans Open Access, library and publisher competition, and the evolution of general commerce, et son analyse n’est pas non plus très optimiste :
« Les débats sur l’économie de la communication scientifique sont habituellement consacrés à l’Open Access, à l’augmentation du coût des revues, aux profits des éditeurs, aux boycotts. Ceci ne tient pas compte de ce qui semble être un des développements bien plus importants de ce marché. Les éditeurs, grâce aux offres souvent décriées que sont les « big deals », fournissent des accès plus larges et plus égalitaires à la littérature scientifique, ce qui se rapproche d’un véritable Open access. En même temps, ils marginalisent les bibliothèques, et récupèrent une part considérable des ressources dédiées à la communication scientifique. Cela leur permet de continuer à faire des profits, tout en maintenant ce que l’on appelle de puis plusieurs décennies « l’escalade intolérable du prix des revues ». Cela freine également l’expansion de l’Open Access, et conduit vraisemblablement à un oligopole d’éditeurs contrôlant la diffusion [de la recherche scientifique] au moyen de contrats de licence à grande échelle.
Il est intéressant d’étudier le phénomène des « Big deals » pour plusieurs raisons. La façon dont les éditeurs parviennent à diminuer le rôle des bibliothèques est un des indicateurs de l’amplitude et de la vitesse à laquelle les universités sont en train de se transformer. De plus, ces « Big deals » semblent montrer la direction vers laquelle s’oriente le futur de toute l’économie, qui se caractérise par un déclin de la vie privée, une augmentation de la discrimination par les prix, une augmentation de l’opacité des modèles tarifaires, une dépendance croissante au travail peu ou pas payé d’autres acteurs pour générer des bénéfices, et des modèles économiques qui dépendent de l’inertie des consommateurs. »
[photo : Jeff Werner]

L’avenir incertain des revues hybrides

5072374484_f38486434c_mBjörk et Solomon se sont intéressés à l’offre de revues hybrides (des revues sur abonnement qui proposent la possibilité de diffuser en accès ouvert, moyennant le paiement de frais de publication, des articles à l’unité. C’est de l’open access limité, puisque seuls ces articles sont accessibles librement, et pas la totalité de la revue ou du numéro). Ils ont étudié une quinzaine d’éditeurs, et suivi l’évolution des données entre 2009 et 2012. Ils en rendent compte dans « The hybrid model for open access publication of scholarly articles: A failed experiment ? » :
Première info intéressante, une idée de la volumétrie (données 2012) : les revues hybrides, ce sont 4381 titres, dans lesquels ont été publiés plus de 12000 articles. L’article ne dit pas combien de titres ont effectivement été concernés, on imagine que certains titres ont attiré plus d’articles que d’autres. 12000 articles, c’est en gros ce que publie PLoS à lui seul par an…
Les tarifs ensuite : plus élevés chez les éditeurs commerciaux que chez les sociétés savantes, ils tournent autour de 3000$. Un élément est à prendre en compte cependant : les accords négociés par les universités ou leurs bibliothèques pour leurs abonnements peuvent donner droit à des remises sur les frais de publication (Springer, Oxford University Press). Du coup, un glissement dans le choix du lieu de publication peut s’opérer avec ces accords institutionnels : ce n’est plus l’auteur qui décide, mais l’institution qui incite.
En ce qui concerne les disciplines : sans surprise, les disciplines des sciences « dures » (sciences, techniques et médecine, STM), notamment la médecine, sont les plus représentées (dans les titres et dans les articles publiés). Le fait de payer des frais de publication est une pratique plus répandue en STM (PNAS), et les laboratoires ont souvent plus de moyens financiers qu’en SHS. Un bémol cependant pour la physique : les habitudes de dépôt et de consultation des articles dans Arxiv relativsent l’intérêt d’une publication dans une revue hybride.
L’environnement éditorial joue aussi dans le choix du lieu de publication : au sein d’une même discipline, s’il existe d’autres revues entièrement OA, le tarif des APC d’une revue hybride parfois moindre que pour les revues « full OA », peut faire pencher la balance. Enfin les outils et les stratégies de marketing en terme de visibilité mises en place par les éditeurs revêtent une certaine importance : la mise en valeur des articles sur les plateformes est un facteur d’adhésion des auteurs (Royal Society).
La conclusion de l’article est sans appel :
« Le meilleur moyen de faire décoller rapidement ce modèle serait de réduire considérablement les coûts. Mais cela risquerait d’avoir un effet négatif sur les revenus provenant des abonnements. Comme le coût marginal de proposer une offre hybride est très faible, les éditeurs vont vraisemblablement les maintenir dans un futur proche. Mais la tendance qui semble se dessiner, parallèlement, est le lancement de nouvelles revues entièrement en accès ouvert, avec une couverture disciplinaire plutôt large et des APC relativement raisonnables. La conclusion générale de cette étude est que l’expérience du modèle hybride, au moins en ce qui concerne les « gros » éditeurs, et selon le niveau de tarification actuel, est un échec en tant que moyen d’augmenter significativement la volumétrie d’articles en accès ouvert, et que ce modèle restera un phénomène très marginal dans le paysage de l’édition scientifique. »
[photo : CIMMYT]

Retour vers la communauté

2961793878_a39179fcb4_mSigne des temps ? Effet de la crise ? Deux outils de référence s’appuyant jusqu’ici sur des bibliothèques universitaires vont changer de modèle économique :
ArXiv tout d’abord : souvenez-vous : après avoir alerté la communauté scientifique internationale sur ses difficultés de financement, la bibliothèque de l’université de Cornell, qui héberge et fait tourner la base, avait mis en place un système de financement assuré par les contributions des 100 établissements les plus utilisateurs, et bénéficié d’une subvention de la fondation Simons pour trouver un modèle économique durable et organiser la gouvernance d’ArXiv. En août dernier, la bibliothèque de l’université a annoncé avoir conclu un accord, toujours avec la fondation Simons, pour l’obtention d’un cofinancement à hauteur de 300 000 dollars annuels pour subvenir au fonctionnement d’Arxiv, pour la période 2013-2017. L’autre partie du financement est fournie par les contributions volontaires des établissements (représentant 285 000 dollars), qui semblent estimer cette participation légitime : la majorité d’entre eux s’est déjà engagée pour 5 ans.
– Le DOAJ ensuite : la direction des bibliothèques de l’université de Lund vient de communiquer un prochain changement d’opérateur pour l’annuaire mondial des revues en libre accès. En effet, elle a passé un accord avec la société d’intérêt communautaire britanique « Infrastructure Services for Open Access » (IS4OA), qui va assurer la gestion et le développement du DOAJ à partir de 2013. Lars Bjørnshauge, ancien directeur des bibliothèques de l’université de Lund, et à l’origine du projet, vient d’être nommé directeur général du DOAJ au sein d’IS4OA. Au programme des évolutions à venir : l’amélioration des critères d’accès au DOAJ, l’extension à d’autres pays du modèle contributif expérimenté depuis 2 ans avec la France, la Turquie et la Grèce pour la pré-selection des revues et la traduction du site, une collaboration avec les éditeurs pour l’amélioration de la qualité de leurs métadonnées.
Dans les 2 cas, c’est le choix de la communauté qui a été fait : on passe d’un fonctionnement centralisé, nécessaire sans doute à l’impulsion d’un projet, à une organisation plus déconcentrée, qui permet d’inscrire la gouvernance du projet dans le long terme.

[photo : MarilynRP]

Page suivante »


mars 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités