Posts Tagged 'veille'

CHARLESTON CONFERENCE 2017 ‘WHAT’S PAST IS PROLOGUE’

Marlene’s corner ouvre ses colonnes à l’international : Marc Martinez (@tunguska69), directeur du SCD de Lyon 3, a gentiment accepté de nous faire un retour sur l’édition 2017 de la Charleston Conference, l’une des plus importantes manifestations professionnelles aux Etats-Unis.

flag_of_south_carolina

And you may ask yourself, well how did I get there? [1]

La 37e édition de la Charleston Conference – Issues in book and serial acquisition a eu lieu dans la capitale de la Caroline du Sud aux États-Unis du 8 au 10 novembre 2017 sous le mot d’ordre : What’s past is prologue. Sous ce titre énigmatique s’est déroulé un événement professionnel d’une richesse insoupçonnée de l’autre côté de l’Atlantique, organisé par Casalini libri, la revue Against the grain et la Charleston company  Il était dès lors tentant et intéressant d’aller voir in vivo comment se présentaient les tendances de fond pour les bibliothèques et leur écosystème outre-Atlantique.

Size matters

La première surprise est… de taille : celle de la conférence. Même compte tenu de la différence de taille des pays et d’effectifs des corps de professionnels des bibliothèques et de la documentation, je m’attendais à une conférence du volume de celle que tient LIBER annuellement, avec une jauge autour de 400 à 600 présents. Loin de là : 1 800 personnes au total étaient présentes sur les trois sites de la conférence dans downtown Charleston. L’Attendee roster, qui recense les participants, est un document d’une bonne centaine de pages à lui seul. C’est, pour donner un ordre de grandeur, plus de quatre fois le volume d’un congrès ADBU et on se rapproche, en termes de fréquentation, de la conférence mondiale de l’IFLA[2]. C’est grand, c’est XXL même et on est un peu perdu au début dans le dédale d’interventions simultanées, d’événements périphériques et associés, de lieux divers dans la ville mais on finit par s’y retrouver : l’organisation est sans failles et l’accueil (bénévole en grande partie) efficace et souriant, toujours prêt à sortir d’embarras le collègue français peu au fait de l’environnement local.

We’re in this together [3]

La seconde différence d’importance est plus discrète à se manifester mais n’en est pas moins frappante et colore l’ambiance et les débats de la conférence. Sur les 1790 participants, 934 seulement sont bibliothécaires ou professionnels de la documentation ; les 856 autres sont des fournisseurs, qui représentent donc près de la moitié du public (47,8%). Je dis bien qu’ils font partie du public, car ici pas de dichotomie marquée bibliothécaires / fournisseurs, ni de stands bien alignés permettant de séparer secteurs public et marchand : la conférence s’adresse autant aux fournisseurs qu’aux collègues. Des fournisseurs au demeurant très variés : à côté des bataillons serrés envoyés par les Elsevier, Springer, Sage et autres Gale, les sociétés savantes, les éditeurs, les fabricants de matériel et développeurs de logiciels se pressent dans les allées, les salles et autour des buffets et cafetières.

Peu ou pas de stands donc et peu de démonstrations de produits ou services, si ce n’est quelques déjeuners stratégiques organisés par les grands groupes à destination d’un public choisi de décideurs de l’IST nord-américain. La conférence est l’occasion pour ces deux publics que nous avons l’habitude en France de considérer assez strictement disparates de se mêler de manière informelle et aisée.

Même savant mélange à la tribune où bibliothécaires, universitaires et acteurs privés cohabitent souvent sans inconvénient visible.

How to disappear completely [4]

Parmi les bibliothécaires, douze pays étaient représentés par 63 collègues, en périphérie de l’écrasante majorité de participants US. La répartition géographique fait une place prépondérante au voisin canadien et relègue les participants du reste du monde (y compris européens) au statut d’épiphénomène statistique (moins de 30 personnes).

Parmi les locaux de l’étape, on retrouve évidemment les grandes bibliothèques universitaires du pays mais aussi une bonne partie du réseau de collègues travaillant dans des colleges de plus petite taille et renommée, voire des documentalistes travaillant dans certaines grosses high schools (l’équivalent approximatif de nos lycées) – une représentation professionnelle plus large donc que celle fréquentant ce type de manifestation sous nos latitudes.

To the point

Durant les trois journées de la conférence, les interventions, tables rondes et débats ont roulé sur des sujets subtilement différents de ceux auxquels on est exposé en Europe. Dédiée à l’origine aux problématiques d’acquisition et de gestion des collections d’ouvrages et de revues, aujourd’hui étendues au management stratégique des collections et ressources, la Charleston conference a vu ses thèmes évoluer vers des préoccupations plus larges : l’évolution des bibliothèques universitaires et de recherche  au 21e siècle ; les technologies de l’édition scientifique ; les questions d’éthique des publications ; le rôle croissant de l’intelligence artificielle dans les écosystèmes documentaires font partie des sujets abordés lors de cette édition. Les questions de ressources humaines et financières sont présentes mais à un degré moindre qu’en France, du fait d’un système de recrutement et d’un cadre d’emploi reposant sur des principes sensiblement différents et d’une situation financière globalement plus favorable – même si les problématiques de contrôle des coûts de la documentation électronique sont aussi réelles qu’en Europe.

Quand l’open access et les différentes facettes de la science ouverte constituent de plus en plus la trame de fond des conférences professionnelles généralistes françaises ou européennes, le programme de la Charleston conference met en valeur les  : d’un côté Elsevier / Bepress intervenant deux fois (une pour désamorcer les craintes nées du rachat de Bepress par Elsevier l’été précédent, la seconde en duo avec une bibliothécaire de l’Illinois pour vanter l’intégration de Bepress sur le site web de l’université) ; à l’autre extrémité de l’échelle de taille d’entreprises, les présentations de sociétés comme Yewno ou Atypon, là encore de concert avec universitaires et bibliothécaires.

Une place particulière est accordée aux questions juridiques, qu’il s’agisse de copyright, du régime de propriété des données ou des conditions juridiques dans lesquelles les bibliothèques nord-américaines rendent leurs services à leurs usagers. Une session plénière en matinée, intitulée The long arm of the law y est consacrée, avec entre autres un compendium des litiges et affaires intéressant les bibliothèques portés devant les tribunaux. Une enseignante de droit et un avocat spécialiste de la propriété intellectuelle animent la matinée, modérée par une collègue du Center for research libraries. L’intervention (chantée par moments !) de l’avocat William Hannay sinon le moment-clef. En dehors des remises de prix et des ouvertures ou clôtures de sessions, la conférence ne compte que six interventions en formation plénière, parfois de durée réduite. Le véritable show monté par Bill Hannay a été l’intervention la plus suivie, celle qui a entraîné les réactions les plus vives de la salle et a produit en bouquet final un chœur improvisé (et souvent faux on doit l’avouer) de presque 500 bibliothécaires chantant – sous la houlette d’un avocat d’affaires – les aventures d’un fichier musical numérique sous DRM !

Famous last words

Au total, un éclairage partiel, plus un instantané qu’un panorama, sur les tendances professionnelles et l’évolution de nos structures et métiers telles que les voient les collègues nord-américains et leurs fournisseurs et partenaires privés. Il paraîtrait utile que la Charleston conference figure de manière plus visible dans les agendas des collègues impliqués dans les actions et la veille internationales : c’est à mon sens, pour les bibliothèques universitaires et de recherche au moins, un des endroits où prendre le pouls de nos métiers et où sont délinéés  leurs devenirs.

[1] Motto d’une des présentations

[2] Pour référence, la fréquentation des dernières conférences mondiales IFLA a été : 2017 (Wroclaw, Pologne) : 3000 ; 2016 (Columbus, États-Unis) : 3200 ; 2015 (Cape Town, Afrique du Sud) : 2100 ; 2014 (Lyon, France) : 2600 ; 2013 Singapour : 2100.

[3] We’re in this together – NIN

[4] How to disappear completely – Radiohead

Publicités

Le marché du mardi n°48

Comme ça fait très très longtemps que je n’ai pas fait de marché, certains items risquent d’être un peu datés, tant pis !

9255775520_2101d29187_mRecherche stuff
– L’European research council, la crème de la recherche européenne, est le premier organisme de financement de la recherche européen à participer au financement d’arXiv (il finance déjà une partie de PubMedCentral Europe).
Lazy Scholar, une extension Chrome qui va vérifier la disponibilité des articles sur Google Scholar
Academic torrents, comme son nom l’indique, propose de l’espace pour stocker et partager de la donnée scientifique
– Récente découverte pour moi, la série « Keeping up with… » proposée par l’ACRL aborde tous les mois un thème dans l’air du temps, sous une forme synthétique qui ne pourra que plaire aux décideurs : introduction, problématiques et enjeux, conclusion. Les thèmes depuis janvier : Altmetrics, Réalité augmentée, MOOCs. A rapprocher de la série « 7 things you should know about » d’Educause ; bon sang mais pourquoi personne ne produit ce genre de synthèses ici ? Ah oui, il y a bien les fiches pratiques de l’Enssib, que peu de gens connaissent, et qui sont, pour près de la moitié, consacrées à la conservation des fonds patrimoniaux…
– Tiens, voilà quelquechose qui pourrait s’approcher d’une fiche de veille : Les mégarevues, par le blog sur le libre accès de l’Inist
– Intéressante initiative chez Opening Science, avec la publication d’un guide « évolutif » sur l’impact d’internet sur la recherche et l’édition scientifique (« Opening Science: The Evolving Guide on How the Internet is Changing Research, Collaboration and Scholarly Publishing« ) : on peut accéder à la version éditable, acheter la version papier ou bien lire une version stabilisée chez Springer.

Pédago stuff
9252985215_233665e9f4_m– J’en ai déjà parlé, la collection s’étoffe : Open Stax propose désormais une dizaine de manuels en open access, en pdf ou en epub.
– Sans doute des idées à prendre dans le student guide to social media mis au point par les universités de Leeds, Manchester et York.
– Un truc (simple) pour faire un pdf unique à partir de plusieurs pdf, sur Mac.

Biblio stuff
– L’association of research libraries (ARL) a une chaîne sur Youtube ; on peut y retrouver la série de webcasts du projet Libvalue.

[Photos : Saint Rémy de Provence Tourisme]


juin 2018
L M M J V S D
« Avr    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités