Posts Tagged 'signalement'

Méga-autorat : qui fait quoi ?

2385193167_b654c17189_mDans son billet Does mega-authorship matters ? , Stephen Heard s’intéresse au phénomène du « méga-autorat » (je n’ai pas trouvé mieux pour traduire « authorship ») qui touche une frange croissante de la production scientifique mondiale.
Il commence par souligner que la question n’est pas nouvelle, puisque depuis les années 2000, 90% des articles ont des auteurs multiples, et que le nombre des articles à plus de 50 auteurs augmente régulièrement depuis la fin des années 90. Il n’est ainsi pas rare de voir passer des articles avec plusieurs centaines de co-auteurs, dont la liste est plus longue que l’article lui-même.
Dans certaines disciplines, c’est même une politique assumée d’associer comme auteur tous les intervenants d’un projet (les chercheurs, les ingénieurs, les techniciens, etc). La physique fonctionne sur ce modèle : les équipes CMS et ATLAS, qui collaborent sur l’accélérateur de particules du CERN (le Large Hadron Collider, LHC) ont ainsi produit en mai 2015 un article attribué à pas moins de 5184 auteurs

Qu’est-ce qu’un auteur scientifique ?
Cette politique « d’autorat collaboratif » remet en cause la notion « d’autorité » telle qu’elle est conçue jusqu’ici. S. Heard rappelle que l’International Commitee of Medical Journals Editors (ICMJE, 2014) définit la qualité d’auteur pour le domaine médical selon les 4 critères suivants :

« – Contributions substantielles à la conception ou aux méthodes de la recherche ou à l’acquisition, l’analyse ou l’interprétation des données ; ET
– Rédaction préliminaire de l’article ou sa révision critique impliquant une contribution importante au contenu intellectuel ; ET
– Approbation finale de la version à publier ; ET
– Engagement à assumer l’imputabilité pour tous les aspects de la recherche en veillant à ce que les questions liées à l’exactitude ou l’intégrité de toute partie de l’œuvre soient examinées de manière appropriée et résolues. »
Si cette définition peut tout à fait s’étendre à la plupart des autres champs scientifiques, il est cependant fort peu probable que les équipes travaillant sur le LHC puissent remplir toutes ces conditions, ni même qu’elles y aspirent : la pratique fait évoluer, dans certaines disciplines, la notion d’auteur vers quelquechose de plus large, de plus inclusif, de plus collectif.

Les problèmes que ça pourrait poser
Trop d’auteurs tue l’auteur : la responsabilité scientifique est diluée, l’intégrité des résultats est questionnée, la traçabilité de la démarche est complexifiée…  Et quid de la promotion, de la carrière individuelle du chercheur dans tout ça ?
Pour Stephen Heard, il n’y a pas vraiment de risque scientifique dans la mesure où la démarche est connue et assumée par tout un champ disciplinaire : si erreur il y a, elle retombera sur tous les auteurs… Et pour la carrière, les physiciens ont trouvé une autre solution : ils ont choisi l’ordre alphabétique. D’autres biais sont réels et plus questionnables : par exemple le positionnement systématique comme auteur du directeur de laboratoire sur toutes les publications produites par le labo, dans certaines disciplines.
[Petite parenthèse : l’ordre des auteurs dans la signature de l’article, c’est important pour la bibliographie du chercheur, mais aussi pour l’attribution de financements]
J’ajoute un autre problème potentiel : le signalement des articles dans les archives ouvertes – vous imaginez le temps pour saisir toutes les affiliations de tous les auteurs pour déposer l’article dans HAL ? 😉

Open Contributorship Badges, une piste pour y voir plus clair
Le billet n’en parle pas, mais des initiatives émergent pour l’attribution plus détaillée du rôle de chacun dans la production de l’article : un projet conjoint d’Harvard et du Wellcome Trust a créé une taxonomie pour identifier le niveau de contribution des auteurs, elle se décline sous forme de badges apparaissant à la fin ou à côté de l’article. Vous pouvez en voir un exemple sur une revue de BioMedCentral ou sur une revue de Ubiquity Press.

Trouver des articles en OA chez Wiley

Suite de mes expériences de repérage des revues et articles en libre accès chez les éditeurs traditionnels (commencées avec Elsevier), avec Wiley. L’éditeur propose du « gold OA », avec une collection de revues libellées « Wiley Open Access », et un programme hybride d’articles en libre accès  financés par l’auteur ou son institution, « Online Open ».
Les revues Wiley Open Access (revues « gold »)
Elles disposent d’un site qui leur est propre, qui explique dès la page d’accueil la nature de la collection, met en avant une sélection de titres, et donne accès à des pages d’explications complémentaires spécifiques pour les auteurs, pour les institutions et les financeurs, pour les sociétés savantes et pour les institutions (avec la liste des établissements disposant d’un « compte OA », leur permettant de gérer le financement des articles de leurs chercheurs). On peut facilement accéder à la liste des 28 titres concernés, qui donne pour chaque titre des liens vers une présentation de la revue, vers les instructions aux auteurs, vers la soumission d’un manuscrit, et vers une zone « pricing information » qui peut déconcerter de prime abord : on n’y retrouve pas de tarifs d’abonnements, mais bien le détail des coûts de publication (les fameux Article Publication Charges, APC). Les articles sont intégrés à la plateforme de publication générale de l’éditeur. La rubrique pour les institutions et les financeurs fournit également du matériel de promotion du service (flyers de présentation des fonctionnalités OA, traduits dans 4 langues, bannières et logos, courriel-type), ainsi qu’une liste des bases dans lesquelles les revues en OA sont indexées et la liste des mandats avec lesquels les revues de l’éditeur sont compatibles. La collection « Wiley Open Access » est présente sur les réseaux sociaux (tag open access sur le blog de l’éditeur, compte Twitter, page Facebook dédiée).

Les articles Online Open
Il s’agit du programme d’accès hybride de l’éditeur : pour un certain nombre de titres accessibles sur abonnement (ce nombre varie, selon les pages que j’ai consultées, de 700 à 1200), il est possible aux auteurs de publier leurs articles en OA, en payant des APC, fixés à 3000$ par article, sauf pour les 62 titres ayant des tarifs particuliers. La FAQ en donne la liste, sans faire de lien direct vers la page d’accueil de chaque revue, où l’on est censé trouver l’information : en fait rien n’indique les tarifs, ni sur la page d’accueil, ni dans les pages de la rubrique « For contributors » – il faut aller sur le formulaire de soumission d’article (« Online Open order form« ) et sélectionner la revue pour en connaître le tarif – franchement on a vu plus convivial.

La recherche
Je n’ai trouvé aucun moyen à ce jour d’isoler les articles en OA dans le moteur de recherche de Wiley Online Library. Dans la liste des résultats les articles sont cependant bien labellisés OA (avec un petit cadenas violet), qu’ils proviennent de revues gold ou que ce soit des articles en OA hybride. Même si on a un lien vers des « demandes d’autorisation » (« Permission requests »), un message très clair annonce que le document est sous licence CC-BY-NC et que seuls les usages commerciaux nécessitent une autorisation. On trouve également des articles « Free », avec un logo de couleur différente : ce billet de 2011 du blog de l’éditeur explique ce que l’on trouve derrière cette mention, qui peut accéder aux articles en question et s’il est possible de réutiliser les données.

En résumé : un accès optimal pour le gold, hasardeux pour l’hybride

S’il est plutôt simple de retrouver des contenus en OA publiés dans les revues gold de Wiley (site dédié, moteur de recherche spécifique, grosse présence de la branche OA de l’éditeur sur les réseaux sociaux), ça se complique pour les articles hybrides : on ne peut que tomber dessus au détour d’une recherche, et pas cibler sa recherche sur ce critère.

Et là je m’étonne : comment se fait-il que l’OA hybride soit si mal signalé ? Alors que, comme le montre l’infographie ci-contre, il y aurait eu (en 2014) plus d’articles en OA publiés dans les revues hybrides que dans les revues gold ? Comment peut-on payer aussi cher pour un service aussi minable insuffisant ?

Serait-ce à dire que le chercheur se borne à publier en OA pour satisfaire aux exigences des financeurs, en se préoccupant uniquement du prestige de la revue et en se désintéressant de l’accessibilité réelle de son travail ? Non, je ne pense pas, mais cela montre bien la nécessité d’une sensibilisation des chercheurs à ces problématiques d’accès (au) public, et l’intérêt d’un travail conjoint chercheur-bibliothécaire sur les questions d’open access.

Localiser des documents en OA

(C’est un billet de 2006, que j’ai mis à jour le 22/07/2015, le système a changé la date de publication inopinément)

Petit cours de rattrapage pour les bibliothécaires en manque d’information sur les archives ouvertes et l’open access :
– le ROAR est le répertoire des archives institutionnelles ouvertes hébergé par l’Université de Southampton. Il en dénombre 635 à ce jour.
– l’OpenDOAR répertorie aussi les archives ouvertes, à l’initiative de l’Universités de Nottingham (UK) et du JISC.
– le ROARMAP est le registre des politiques institutionnelles d’auto-archivage, qui liste les politiques des établissements ayant pris position en faveur de l’archivage (et mis en place une archive)
Sherpa/Romeo est le projet du JISC qui recense les politiques des éditeurs par rapport à l’auto-archivage (ne cherchez pas d’éditeurs français, il n’y en a que 2 : un vert – qui autorise l’archivage des pré & post-prints – (EDP Sciences), et un gris, qui n’autorise rien du tout). ; on y trouve 41 éditeurs français, dont 31 autorisent le dépôt sous une forme ou une autre.
– le DOAJ de l’Université de Lund répertorie les revues en OA (on en est à 2061 10 437 titres, dont plus de 500 6 200 indexés en texte intégral)

Dans la foulée, Peter Suber nous signale qu’Affaires universitaires du mois de mars 2006 fait un point sur l’OA au Canada, extraits :
« […] le potentiel du mouvement en faveur du libre accès ne se réalisera pas par l’imposition de conditions visant à nuire au fonctionnement de petits groupes d’éditeurs de revues. Un effort général est plutôt nécessaire pour faire de l’autoarchivage une habitude et un aspect incontesté du travail de rédaction, tout comme l’est l’ajout de bibliographies et de références à la fin d’un article. »[…]
« Quel est le point de vue des universitaires sur l’autoarchivage? « Les auteurs n’ont pas pris cette habitude, affirme M. Willinsky, de la UBC, en grande partie parce qu’ils cherchent avant tout à publier leurs articles plutôt qu’à les diffuser. » »

Et pendant ce temps là au Wellcome Trust

3178582384_cebb9f124c_mSur le blog du Wellcome trust, on trouve une analyse des coûts, des licences et du signalement des articles financés par cet organisme diffusés en open access pour 2013-2014. Je passe sur les coûts, qui confirment que l’OA hybride est la forme d’OA la plus chère et malgré tout la plus plébiscitée par les auteurs (c’est sans doute là qu’une régulation s’impose), pour m’arrêter sur les questions de signalement et de licences.

Le deal est simple : le Wellcome Trust demande à ce que les articles qu’il finance soient diffusées sous licence CC-BY et versés dans l’archive PubMedCentral. Après vérification, il s’avère que seuls 61% des articles remplissent ces 2 conditions.  En ce qui concerne l’accessibilité sur PMC, il semble que certains éditeurs aient des difficultés à gérer le dépôt automatisé dans la base d’une part, et que leur workflow ne soit pas adapté à ce mode de fonctionnement : en effet, certains éditeurs diffusent les articles en OA avant leur parution « officielle » dans une revue, or PMC n’accepte que la version finale des articles, il faut donc que l’éditeur s’y reprenne à 2 fois, ce qu’il ne fait pas forcément…

Pour les licences, le problème vient le plus souvent d’une mauvaise compréhension des auteurs de ce qui est attendu par le financeur : les articles doivent être diffusés sous licence CC-BY (4.0) et c’est tout, mais l’éditeur propose plusieurs types de licences et au final personne n’y comprend plus rien ; il y a visiblement un travail de pédagogie à faire auprès des auteurs sur ce que sont les licences CC, et des accords à passer avec les éditeurs pour que la licence attendue soit automatiquement appliquée en fonction du financeur.

En résumé, malgré les sommes toujours plus vertigineuses que verse le Wellcome Trust pour la diffusion en accès ouvert de sa production de recherche, le niveau de service fourni n’est toujours pas à la hauteur des attentes, puisque 39% des articles ne remplissent pas les conditions définies par le financeur.

Source : The Reckoning: An Analysis of Wellcome Trust Open Access Spend 2013-14, par Robert Kiley

[Phtoto : Anne Marie Cunningham]

El conditor pasa

ImageAvez-vous déjà entendu parler de Conditor ? Il s’agit d’un projet initié dans le cadre de BSN3, dont l’objectif est de « recenser l’ensemble de la production scientifique de la communauté Enseignement Supérieur et Recherche ». L’idée est donc de faire une grosse base de signalement de la production scientifique française, en récupérant les données là où elles sont déjà (dans le Web of Science, dans les archives ouvertes, dans les réservoirs de littérature grise…) et en s’appuyant sur des référentiels existants (RNSR, IDREF…). La base peut gérer les liens vers le texte intégral le cas échéant, mais ce n’est pas une archive ouverte, on reste bien au niveau du signalement.

Pour avoir une idée de ce que la mise en place d’un tel projet donnerait à l’échelle nationale, une expérimentation a été organisée en 2013 avec un groupe d’établissements pilotes (IRD, INRA, Paris Dauphine, ABES, CNRS, INRIA) : ils ont chacun fourni une extraction de leur archive locale, ou bien donné accès à leur référentiel, pour constituer un corpus de données à analyser.
Les résultats de cette expérimentation ont donné lieu à une restitution la semaine dernière à laquelle j’ai eu l’occasion d’assister, je vous en livre quelques éléments :
– L’expérimentation s’est terminée fin 2013. Il faut améliorer la méthode pour la détection des doublons (28000 repérés dans l’échantillon), pour les appellations des tutelles, pour les liens avec IDREF, pour l’absence d’un tronc commun de métadonnées (qui a donné lieu à un travail de formatage initial très lourd).
– Les points positifs : la volumétrie importante et la variété des signalements et des formats présents dans le corpus expérimental permettent de se rendre réellement compte des difficultés. On réalise que le « tout automatique » est impossible. Le projet est faisable, d’autant plus si les établissements mutualisent les façons de faire, et n’ont plus à saisir dans leurs systèmes que ce qui n’y est pas déjà (la mutualisation telle qu’elle est pratiquée dans le SUDOC a été citée plusieurs fois en exemple).
Les établissements ayant participé à l’expérimentation ont fait un retour sur leur propre expérience, en voici quelques points saillants :
– Conditor comme pivot : l’intérêt d’une base nationale alimentée de façon mutualisée (et qui gère le dédoublonnage) permet de n’avoir plus qu’un seul connecteur à développer pour récupérer la production de son établissement et la reverser dans son archive locale
– Les DOI sont insuffisants pour dédoublonner
– Le matching entre le corpus et le WoS montre les insuffisances de cet outil : 50% des notices du corpus ne figuraient pas dans les résultats du WoS, dont 30% de notices d’articles. Effet collatéral : cela pose question sur la pertinence des analyses de l’OST, qui ne s’appuie que sur des outils commerciaux (WoS et Scopus).
– L’intérêt de la mutualisation est indéniable : l’usage de référentiels communs, la gestion centralisée des opérations de dédoublonnage, les comparaisons entre bases permettront, à terme, de disposer d’une vue d’ensemble claire de chaque communauté de recherche, au-delà des organismes.
Par contre il n’est apparemment pas question d’attribuer à Conditor de budget supplémentaire…
[Photo : Gustavo Duran]

OA hybride : difficile d’en avoir pour son argent

3205861278_77d3081dab_mLe Wellcome Trust a diffusé ces jours-ci la liste des articles en Open Access qu’il a financés en 2012/2013. Facile ainsi d’aller vérifier si lesdits articles sont bien accessibles librement, de préférence avec la mention de la licence qui va bien : les données ont ainsi pu être récupérées puis améliorées (correction du nom des éditeurs dans la liste, par exemple), pour permettre de produire des graphiques et autres tableaux montrant clairement la répartition des dépenses et les coûts des APC versés ; c’est ce qu’a fait notamment Ernesto Priego, qui explique sa démarche dans Quick insights from the Wellcome Trust paid APC 2012/13 dataset.
Les résultats d’Ernesto et d’autres observateurs sont pour le moins mitigés : si une grande partie des articles est bien accessible sans abonnement aux plateformes, on constate des pratiques de signalement hétérogènes :
– La licence n’est pas mentionnée, et remplacée par un « All rights reserved » chez Elsevier, ou, pire, le lecteur est renvoyé vers le formulaire de demande d’autorisation payante : l’éditeur vient de se fendre d’un communiqué à ce sujet, expliquant que leur service technique est en train de mettre à jour ses multiples bases de données pour rectifier le tir d’ici à l’été 2014. C’est la moindre des chose puisqu’il s’avère que l’éditeur a ainsi revendu une douzaine d’articles en OA à une cinquantaine de clients redirigés vers ce fameux formulaire… Peter Murray-Rust râle, à raison : ça fait déjà 2 ans qu’il a signalé le problème ; de la part d’une multinationale de cette taille, on pourrait effectivement s’attendre a un peu plus de réactivité.
– La mention de licence est erronée chez Wiley : elle dit qu’aucune exploitation commerciale n’est autorisée pour des articles pourtant sous licence CC-BY… On peut s’étonner, là aussi, que de grosses sociétés de ce type, avec quand même des moyens, puissent commettre des erreurs si grossières : ce n’est quand même pas compliqué de copier-coller le descriptif des licences depuis le site de Creative Commons, non ?
Plus inquiétant, il semble que l’article avec l’APC le plus élevé (6000£) ait été publié dans une revue qui n’est plus en ligne…

Du coup on peut s’interroger :
– Comment faire respecter les droits des auteurs et des financeurs dans la jungle des revues hybrides ? Il me semble, là comme ça à vue de nez, que les bibliothécaires seraient bien placés pour contrôler l’accessibilité et le respect des licences de diffusion de la production de leurs établissements : ils maîtrisent les outils de repérage des publications type WoS, les plateformes d’accès, et connaissent les licences.
– Est-ce que ces constats, répétés, ne sont pas la preuve que ce modèle n’est bon que pour les éditeurs traditionnels, auxquels il apporte un revenu supplémentaire sans aucun investissement ? Du coup, est-ce que les établissements ne devraient pas refuser de financer les publications dans les revues hybrides, et inciter plutôt au dépôt dans les archives ouvertes ?

Photo : TheoJunior

Trouver des articles en OA sur Science Direct

Les éditeurs commerciaux sautent tous peu à peu dans le train de l’Open Access, en proposant aux auteurs de « libérer » leurs articles : moyennant finance (des frais de publication, « article processing charges » ou « APC »), lesdits articles sont accessibles sans abonnement pour tous. Oui, mais comment repérer ces articles ? En effet, la démarche de libération restant individuelle, les articles en open access sont éclatés dans des revues différentes, du coup, difficile de les retrouver, ou de les compter. J’ai donc décidé d’aller voir de plus près ce que les éditeurs nous proposent en matière de signalement des contenus OA, en commençant par Elsevier.

2880787_817eab9dab_mMéthodologie
Je me suis donc adressée via Twitter à Alicia Wise (@wisealic), responsable des problématiques d’accès chez Elsevier (son véritable titre est « director of universal access »), et lui ai demandé comment trouver le nombre d’articles en OA disponibles sur la plateforme Science Direct ; voici ce qu’elle m’a répondu (en plusieurs tweets) :
– Allez sur la recherche avancée de Science Direct, sélectionnez la recherche experte, puis l’onglet ‘revues’
– Entrez dans le champ de saisie la commande “sponsoredaccesstype(unlimited OR delay)” pour obtenir une liste, qui ne sera pas complète
Alicia m’a également informée de l’existence d’une liste des revues proposant des articles en OA, mais pas de décompte d’articles.
J’ai fait comme elle m’a dit pour afficher une liste d’articles en OA, mais malheureusement il semble y avoir un os dans la syntaxe : j’obtiens le message « The field you have entered is not recognized. Check your syntax against the help file and try again. » Oups. Bon, j’ai signalé le problème, j’attends une solution.
La liste « Journals free access » est bien disponible, elle recense 226 titres, répartis selon les catégories suivantes :
– Permanent free access to all issues available (125 revues)
– All available issues until 24/48 months prior to current date (46 revues)
– All issues from (année) until (x) months prior to current date (55 revues)
Je suis allée voir les titres de la 1ère catégorie, les seuls effectivement en Open Access selon les critères du DOAJ (ie aucune période d’embargo n’est acceptée).

Résultats
J’ai examiné 26 titres de la liste (soit 20,8% des 125), et, contre toute attente, je constate que le signalement est loin d’être homogène, alors qu’a priori toutes ces revues sont censées être disponibles en libre accès. Voici ce que j’ai pu observer  :
– la page d’accueil est la même, que la revue soit OA ou pas : rien ne permet de distinguer au premier coup d’oeil que l’accès est libre
– les sommaires : j’ai trouvé bizarre la présence dans 73% des revues examinées, d’un bouton « Purchase » dans l’en-tête de la liste des articles (à côté des fonctionnalités d’export et d’envoi par messagerie, c’est la première chose que l’on voit). Quelle utilité pour des articles en open access ? D’autant que, si on tente d’aller au bout de la manip’, le système nous dit rapidement que l’achat n’est pas possible, puisque l’on a déjà accès aux articles en question.
3493131867_2e2ca1c574_mAutre bonne idée, la mention « open access article » sur chaque article dès le sommaire. La mention n’est cependant pas spécialement mise en valeur, elle apparaît juste après le lien vers les ouvrages de référence, et n’a rien de systématique : à vrai dire je ne l’ai rencontrée que sur 2 titres de mon échantillon (les « bons élèves »).
– la page « A propos » de la revue : sur la présentation détaillée, on trouve dans 70% des cas une indication sur l’accessibilité de la revue, le plus souvent sous la forme d’un bouton « Open Access », mais sans aucun détail complémentaire dans le texte de la présentation. Dans certains cas est évoqué le fait que les articles sont disponibles gratuitement, mais rien n’indique que c’est une démarche volontaire de la part du comité éditorial ou des auteurs (« free pdfs »)
– l’accès aux articles proprement dit : si j’ai pu accéder aux versions pdf dans tous les cas, la version HTML m’a été refusée pour un article sur 5. Souvent c’était pour des proceedings, mais pas toujours, ce serait bien de connaître la raison de cette anomalie. – les articles : pour 65% des articles examinés, je n’ai trouvé aucune mention d’aucune sorte sur le fait que l’article soit disponible parce qu’en open access sur la version HTML, et le pourcentage grimpe à 73% pour la version pdf. Quand cela est signalé, un bouton figure dans le volet de droite de l’article, dans la zone « Applications and tools » ; il est parfois accompagné d’un lien vers la politique d’Elsevier concernant le libre accès (« See our Open Access policy »). Pour certains pdf figure de façon assez visible la mention « this is an open-access article distributed under the terms of the Creative Commons », mais c’est rare. Autre étrangeté, depuis le lien « Permissions and reprints » présent sur la version HTML, un renvoi vers l’outil « LinksRights » de gestion des demandes d’autorisation pour les réutilisations…  (mais ça fera peut-être l’objet d’un autre billet)

En résumé : il est difficile de repérer les revues et les articles en libre accès sur Science Direct
En ce qui concerne mon échantillon en tout cas, ceux-ci ne sont pas mis en valeur pour l’utilisateur lambda, qui se satisfera probablement de pouvoir accéder aux contenus, sans savoir d’où vient cette bonne fortune.
Il me semble cependant qu’il ne devrait pas en aller de même pour les auteurs, qui payent pour la « libération » de leurs articles, et pourraient s’attendre, à juste titre, à ce que cette démarche soit au minimum reconnue, sinon valorisée. Et, derrière les auteurs, leurs institutions et leurs organismes financeurs : les sommes demandées par article ne sont pas triviales, et un établissement peut légitimement espérer en retirer une forme de retour sur investissement, sous forme de « placement de marque » (« cet article vous est offert par l’université de … ») par exemple.
Il est également préoccupant pour les bibliothécaires de ne pas avoir de vue claire sur ces contenus, aussi bien pour des questions de médiation (dans leur rôle de promoteurs de l’OA) de que pour des questions de gestion financière : si ces articles ont déjà été payés par les auteurs ou leurs bailleurs de fonds, ils doivent être exclus des contenus sur abonnement (ce serait dommage de les payer 2 fois…)
Enfin, il paraît surprenant qu’un éditeur avec de tels moyens techniques ne puisse pas harmoniser la présentation et le signalement de ces contenus ; comment peut-il espérer, s’il ne fait pas le nécessaire, attirer davantage d’auteurs vers son modèle hybride ?

[Photos : eversion, hartman045]


août 2017
L M M J V S D
« Juin    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.