Posts Tagged 'open access'

Trouver des articles en OA chez Wiley

Suite de mes expériences de repérage des revues et articles en libre accès chez les éditeurs traditionnels (commencées avec Elsevier), avec Wiley. L’éditeur propose du « gold OA », avec une collection de revues libellées « Wiley Open Access », et un programme hybride d’articles en libre accès  financés par l’auteur ou son institution, « Online Open ».
Les revues Wiley Open Access (revues « gold »)
Elles disposent d’un site qui leur est propre, qui explique dès la page d’accueil la nature de la collection, met en avant une sélection de titres, et donne accès à des pages d’explications complémentaires spécifiques pour les auteurs, pour les institutions et les financeurs, pour les sociétés savantes et pour les institutions (avec la liste des établissements disposant d’un « compte OA », leur permettant de gérer le financement des articles de leurs chercheurs). On peut facilement accéder à la liste des 28 titres concernés, qui donne pour chaque titre des liens vers une présentation de la revue, vers les instructions aux auteurs, vers la soumission d’un manuscrit, et vers une zone « pricing information » qui peut déconcerter de prime abord : on n’y retrouve pas de tarifs d’abonnements, mais bien le détail des coûts de publication (les fameux Article Publication Charges, APC). Les articles sont intégrés à la plateforme de publication générale de l’éditeur. La rubrique pour les institutions et les financeurs fournit également du matériel de promotion du service (flyers de présentation des fonctionnalités OA, traduits dans 4 langues, bannières et logos, courriel-type), ainsi qu’une liste des bases dans lesquelles les revues en OA sont indexées et la liste des mandats avec lesquels les revues de l’éditeur sont compatibles. La collection « Wiley Open Access » est présente sur les réseaux sociaux (tag open access sur le blog de l’éditeur, compte Twitter, page Facebook dédiée).

Les articles Online Open
Il s’agit du programme d’accès hybride de l’éditeur : pour un certain nombre de titres accessibles sur abonnement (ce nombre varie, selon les pages que j’ai consultées, de 700 à 1200), il est possible aux auteurs de publier leurs articles en OA, en payant des APC, fixés à 3000$ par article, sauf pour les 62 titres ayant des tarifs particuliers. La FAQ en donne la liste, sans faire de lien direct vers la page d’accueil de chaque revue, où l’on est censé trouver l’information : en fait rien n’indique les tarifs, ni sur la page d’accueil, ni dans les pages de la rubrique « For contributors » – il faut aller sur le formulaire de soumission d’article (« Online Open order form« ) et sélectionner la revue pour en connaître le tarif – franchement on a vu plus convivial.

La recherche
Je n’ai trouvé aucun moyen à ce jour d’isoler les articles en OA dans le moteur de recherche de Wiley Online Library. Dans la liste des résultats les articles sont cependant bien labellisés OA (avec un petit cadenas violet), qu’ils proviennent de revues gold ou que ce soit des articles en OA hybride. Même si on a un lien vers des « demandes d’autorisation » (« Permission requests »), un message très clair annonce que le document est sous licence CC-BY-NC et que seuls les usages commerciaux nécessitent une autorisation. On trouve également des articles « Free », avec un logo de couleur différente : ce billet de 2011 du blog de l’éditeur explique ce que l’on trouve derrière cette mention, qui peut accéder aux articles en question et s’il est possible de réutiliser les données.

En résumé : un accès optimal pour le gold, hasardeux pour l’hybride

S’il est plutôt simple de retrouver des contenus en OA publiés dans les revues gold de Wiley (site dédié, moteur de recherche spécifique, grosse présence de la branche OA de l’éditeur sur les réseaux sociaux), ça se complique pour les articles hybrides : on ne peut que tomber dessus au détour d’une recherche, et pas cibler sa recherche sur ce critère.

Et là je m’étonne : comment se fait-il que l’OA hybride soit si mal signalé ? Alors que, comme le montre l’infographie ci-contre, il y aurait eu (en 2014) plus d’articles en OA publiés dans les revues hybrides que dans les revues gold ? Comment peut-on payer aussi cher pour un service aussi minable insuffisant ?

Serait-ce à dire que le chercheur se borne à publier en OA pour satisfaire aux exigences des financeurs, en se préoccupant uniquement du prestige de la revue et en se désintéressant de l’accessibilité réelle de son travail ? Non, je ne pense pas, mais cela montre bien la nécessité d’une sensibilisation des chercheurs à ces problématiques d’accès (au) public, et l’intérêt d’un travail conjoint chercheur-bibliothécaire sur les questions d’open access.

Quels changements pour les BU quand l’OA primera ?

13921535969_dccf724a92_kJe trouve le billet d’Aaron Tay « How academic libraries may change when open access becomes the norm » particulièrement pertinent par rapport aux questionnements que nous avons en BU ces temps-ci ; voici les changements qu’il anticipe (ce qui est en italique est traduit par mes soins) , en partant du principe « qu’au cours des 10-25 prochaines années, 50 à 80% (ou plus) des publications annuelles seront disponibles sous une forme ou une autre d’open access« .

1. « Les rôles des BU dans la découverte et même dans la fourniture d’information aux usagers vont diminuer » :
Les étudiants, et de plus en plus de chercheurs, n’utilisent pas le site de la BU pour commencer leurs recherches, ils utilisent sans le savoir les ressources de la BU croisées avec les outils de signalement commerciaux comme Google Scholar : exit la mission d’aide à la découverte.
Par ailleurs, une fois la majorité des ressources accessibles librement en OA, finie la mission de fourniture d’information : divers outils permettent déjà (l’extension pour Chrome Lazy Scholar par exemple) de récupérer automatiquement une version en libre accès quand elle est disponible.
Du coup, cela aura une incidence au niveau des RH : on n’aura en principe plus besoin de grosses équipes pour la gestion des abonnements imprimés (tant qu’il en restera) ni pour la gestion des ressources en ligne (qui se concentrera du coup sur l’administration du résolveur de liens, de la base de connaissance…)

2. « Les BU pourraient plus se concentrer sur leurs fonds spécifiques et passer à l’édition/l’hébergement de revues » :
« Au delà du simple rôle d’archive, quelques bibliothèques s’essayent à produire des épirevues, comme le fait l’University College London. Cela demande essentiellement que les BU se lancent dans l’édition en convertissant les archives institutionnelles en plateformes de publication. Les presses universitaires de l’UCL, par exemple, sont désormais un département au sein de la bibliothèque de l’institution. En combinant la plateforme open source Open Journal System (OJS) et l’archive institutionnelle comme système de stockage, la bibliothèque édite désormais des revues en open access. De nombreuses revues sont aussi publiées avec la solution Digital Commons.
La grosse question est de savoir si les BU ont les compétences, les savoirs et les motivations pour jouer ce rôle et reprendre le système de communication scientifique. »
En ce qui concerne les fonds spécifiques, il s’agirait de penser non plus en termes quantitatifs, mais qualitatifs : mettre l’accent sur les unica, les documents rares ou précieux, ou spécifiques à l’institution (littérature grise, thèses, etc). Pour ce faire, « numérisation, OCRisation, transcription de textes, création de métadonnées pour une meilleure « découvrabilité » desdites collections. Une autre façon de revenir de la gestion de l’abondance à celle de la rareté qui a sous-tendu l’activité des bibliothèques pendant des siècles, si je ne m’abuse ?

3. « Les bibliothèques s’axeront plus sur des services d’expertise à haute valeur ajoutée, comme l’information literacy, les services de gestion des données, les services de géolocalisation etc pour remplacer leur mission réduite d’acquisition » :

La BU est ici confrontée à son problème d’image, de perception qu’en ont les utilisateurs : dans un monde où tout ou presque est accessible facilement, sans barrière financière, institutionnelle ou juridique, la mission d’acquisition de documentation n’a plus de raison d’être. Or cette mission est celle qui est la plus reconnue aux bibliothèques (p.67) par les chercheurs : comment justifier la valeur ajoutée de la BU pour la recherche dans ce contexte ? D’où l’intérêt pour les bibliothécaires de se saisir le plut tôt possible d’autres missions de support à la recherche : aide à la publication en OA, bibliométrie, gestion des données, formation aux « compétences informationnelles »…

4. « Les budgets des bibliothèques pourraient diminuer » :
En toute logique, la disponibilité des contenus en OA implique une baisse des coûts.
Cela ne veut pas dire que la dépense sera nulle pour autant : il faudra bien payer les APCs (mais ce rôle ne sera pas forcément donné aux bibliothèques), et, j’ajoute que l’édition électronique et les archives institutionnelles, ça a un coût aussi : développer des fonctionnalités pour son archive ouverte, former le personnel à de nouvelles compétences d’édition par exemple, ou embaucher des personnels qualifiés pour mettre en oeuvre une chaîne de publication, rien de tout cela n’est gratuit.
La question fondamentale à mon avis, c’est : est-ce que ces missions se feront dans les bibliothèques ou en dehors ?

10231527134_535e3171e5_k5. « Moderniser les pratiques de citation » :
Selon l’article « Academic citation practices need to be modernized – References should lead to full texts wherever possible« , les versions en open access des articles publiés devraient devenir la source de référence, et les articles accessibles uniquement sur abonnement ne devraient être cités qu’en dernier recours ; il propose l’ordre de priorité suivant :

  1. Revue en open access
  2. Revue hybrides
  3. Archive ouverte institutionnelle
  4. Toutes les autres sites en open access, aussi bien les réseaux sociaux de recherche type Academia.edu ou Researchgate que les archives thématiques comme SSRN

(L’auteur de l’article prône également la citation des DOI, l’usage d’URLs compactes et l’abandon de la pagination)

Aaron s’interroge, en conclusion, sur les indicateurs qui permettront aux BU de réaliser qu’il est temps pour elles de diminuer les activités traditionnelles : « la baisse des téléchargement d’articles par utilisateur pour les revues sur abonnement ? La baisse des consultations du site web de la bibliothèque ?
A partir de quel pourcentage de la production éditoriale annuelle en open access les BU commenceront-elles à réduire la voilure ? »
[Photos : Santi, Lena CH]

Liber 2013

Mairie de Münich (neues Rathaus)J’ai eu l’opportunité, dans le cadre de mon stage chez Openedition, d’assister fin juin au congrès annuel de Liber à Münich, dont le thème était cette année : « Research information infrastructures and the future role of libraries ». Le programme et les supports des interventions sont en ligne sur le site du congrès, inutile donc de tenter un compte-rendu exhaustif de ces 3 jours, d’autant qu’il n’était pas possible d’assister à tous les ateliers ; voici juste quelques aperçus.

Open access
Même si la route est encore longue, la marche vers l’Open Access continue ; le rapport Finch et les prises de position multiples qui s’en sont suivies amènent le secteur éditorial à évoluer. Plusieurs initiatives ont été présentées, concernant essentiellement les SHS :
Openedition, qu’on ne présente plus, en France en tout cas : Ses presque 400 revues, ses 600 carnets de recherche, ses 20000 annonces d’événements, ses bientôt 1000 livres… et ses 3 millions de visites par mois en provenance de tous les pays, preuve s’il en était que les SHS suscitent l’intérêt au delà du monde académique francophone.
Social Sciences directory : L’idée qui sous-tend ce projet récent de publication, c’est de garder les bons côtés de l’édition scientifique traditionnelle (le contrôle de la qualité, l’indépendance éditoriale, la structuration des articles…) et de leur ajouter les bénéfices de l’édition numérique (pagination illimitée, réduction des délais de publication, liens vers des données additionnelles…). Côté modèle économique c’est du Gold auteur-payeur, l’institution paye des frais de publication (Article Processing Charges, APCs) annuels pour ses chercheurs, ou bien ceux-ci payent des APCs à l’article. La différence avec les autres offres éditoriales de ce type, c’est la volonté affichée d’arriver à un modèle durable sur le long terme, donc avec des coûts a priori plus bas que ceux généralement constatés : on est à 150$ par article, au lieu de 3000$. Jusqu’ici 3 numéros sont parus, soit 9 articles, et une version pour les humanités est déjà prévue.
Directory of OA Books : Calqué sur le modèle du DOAJ, le DOAB vise à améliorer la visibilité des livres en open access, en mettant l’accent sur la qualité des contenus publiés, qui doivent obéir à des critères académiques de validation (peer review). Il est maintenu par l’OAPEN Foundation, un projet de développement de l’édition de livres en open access financé par l’Union Européenne, qui rassemble des presses universitaires d’Europe (surtout) du nord.
Knowledge Unlatched : Un projet plutôt intéressant, qui propose de faire financer la publication d’ouvrages en libre accès par les bibliothèques : elles partagent les coûts fixes de publication (sélection, peer review, relecture…) – sachant qu’il faut compter dans les 10 000 à 15 000 $ en moyenne pour un ouvrage universitaire – et les contenus sont ensuite accessibles librement par tous. Les éditeurs restent libres de vendre des versions imprimées ou dans d’autres formats électroniques. Une commission est chargée de choisir les titres sélectionnés par les bibliothèques membres du consortium en cours de constitution parmi les titres proposés par les éditeurs partenaires du projet ; il s’agit pour l’instant uniquement  de livres à paraître, mais il n’est pas exclut que le projet s’intéresse ultérieurement à des ouvrages déjà parus (et donc déjà amortis). Le succès de l’opération réside dans la participation d’un grand nombre de bibliothèques, pour faire diminuer la contribution de chacun. C’est là le vrai challenge : les bibliothèques sont-elles prêtes à faire ce type d’investissement ? (et en ont-elles les moyens ?)
MedOAnet : Dans le cadre de ce projet européen de suivi des stratégies et politiques en faveur de l’Open Access dans les pays de l’Europe méditerranéenne a été menée une étude auprès des éditeurs (publics et privés), afin d’avoir une vue de leur politique vis à vis de l’open access. On leur a posé des questions assez précises sur leurs politiques en matière de transfert de copyright, d’auto-archivage, sur la version de dépôt autorisée, sur la présence d’embargos.  Il en ressort que  les éditeurs ayant répondu seraient plutôt favorables à la diffusion en open access (forts taux d’acceptation du dépôt dans des archives ouvertes, peu d’exigences de transfert exclusif des droits de diffusion). Ce résultat est néanmoins à pondérer au vu du taux de réponse (12%), qui permet difficilement, à mon sens, de tirer des conclusions très probantes de l’enquête. Il serait intéressant de la reconduire, en en faisant davantage de promotion : cela sera-t-il possible, sachant que le projet n’est financé que jusqu’à fin 2013 ? Et que les financements vont généralement aux nouveaux projets plutôt qu’au suivi de projets existants ?
[Ce n’est pas directement le sujet de ce billet ni de ce congrès, mais il me semble cependant que c’est une vraie question en ce qui concerne le financement de l’open access : on entend beaucoup parler de « durabilité », de viabilité (‘ »sustainability ») comme d’un Graal à atteindre, mais on continue à ne donner que des enveloppes d’impulsion – comment espérer à ce compte là arriver à des stratégies à long terme ? Bref, fin de la parenthèse.]

Data data data
On a beaucoup entendu parler de gestion des données de la recherche (« research data management ») : face au « data deluge » qui se profile, par exemple avec l’obligation de mise en place de plans de gestion des données (« RDM plans ») pour les agences fédérales américaines (cf la directive de l’OSTP), les bibliothèques doivent s’adapter et intégrer la gestion des données de recherche à leurs missions, voire au coeur de leurs missions. Les recommandations pour plus d’ouverture des résultats de la recherche qui se sont multipliées au cours des derniers mois s’étendent aux données de la recherche, qui doivent être ouvertes par défaut. Cette ouverture est garante d’une science plus intègre (moins de fraude), plus économique (réplicabilité de la recherche), accessible au plus grand nombre (« citizen science »)…
La gestion de ces données soulève bien des questions, notamment celle de leur archivage (quelle durée ? quels formats ? quels moyens ?), et, en corollaire, celle des coûts, qui demeure la grande inconnue : si ceux-ci peuvent être financés par les bourses et autres financements des projets de recherche au départ, la conservation des données à long-terme a aussi un coût qui doit être supporté, vraisemblablement par les institutions. Par ailleurs, vue la masse de données produites, il y a nécessité de mutualiser les outils et de partager les infrastructures de stockage et d’accès aux informations ; ce serait particulièrement pertinent pour les projets les plus modestes (les « gros » projets comprennent généralement un volet spécifique aux données et à leur gestion). Dans ce contexte, les bibliothèques pourraient se positionner comme services de publication de données institutionnelles : en apportant de l’assistance aux chercheurs dans la mise en place de « plan de gestion des données », en participant à la structuration des formats de données, en travaillant sur les métriques autour des données…
Quelques initiatives à suivre :
Journals Research Data policy bank (JoRD) : Un projet du JISC, piloté par la responsable de Sherpa/Romeo, qui examine la faisabilité d’un service centralisé de recensement des politiques des revues concernant les données de recherche. L’étude montre que la moitié des revues affichent des politiques en la matière, mais que les 3/4 de celles-ci sont floues (manque de standardisation, incomplétude…)
Elixir : Un projet européen d’infrastructure pour le stockage et le traitement des données en sciences de la vie, mené par la Royal Society.
– La ligue européenne des universités de recherche (LERU) travaille, avec LIBER, sur ces questions, la rédaction d’une feuille de route sur les données de recherche est en cours.

Une statue perplexe dans le hall de la Bayerische Staats Bibliothek

Problème de casting ?
Ca a été clairement dit par l’un des intervenants (G. Boulton, ppt) : « Libraries do the wrong things, employ the wrong people ». Pour gérer toutes ces données, les bibliothèques doivent s’équiper de « data scientists », de « data managers ». Problème : où les trouver ? Il y a un vrai problème de manque de compétences dans la profession actuellement, qui attire toujours peu de profils scientifiques (en sciences « dures ») – or un data scientist, c’est quelqu’un qui sait gérer les données et les manipuler pour leur donner du sens, avec des compétences en statistiques, en mathématiques, en informatique spécialisée. De l’avis général, il existe peu de formations spécifiques dans les cursus universitaires, et la gestion de données ne fait pas partie des enseignements dans les formations initiales des bibliothécaires (je confirme) ; acquérir ce type de compétences est pourtant un enjeu fort, qui va demander un changement dans les mentalités des bibliothécaires. Des initiatives émergent, notamment au Royaume-Uni :
Immersive Informatics : il s’agit d’un programme pilote de formation à la gestion des données de la recherche, mené conjointement par les universités de Bath et de Melbourne, à destination des professionnels de l’IST. Il comprend, en plus des nombreux ateliers thématiques (sur la conservation, les aspects juridiques, la gestion des plans, etc), 2 modules au sein desquels les participants sont entièrement intégrés dans un laboratoire ou un département de recherche de l’université et travaillent sur des jeux de données réels.
RDMRose : ce projet de formation continue pour les professionnels de l’IST financé par le JISC a permis de produire des cours sur la gestion des données (en accès libre et donc réutilisables)

Bref, encore du pain sur la planche pour les bibliothécaires…

Les effets des big deals

« The big deal and the damage done » : dans ce dernier ouvrage, Walt Crawford a étudié les dépenses budgétaires des BU américaines sur la période 2000-2010. Il montre de façon flagrante comment les « big deals », censés au départ aider les bibliothèques à élargir leur offre documentaire électronique pour un surcoût limité, les contraignent désormais à restreindre le reste de leur offre. Quelle que soit la taille de l’établissement, les budgets dédiés aux documents imprimés connaissent une baisse continue, alors que ceux des revues électroniques ne cessent d’augmenter… Pourtant, l’édition continue à produire de nombreux ouvrages chaque année, et les activités de recherche comme d’enseignement continuent à s’appuyer aussi sur les livres et autres documents imprimés, ou sur les revues des petits éditeurs ; seulement, les bibliothèques sont coincées par les « big deals », qui ne leur laissent plus aucune latitude documentaire. Il conclut :
« Si les choses continuent au rythme qu’elles ont connu entre 2000 et 2010, le dommage risque d’être irréparable, et un nombre croissant de bibliothèques risquent de devenir guère plus que des dispositifs de fourniture d’articles subventionnés. »
51754572_9c7dd86fd3_mLe livre est disponible au format ebook ou en POD chez Lulu.com.

Par ailleurs, Andrew Odlyzko s’intéresse aussi à la question dans Open Access, library and publisher competition, and the evolution of general commerce, et son analyse n’est pas non plus très optimiste :
« Les débats sur l’économie de la communication scientifique sont habituellement consacrés à l’Open Access, à l’augmentation du coût des revues, aux profits des éditeurs, aux boycotts. Ceci ne tient pas compte de ce qui semble être un des développements bien plus importants de ce marché. Les éditeurs, grâce aux offres souvent décriées que sont les « big deals », fournissent des accès plus larges et plus égalitaires à la littérature scientifique, ce qui se rapproche d’un véritable Open access. En même temps, ils marginalisent les bibliothèques, et récupèrent une part considérable des ressources dédiées à la communication scientifique. Cela leur permet de continuer à faire des profits, tout en maintenant ce que l’on appelle de puis plusieurs décennies « l’escalade intolérable du prix des revues ». Cela freine également l’expansion de l’Open Access, et conduit vraisemblablement à un oligopole d’éditeurs contrôlant la diffusion [de la recherche scientifique] au moyen de contrats de licence à grande échelle.
Il est intéressant d’étudier le phénomène des « Big deals » pour plusieurs raisons. La façon dont les éditeurs parviennent à diminuer le rôle des bibliothèques est un des indicateurs de l’amplitude et de la vitesse à laquelle les universités sont en train de se transformer. De plus, ces « Big deals » semblent montrer la direction vers laquelle s’oriente le futur de toute l’économie, qui se caractérise par un déclin de la vie privée, une augmentation de la discrimination par les prix, une augmentation de l’opacité des modèles tarifaires, une dépendance croissante au travail peu ou pas payé d’autres acteurs pour générer des bénéfices, et des modèles économiques qui dépendent de l’inertie des consommateurs. »
[photo : Jeff Werner]

Le marché du mardi n°47

Le marché de Riga par anniedalbera (CC-BY-NC-SA)

Le marché de Riga par anniedalbera (CC-BY-NC-SA)

Open stuff
– Des bibliothèques commencent à s’impliquer plus dans l’open access en créant des fonds de financement pour les frais de publication : c’est le cas à la Northern Illinois University et à l’University of California.
– Is it an open acces journal ? : un projet pour diffuser les infos sur les licences des revues scientifiques, basé sur le crowdsourcing.
– Old news, mais ça vaut la peine d’être signalé ici : le CCSD lance ce semestre Episciences, une plateforme d’épi-revues (des revues créées à partir des pré-publications déposées dans des archives ouvertes). Je suis un peu dérangée aux entournures par ce que ça sous-entend que les archives ouvertes accepteraient des contenus non validés (l’intro du site précise que les articles sont « non publiés par ailleurs »), ce qui ne me semble pas aller dans le bon sens pour, justement, promouvoir les archives ouvertes.
– L’open access permet d’être lu dans le monde entier : la carte mise au point par les bibliothèques du MIT le montre bien (elle se base sur les consultations des articles disponibles en libre accès grâce au mandat du MIT)
– Openstax propose des manuels de 1er cycle en libre accès  (en physique, biologie, sociologie) – on peut les consulter en ligne (en html, en pdf) ou sur liseuse (une version epub est disponible). Openstax est un projet de ressources pédagogiques ouvertes (Open Educational Resource, OER) de la Rice University.
– Opensource ILS : un portail d’information assez bien fourni sur les SIGB libres (avec un focus sur Evergreen et Koha), qui me semble intéressant pour les aspects relatifs à la préparation et à la migration des données.

wallyg (CC-BY-NC-ND)

wallyg (CC-BY-NC-ND)

Other stuff
– Vu sur imedicalapps, cette liste de revues médicales disponibles sur ipad – les applis sont généralement gratuites, mais l’accès aux contenus est bien évidemment soumis à la souscription d’un abonnement, et a priori d’un abonnement personnel, les abonnements institutionnels n’étant pas (encore ?) prévus pour fonctionner sur des appareils personnels (sauf à pré-remplir des tablettes que la bibliothèque prêterait, ce qui n’est pas encore une pratique très répandue en BU).
– Twitter for researchers guide :  les bases de twitter pour un usage professionnel quand on est chercheur, en 8 pages. Par la BU de l’Université de York.
– Text mining and scholarly publishing : tout savoir sur la fouille de textes dans le contexte de l’édition scientifique, grâce à ce rapport du PRC.
– Webjunction, le site communautaire pour la formation des bibliothécaires émanant d’OCLC, propose de nombreuses formations en ligne gratuites : voici la liste pour le mois de mars 2013.

Trouver des articles en OA sur Science Direct

Les éditeurs commerciaux sautent tous peu à peu dans le train de l’Open Access, en proposant aux auteurs de « libérer » leurs articles : moyennant finance (des frais de publication, « article processing charges » ou « APC »), lesdits articles sont accessibles sans abonnement pour tous. Oui, mais comment repérer ces articles ? En effet, la démarche de libération restant individuelle, les articles en open access sont éclatés dans des revues différentes, du coup, difficile de les retrouver, ou de les compter. J’ai donc décidé d’aller voir de plus près ce que les éditeurs nous proposent en matière de signalement des contenus OA, en commençant par Elsevier.

2880787_817eab9dab_mMéthodologie
Je me suis donc adressée via Twitter à Alicia Wise (@wisealic), responsable des problématiques d’accès chez Elsevier (son véritable titre est « director of universal access »), et lui ai demandé comment trouver le nombre d’articles en OA disponibles sur la plateforme Science Direct ; voici ce qu’elle m’a répondu (en plusieurs tweets) :
– Allez sur la recherche avancée de Science Direct, sélectionnez la recherche experte, puis l’onglet ‘revues’
– Entrez dans le champ de saisie la commande “sponsoredaccesstype(unlimited OR delay)” pour obtenir une liste, qui ne sera pas complète
Alicia m’a également informée de l’existence d’une liste des revues proposant des articles en OA, mais pas de décompte d’articles.
J’ai fait comme elle m’a dit pour afficher une liste d’articles en OA, mais malheureusement il semble y avoir un os dans la syntaxe : j’obtiens le message « The field you have entered is not recognized. Check your syntax against the help file and try again. » Oups. Bon, j’ai signalé le problème, j’attends une solution.
La liste « Journals free access » est bien disponible, elle recense 226 titres, répartis selon les catégories suivantes :
– Permanent free access to all issues available (125 revues)
– All available issues until 24/48 months prior to current date (46 revues)
– All issues from (année) until (x) months prior to current date (55 revues)
Je suis allée voir les titres de la 1ère catégorie, les seuls effectivement en Open Access selon les critères du DOAJ (ie aucune période d’embargo n’est acceptée).

Résultats
J’ai examiné 26 titres de la liste (soit 20,8% des 125), et, contre toute attente, je constate que le signalement est loin d’être homogène, alors qu’a priori toutes ces revues sont censées être disponibles en libre accès. Voici ce que j’ai pu observer  :
– la page d’accueil est la même, que la revue soit OA ou pas : rien ne permet de distinguer au premier coup d’oeil que l’accès est libre
– les sommaires : j’ai trouvé bizarre la présence dans 73% des revues examinées, d’un bouton « Purchase » dans l’en-tête de la liste des articles (à côté des fonctionnalités d’export et d’envoi par messagerie, c’est la première chose que l’on voit). Quelle utilité pour des articles en open access ? D’autant que, si on tente d’aller au bout de la manip’, le système nous dit rapidement que l’achat n’est pas possible, puisque l’on a déjà accès aux articles en question.
3493131867_2e2ca1c574_mAutre bonne idée, la mention « open access article » sur chaque article dès le sommaire. La mention n’est cependant pas spécialement mise en valeur, elle apparaît juste après le lien vers les ouvrages de référence, et n’a rien de systématique : à vrai dire je ne l’ai rencontrée que sur 2 titres de mon échantillon (les « bons élèves »).
– la page « A propos » de la revue : sur la présentation détaillée, on trouve dans 70% des cas une indication sur l’accessibilité de la revue, le plus souvent sous la forme d’un bouton « Open Access », mais sans aucun détail complémentaire dans le texte de la présentation. Dans certains cas est évoqué le fait que les articles sont disponibles gratuitement, mais rien n’indique que c’est une démarche volontaire de la part du comité éditorial ou des auteurs (« free pdfs »)
– l’accès aux articles proprement dit : si j’ai pu accéder aux versions pdf dans tous les cas, la version HTML m’a été refusée pour un article sur 5. Souvent c’était pour des proceedings, mais pas toujours, ce serait bien de connaître la raison de cette anomalie. – les articles : pour 65% des articles examinés, je n’ai trouvé aucune mention d’aucune sorte sur le fait que l’article soit disponible parce qu’en open access sur la version HTML, et le pourcentage grimpe à 73% pour la version pdf. Quand cela est signalé, un bouton figure dans le volet de droite de l’article, dans la zone « Applications and tools » ; il est parfois accompagné d’un lien vers la politique d’Elsevier concernant le libre accès (« See our Open Access policy »). Pour certains pdf figure de façon assez visible la mention « this is an open-access article distributed under the terms of the Creative Commons », mais c’est rare. Autre étrangeté, depuis le lien « Permissions and reprints » présent sur la version HTML, un renvoi vers l’outil « LinksRights » de gestion des demandes d’autorisation pour les réutilisations…  (mais ça fera peut-être l’objet d’un autre billet)

En résumé : il est difficile de repérer les revues et les articles en libre accès sur Science Direct
En ce qui concerne mon échantillon en tout cas, ceux-ci ne sont pas mis en valeur pour l’utilisateur lambda, qui se satisfera probablement de pouvoir accéder aux contenus, sans savoir d’où vient cette bonne fortune.
Il me semble cependant qu’il ne devrait pas en aller de même pour les auteurs, qui payent pour la « libération » de leurs articles, et pourraient s’attendre, à juste titre, à ce que cette démarche soit au minimum reconnue, sinon valorisée. Et, derrière les auteurs, leurs institutions et leurs organismes financeurs : les sommes demandées par article ne sont pas triviales, et un établissement peut légitimement espérer en retirer une forme de retour sur investissement, sous forme de « placement de marque » (« cet article vous est offert par l’université de … ») par exemple.
Il est également préoccupant pour les bibliothécaires de ne pas avoir de vue claire sur ces contenus, aussi bien pour des questions de médiation (dans leur rôle de promoteurs de l’OA) de que pour des questions de gestion financière : si ces articles ont déjà été payés par les auteurs ou leurs bailleurs de fonds, ils doivent être exclus des contenus sur abonnement (ce serait dommage de les payer 2 fois…)
Enfin, il paraît surprenant qu’un éditeur avec de tels moyens techniques ne puisse pas harmoniser la présentation et le signalement de ces contenus ; comment peut-il espérer, s’il ne fait pas le nécessaire, attirer davantage d’auteurs vers son modèle hybride ?

[Photos : eversion, hartman045]

Pétition pour l’accès libre aux résultats de la recherche fédérale : l’administration Obama dit « Oui » !

Le message traduit ci-dessous, publié ce week-end sur le site de la Maison Blanche, a également été adressé par e-mail aux 65704 signataires de la pétition demandant « un accès libre aux articles de revues scientifiques provenant de recherches financées par les contribuables ».

« Augmenter l’accès public aux résultats de la recherche scientifique

Par le Dr. John Holdren

Merci pour votre participation sur la plateforme « We the people ». L’administration Obama convient du fait que les citoyens méritent un accès facilité aux résultats de la recherche financée par leurs impôts. Comme vous le savez peut-être, le bureau de la politique scientifique et technologique (Office of Science and Technology Policy, OSTP) se préoccupe de cette question depuis un certain temps, et a eu l’occasion à deux reprises de faire appel au public pour connaître ses suggestions sur les moyens d’arriver à la démocratisation des résultats de la recherche financée par le gouvernement fédéral. Votre pétition a été d’une grande aide dans la discussion sur cette question.

La logique derrière un accès public amélioré est évidente. Nous savons que la recherche scientifique soutenue par le gouvernement fédéral stimule des découvertes scientifiques capitales et des avancées économiques, lorsque les résultats de cette recherche sont accessibles pour les innovateurs. Des politiques qui mobilisent ces biens intellectuels pour une réutilisation via un accès élargi peuvent accélérer les avancées scientifiques, accroître les innovations et encourager la croissance économique. C’est pourquoi l’administration Obama s’est engagée à veiller à ce que les résultats de la recherche scientifique financée par le gouvernement fédéral soient mis à la disposition et au service du public, de l’industrie et de la communauté scientifique.

2722210623_6059a1615d_mDe plus, ces recherches ont été financées par l’argent du contribuable. Les américains devraient pouvoir accéder facilement aux résultats de la recherche qu’ils aident à financer.

C’est dans cet objectif que j’ai publié aujourd’hui une note à destination des agences fédérales, qui demande à celles qui dépensent plus de 100 millions de dollars en recherche et développement de concevoir des plans d’actions afin de rendre publics les résultats de la recherche financée par des fonds fédéraux, et ce gratuitement, dans un délai de 12 mois après leur publication initiale. Comme vous l’avez indiqué, la politique d’accès public adoptée par les National Institutes of Health (NIH) a été un grand succès. Et, alors que ce nouvel appel politique ne demande pas aux agences de copier exactement la démarche des NIH, il permet de s’assurer que des politiques similaires vont apparaître dans tout le gouvernement.

Comme je l’ai dit, ces politiques ont été développées soigneusement, à travers une vaste consultation publique. Nous voulions trouver un compromis entre l’extraordinaire bénéfice public amené par l’accroissement de l’accès pour tous aux résultats de la recherche financée sur fonds fédéraux et le besoin de garantir que les contributions de grande valeur apportées par l’industrie de l’édition scientifique ne seraient pas perdues. Cette politique reflète cet équilibre, et se donne aussi la souplesse d’y apporter des changements ultérieurs en fonction des usages et des observations. Par exemple, il a été demandé aux agences de travailler sur la base d’une période d’embargo de 12 mois pour leur permettre de développer leurs politiques, mais également d’envisager un mécanisme permettant aux différents acteurs du secteur de leur demander de modifier cette période. Au fur et à mesure de l’avancée des agences dans le développement et l’implémentation de leurs politiques, il y aura de nombreuses possibilités de participation publique pour s’assurer que les agences font le meilleur travail possible pour satisfaire tous les intérêts en présence.

En plus d’aborder la question de l’accès public aux publications scientifiques, cette note demande aux agences de commencer à s’intéresser à la nécessité d’améliorer la gestion et le partage des données scientifiques produites avec des financements fédéraux. Le renforcement de ces politiques va encourager l’entreprenariat et la création d’emploi, en plus de conduire le progrès scientifique. L’accès à des jeux de données pré-existants peut accélérer la croissance, en permettant à des sociétés de concentrer leurs ressources et leurs efforts sur l’interprétation et l’exploitation pleine des découvertes, au lieu de répéter un travail pré-concurrentiel de base, déjà documenté par ailleurs. Par exemple, les données climatiques ouvertes sous-tendent l’industrie de la prévision et fournissent des bénéfices publics importants ; la publication des séquences du génome humain a engendré de nombreuses innovations dans le domaine biomédical – sans parler des nombreuses sociétés générant des milliards de dollars de revenus et les emplois qui vont avec. Progresser vers une plus large disponibilité des données scientifiques va permettre de créer des marchés économiques innovants pour des services liés à la curation, à la conservation, à l’analyse et à la visualisation des données, entre autres.

Alors merci encore pour votre pétition. J’espère que vous conviendrez que l’administration a fait son travail et vraiment répondu à votre demande.

John Holdren est conseiller du Président pour les questions scientifiques et technologiques et directeur du bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche. »

Merci à @St_B pour la suggestion de traduction.

[Photo : StevenANichols]

 


avril 2017
L M M J V S D
« Mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.