Posts Tagged 'données'

Renforcement de la politique d’accès ouvert du gouvernement américain

L’Office of science and technology policy (OSTP) de la Maison Blanche vient de mettre à jour la politique gouvernementale de mise à disposition et de diffusion des résultats de la recherche scientifique publique, définie en 2013. Celle-ci concerne désormais toutes les agences de financement de la recherche (et plus seulement les plus importantes), donc aussi celles qui couvrent les SHS, ce qui est nouveau (et promet de nombreuses discussions avec les éditeurs…) ; les agences ont jusqu’à fin 2026 pour la mettre en oeuvre.

Cette nouvelle politique marque la fin des embargos sur les publications : on vise l’OA immédiat, fini les 6 ou 12 mois. A noter, sont concernées les publications avec un auteur ou un co-auteur bénéficiant d’un financement public : pour les collaborations ça risque d’être compliqué – ou au contraire de simplifier les choses… Enfin je dis public, mais c’est fédéral : il va déjà falloir une harmonisation locale entre la politique fédérale et les mandats des universités américaines – on peut supposer que tout le monde va dans le même sens, mais il est toujours possible qu’il y ait des points de friction.

Par « publication », le memorandum entend a minima les articles scientifiques validés par les pairs ; pour les livres et chapitres de livres, et les communications c’est à la discrétion des agences.

Les données de recherche sont prises en compte dans ce dispositif : elles doivent être mises à disposition en même temps que les publications le cas échéant, et faire l’objet de plans de gestions des données. Par ailleurs, les entrepôts de données doivent être conformes aux préconisations du National Science and Technology Council.

Si des frais de publication et/ou des frais de gestion des données « raisonnables » peuvent être intégrés dans les budgets de recherche, la voie verte reste privilégiée : tout doit être déposé dans une archive ouverte ou un entrepôt de données définis par les agences, il ne suffit pas de publier dans une revue OA.

L’accent est également mis sur les questions d’intégrité scientifique : une plus grande transparence sur les affiliations et les financements est demandée pour redonner aux contribuables américains confiance dans la recherche publique ; celle-ci passe entre autres par l’attribution d’identifiants pérennes pour toutes les productions de recherche, y compris les protocoles et les financements.

Bref, une avancée significative pour l’accès ouvert, à saluer, reste à voir comment tout cela va être implémenté : un équivalent à la stratégie de rétention des droits de la Coalition S va-t-il émerger ? Celle-ci en tout cas « se réjouit de travailler avec l’OSTP et d’autres agences de financement afin d’aligner davantage nos politiques en vue de fournir un accès ouvert et immédiat aux résultats de la recherche. »

Sources : OSTP Issues Guidance to Make Federally Funded Research Freely Available Without Delay, Memorandum of the OSTP, Peter Suber, Coalition S welcomes the updated Open Access policy guidance from the White House Office of Science Technology and Policy

FAIR data et Open data

14204638437_6fc612f4e3_oSPARC Europe a publié fin décembre 2018 une note d’information sur les données à destination des décideurs, FAIR and Open Data. Je ne suis pas certaine que seuls les décideurs aient besoin de précisions sur ce que sont les données FAIR et les données ouvertes, ou confondent les 2.
D’où ce petit récapitulatif :
* Les données ouvertes (open data) couvrent des contenus librement accessibles qui peuvent être utilisés, modifiés et partagés par n’importe qui pour n’importe quel but. Ces contenus doivent être mis à disposition dans le cadre d’une licence ouverte, et ne doivent pas imposer de restrictions aux réutilisateurs au-delà de l’attribution (CC-BY) et du maintien de conditions de partage à l’identique (CC-BY-SA).
* Les données FAIR en revanche sont des données qui suivent un certain nombre de principes pour être lisibles et utilisables par des humains comme par des machines. L’acronyme FAIR a été traduit par Facile à trouver (Findable), Accessible, Interopérable, Reutilisable.
A chaque concept correspondent 3-4 principes, dont on peut trouver la traduction sur le site de l’INRA.
La note détaille 3 confusions souvent faites à propos des notions d’Open et de FAIR :
* Tout ce qui est FAIR n’est pas censé être Open : des considérations éthiques ou économiques peuvent justifier une restriction de l’accès à des données qui respectent par ailleurs les principes techniques FAIR. Et inversement, on peut diffuser des données ouvertes techniquement inutilisables.
* FAIR c’est mieux qu’Open : je crois que vous l’avez compris, en fait on ne parle pas exactement de la même chose. Bien qu’il y ait des notions communes, autour de l’interopérabilité et de l’accessibilité notamment, ce sont 2 objectifs différents qui sont poursuivis. L’idéal étant de proposer des données à la fois FAIR et Open, évidemment.
* Les données FAIR ne s’appliquent qu’aux sciences de la vie : certes, c’est au sein de la communauté des sciences de la vie que les principes FAIR ont émergé, mais ils ont une portée plus universelle, qui peut intéresser aussi bien les sciences sociales que d’autres sciences « dures ».
Vous trouverez dans la note plusieurs schémas assez parlants, notamment sur l’implémentation de ces concepts dans la gestion des données.
C’est plus clair maintenant ? 🙂

FAIR and Open Data, a briefing for policymakers and senior managers, SPARC Europe, décembre 2018

[Photo : Janneke Staaks]
[Disclaimer : je fais partie du Board de Sparc Europe]


septembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.