Posts Tagged 'prospective'

Peut-on être bibliothécaire sans être promoteur de l’open access ?

6880911245_b11eaaa6b7_mC’est une question que se pose Aaron Tay, bibliothécaire à Singapour dans ce billet. Après avoir raconté son propre cheminement personnel par rapport à l’open access (intéressant à lire aussi), il réagit à l’une des réponses reçues à sa question posée sur Twitter (tu peux être bibliothécaire et pas promoteur de l’open access « seulement si tu t’intéresses plus aux bibliothèques qu’à la recherche »), et donne son analyse :
« Au mieux, [l’open access] va fortement « disrupter » les bibliothèques universitaires, en entraînant de grandes difficultés dûes aux ajustements des missions, avant une stabilisation, au pire il va nettement réduire le besoin en bibliothécaires et conduire au déclin des bibliothèques ; je confesse que cela m’effraie pour moi et pour les BU. »

Il se demande pourtant si ses craintes sont fondées : les bibliothèques ont surmonté d’autres transitions, comme l’informatisation dans les années 60 ou la montée du web à la fin des années 90, et elles semblent s’adapter de mieux en mieux aux changements. Reste qu’il faut voir la réalité en face et se poser les questions qui fâchent :
« Quels postes vont disparaître quand l’open access sera la norme ? Quelles nouvelles fonctions vont émerger à la place ? Et il ne s’agit pas juste de définir des missions, mais également d’estimer les ETP requis pour les remplir. »

Quel futur pour l’open access et les bibliothèques ?
« Dans tous les cas, je pense qu’actuellement l’open access est inévitable, et qu’il ne sert à rien de se demander si on est pour ou contre. Nous devons nous y préparer et nous organiser pour en tirer un maximum de bénéfice pour nos usagers et peut-être même un peu de considération pour nous-mêmes. »
Pour Aaron, « il y a 3 types de bibliothécaires pour ce qui concerne l’open access :
– d’abord les avocats de l’open access les plus fervents, ce sont ceux qui sont à l’origine de toutes les initiatives géniales, ce sont les stars. Ils sont nombreux à avoir des fonctions liées à la diffusion scientifique (« scholarly communication »), mais pas tous.
– le second groupe rassemble les nouveaux bibliothécaires. Pour ce que j’en ai vu, les nouveaux bibliothécaires tendent à être pro open access, et à penser que c’est une nouvelle branche passionnante du métier. Il y a cependant une différence entre dire qu’on est pour l’open access et en savoir suffisamment pour avoir un réel impact : l’open access est quand même un truc bien compliqué, et je me demande parfois si j’en ferai jamais le tour.
– enfin il y a la grosse majorité silencieuse des bibliothécaires qui font juste leur travail et s’en tapent un peu, de l’open access, parce que ça ne les touche pas vraiment pour le moment.
Pourtant les choses peuvent changer rapidement : il y a quelques années, vous pouviez tranquillement vivre votre vie de responsable des ressources électroniques sans connaître grand chose de l’open access. Aujourd’hui, avec le nombre croissant de ressources en open access, vous devez comprendre dans quelle mesure cela peut affecter les usages des ressources que vous achetez, et il n’est pas idiot d’utiliser des outils d’aide à la décision sur les abonnements prenant en compte le volume de contenus en open access. Vous vous occupez de l’outil de découverte ? Il vaudrait mieux que vous sachiez comment fonctionnent les ressources en open access dans votre index central… »

En résumé, Aaron conclut qu’il est temps de se réveiller, et de se mettre à l’open access, en commençant par lire le bouquin de Peter Suber « Qu’est ce que l’accès ouvert ?« , dispo chez OpenEdition. Ce qui me semble être une bonne idée.

[Photo : Lea Aharonovitch]

Publicités

Quels changements pour les BU quand l’OA primera ?

13921535969_dccf724a92_kJe trouve le billet d’Aaron Tay « How academic libraries may change when open access becomes the norm » particulièrement pertinent par rapport aux questionnements que nous avons en BU ces temps-ci ; voici les changements qu’il anticipe (ce qui est en italique est traduit par mes soins) , en partant du principe « qu’au cours des 10-25 prochaines années, 50 à 80% (ou plus) des publications annuelles seront disponibles sous une forme ou une autre d’open access« .

1. « Les rôles des BU dans la découverte et même dans la fourniture d’information aux usagers vont diminuer » :
Les étudiants, et de plus en plus de chercheurs, n’utilisent pas le site de la BU pour commencer leurs recherches, ils utilisent sans le savoir les ressources de la BU croisées avec les outils de signalement commerciaux comme Google Scholar : exit la mission d’aide à la découverte.
Par ailleurs, une fois la majorité des ressources accessibles librement en OA, finie la mission de fourniture d’information : divers outils permettent déjà (l’extension pour Chrome Lazy Scholar par exemple) de récupérer automatiquement une version en libre accès quand elle est disponible.
Du coup, cela aura une incidence au niveau des RH : on n’aura en principe plus besoin de grosses équipes pour la gestion des abonnements imprimés (tant qu’il en restera) ni pour la gestion des ressources en ligne (qui se concentrera du coup sur l’administration du résolveur de liens, de la base de connaissance…)

2. « Les BU pourraient plus se concentrer sur leurs fonds spécifiques et passer à l’édition/l’hébergement de revues » :
« Au delà du simple rôle d’archive, quelques bibliothèques s’essayent à produire des épirevues, comme le fait l’University College London. Cela demande essentiellement que les BU se lancent dans l’édition en convertissant les archives institutionnelles en plateformes de publication. Les presses universitaires de l’UCL, par exemple, sont désormais un département au sein de la bibliothèque de l’institution. En combinant la plateforme open source Open Journal System (OJS) et l’archive institutionnelle comme système de stockage, la bibliothèque édite désormais des revues en open access. De nombreuses revues sont aussi publiées avec la solution Digital Commons.
La grosse question est de savoir si les BU ont les compétences, les savoirs et les motivations pour jouer ce rôle et reprendre le système de communication scientifique. »
En ce qui concerne les fonds spécifiques, il s’agirait de penser non plus en termes quantitatifs, mais qualitatifs : mettre l’accent sur les unica, les documents rares ou précieux, ou spécifiques à l’institution (littérature grise, thèses, etc). Pour ce faire, « numérisation, OCRisation, transcription de textes, création de métadonnées pour une meilleure « découvrabilité » desdites collections. Une autre façon de revenir de la gestion de l’abondance à celle de la rareté qui a sous-tendu l’activité des bibliothèques pendant des siècles, si je ne m’abuse ?

3. « Les bibliothèques s’axeront plus sur des services d’expertise à haute valeur ajoutée, comme l’information literacy, les services de gestion des données, les services de géolocalisation etc pour remplacer leur mission réduite d’acquisition » :

La BU est ici confrontée à son problème d’image, de perception qu’en ont les utilisateurs : dans un monde où tout ou presque est accessible facilement, sans barrière financière, institutionnelle ou juridique, la mission d’acquisition de documentation n’a plus de raison d’être. Or cette mission est celle qui est la plus reconnue aux bibliothèques (p.67) par les chercheurs : comment justifier la valeur ajoutée de la BU pour la recherche dans ce contexte ? D’où l’intérêt pour les bibliothécaires de se saisir le plut tôt possible d’autres missions de support à la recherche : aide à la publication en OA, bibliométrie, gestion des données, formation aux « compétences informationnelles »…

4. « Les budgets des bibliothèques pourraient diminuer » :
En toute logique, la disponibilité des contenus en OA implique une baisse des coûts.
Cela ne veut pas dire que la dépense sera nulle pour autant : il faudra bien payer les APCs (mais ce rôle ne sera pas forcément donné aux bibliothèques), et, j’ajoute que l’édition électronique et les archives institutionnelles, ça a un coût aussi : développer des fonctionnalités pour son archive ouverte, former le personnel à de nouvelles compétences d’édition par exemple, ou embaucher des personnels qualifiés pour mettre en oeuvre une chaîne de publication, rien de tout cela n’est gratuit.
La question fondamentale à mon avis, c’est : est-ce que ces missions se feront dans les bibliothèques ou en dehors ?

10231527134_535e3171e5_k5. « Moderniser les pratiques de citation » :
Selon l’article « Academic citation practices need to be modernized – References should lead to full texts wherever possible« , les versions en open access des articles publiés devraient devenir la source de référence, et les articles accessibles uniquement sur abonnement ne devraient être cités qu’en dernier recours ; il propose l’ordre de priorité suivant :

  1. Revue en open access
  2. Revue hybrides
  3. Archive ouverte institutionnelle
  4. Toutes les autres sites en open access, aussi bien les réseaux sociaux de recherche type Academia.edu ou Researchgate que les archives thématiques comme SSRN

(L’auteur de l’article prône également la citation des DOI, l’usage d’URLs compactes et l’abandon de la pagination)

Aaron s’interroge, en conclusion, sur les indicateurs qui permettront aux BU de réaliser qu’il est temps pour elles de diminuer les activités traditionnelles : « la baisse des téléchargement d’articles par utilisateur pour les revues sur abonnement ? La baisse des consultations du site web de la bibliothèque ?
A partir de quel pourcentage de la production éditoriale annuelle en open access les BU commenceront-elles à réduire la voilure ? »
[Photos : Santi, Lena CH]


novembre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.