Trouver des contenus en OA chez Taylor & Francis

ChosenLogo_V02Taylor & Francis est un éditeur pluridisciplinaire anglais, racheté par le groupe Informa il y a quelques années. Son portefeuille comporte plus de 160 revues en open access gold ; l’éditeur propose également un option hybride, Open Select, disponible pour 2500 revues. Pas de liste des APC par revue, mais un « Article Publishing Charges finder » qui indique le coût des APC pour chaque revue. La partie du site consacrée à l’open access est plutôt claire et détaillée.

En recherche standard comme en recherche avancée, aucune fonctionnalité ne permet de restreindre la recherche aux seuls contenus en open access. Il est possible d’affiner les résultats de recherche avec une option  » Only show content I have full access to« , qui ne limite pas aux contenus en OA, et inclut donc les articles en accès libre proposés à la discrétion de l’éditeur (le fameux « bronze OA« ) ; cette option n’apparaît qu’une fois qu’on a lancé une recherche, elle n’est pas proposée par défaut.

Les résultats indiquent, pour chaque item, leur statut OA ou Free au moyen d’un logo qui figure sur la liste des résultats et sur la notice de l’article. Dans l’onglet @licensing on trouve la mention de copyright ou la licence CC appliquée.

Quand on est sur la page d’une revue, il est possible d’afficher, dans la partie « Explore », sous la table des matières du numéro en cours, une sélection d’articles en OA dans un onglet spécifique, à côté des articles les plus cités et des plus lus.

A noter, T&F dispose d’une filiale dédiée à la publication de mégarevues, Cogent OA, qui propose une variante du modèle APC, le modèle Freedom APC : les auteurs sans financement peuvent définir le montant de l’APC qu’ils sont prêts à verser, moyennant un minimum tout de même. Les autres sont invités à payer l’APC standard de 1350$. Le site dispose de son propre moteur de recherche, indépendant de celui de T&F.

En résumé, une plateforme qui facilite plutôt l’accès aux publications en open access.

 

Publicités

De l’importance des workflows pour les accords OA

6014917153_7ba8d142c7_o_dLes bibliothécaires de l’Université de Vienne, en Autriche, ont publié une analyse fort intéressante des différents contrats qu’ils ont négociés avec les éditeurs contenant une dimension « open access » ; plus précisément, ils se sont attachés à décrire les différents workflows à l’oeuvre pour couvrir le cycle complet de la diffusion en OA, de la soumission de l’auteur aux modalités de paiement et/ou de suivi de la dépense d’APC. Voici ce que l’on peut en retenir :
L’université de Vienne est une grosse université (90 000 étudiants), qui a passé des accords comportant un volet OA pour 14 ressources. On distingue 4 types d’accords :

  • Les « Read and publish » : ils fonctionnent sur le même principe que les big deals pour les ressources sur abonnement, avec un forfait négocié pour couvrir les APC des articles publiés par les auteurs de l’établissement.
  • Les accords de compensation (« offsetting agreements ») : soit la dépense d’APC est déduite de la dépense d’abonnement, soit la dépense d’abonnement ouvre droit à une importante remise sur les coûts des APC.
  • Les accords avec des éditeurs OA Gold payant : l’adhésion institutionnelle donne droit à une remise sur les APC, ou permet de mettre en place un système de pré-paiement.
  • Les autres accords : l’institution soutient financièrement une initiative, sur le modèle de SCOAP3 ou OLH.

Ce qui saute immédiatement aux yeux, c’est la diversités des modes de fonctionnement de chaque accord : certains éditeurs ont une interface claire et des consignes compréhensibles pour les auteurs, d’autres perdent ces derniers avec des désignations inhabituelles de leur institution de rattachement. La mention du fait que les APC sont pris en charge par l’institution est plus ou moins visible selon les plateformes. Certains éditeurs envoient une seule facture, d’autres de multiples factures, et acceptent ou pas de les envoyer à l’institution et pas directement au chercheur. Des accords portent sur tous les types de documents ou de revues, d’autres ne concernent que les articles de recherche ou les revues hybrides.

Même pour un bibliothécaire c’est compliqué !

Dans ces conditions, la principale difficulté est de communiquer toutes ces subtilités aux enseignants-chercheurs : malgré les différentes activités de sensibilisation et de promotion, informer tous les chercheurs de l’établissement sur les différentes possibilités qui s’offrent à eux relève de la mission impossible ; et pourtant le site web d’information sur l’open access monté par la BU est plutôt bien fait.

L’identification correcte des enseignants-chercheurs, permettant de vérifier leur éligibilité aux bénéfices de l’accord est également une étape cruciale : les bibliothécaires constatent que lorsque les éditeurs mettent des moyens humains pour faciliter cette identification, le système est bien plus efficace, et le taux d’articles diffusés en OA grimpe, alors qu’il stagne, voire décline, quand ce n’est pas le cas. Malheureusement un seul des éditeurs avec lesquels traitent les collègues viennois a mis suffisamment de moyens…

A celà s’ajoutent la mauvaise qualité des métadonnées et les modes de facturation variés, qui complexifient le travail de suivi et la traçabilité des dépenses, malgré les mandats des financeurs de la recherche.

Pour les bibliothécaires, la question des workflows doit être intégrée très tôt dans la négociation avec les éditeurs :

Nous avons appris à nos dépens que, pour qu’un accord aboutisse, les workflows doivent occuper une place centrale et que des discussions doivent être engagées dès les premières étapes des négociations. Il s’est avéré essentiel d’établir une communication directe non seulement avec l’équipe commerciale de l’éditeur, mais aussi avec le personnel responsable des workflows d’OA. Idéalement, une démonstration en direct devrait être organisée, au cours de laquelle le personnel compétent de l’université, comme les chercheurs et le personnel du service en charge de l’open access, peut tester sur le terrain chacune des étapes que les auteurs correspondants devront franchir au fur et à mesure du processus de publication. A défaut, l’éditeur pourrait fournir des captures d’écran détaillées du processus. Quoi qu’il en soit, ce serait l’occasion d’attirer l’attention sur les problèmes potentiels et d’envisager des solutions pour y remédier.

Ils concluent qu’il y a une vraie refonte des modes de fonctionnement à imaginer, et que ce sont essentiellement les pratiques des éditeurs qui doivent évoluer :

Les accords de publication en open access ont le pouvoir de faire augmenter considérablement la proportion de publications en OA produites par les institutions,  et de contribuer ainsi à la transition vers l’OA. Toutefois, le succès de ce type de projet dépend en grande partie de la conception et de la mise en œuvre judicieuses des workflows. Bien que tous les acteurs concernés aient un rôle important à jouer dans ce contexte, la responsabilité principale incombe aux éditeurs, qui doivent repenser les flux de travail existants et intégrer la publication en open access dans leurs systèmes. Essayer de construire un workflow de la publication en OA juste en adaptant les méthodes actuelles de gestion des abonnements ne donnera pas de résultats satisfaisants.

Source : Pinhasi, R., Blechl, G., Kromp, B., & Schubert, B. (2018). The weakest link – workflows in open access agreements: the experience of the Vienna University Library and recommendations for future negotiations. Insights, 31, 27. DOI: http://doi.org/10.1629/uksg.419
[Photo : atoach]

Le (bon) plan S

38028099792_44acda4c73_oScience Europe vient d’annoncer le lancement de la « Coalition S« , un accord signé par 11 organismes financeurs de la recherche en Europe, dont l’ANR. Et c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le fameux Plan S élaboré par le chargé de mission pour l’open access de la Commission Européenne, Robert-Jan Smits (RJS). En effet, cette coalition s’engage sur l’objectif principal du Plan S, à savoir l’obligation de diffusion en accès ouvert, à compter du 01/01/2020, de toute la littérature de recherche financée par des fonds publics ; la diffusion pouvant se faire soit dans des revues en open access, soit sur des archives ouvertes.

Le Plan S se décline en 10 points (je résume) :

  • Les auteurs conservent leurs droits et diffusent leurs travaux sous une licence ouverte
  • Les financeurs vont définir des critères et un haut niveau de service pour qualifier les revues OA et les plateformes d’archives ouvertes labellisés
  • Les financeurs soutiendront la création de revues et de plateformes si besoin ; ils soutiendront également les infrastructures de l’open access
  • Les APC seront payés par les financeurs ou par les institutions (et pas par les individus)
  • Les APC seront standardisés et plafonnés au niveau européen
  • Les universités, organismes de recherche et BU devront aligner leurs politiques et leurs stratégies en la matière
  • Tous les produits de la recherche sont concernés par cette politique, même les ouvrages, bien que pour ceux-ci une tolérance soit accordée  au niveau du délai de mise en place
  • Le rôle des archives ouvertes pour la conservation à long terme des productions de recherche et pour l’innovation éditoriale est réaffirmé
  • Exit les hybrides : le modèle hybride n’est pas compatible avec les objectifs du plan S
  • Les financeurs feront une suivi du respect de ces règles et sanctionneront les manquements

Evidemment, les éditeurs ne voient pas ce plan d’un bon oeil : le refus des hybrides signerait la fin de la liberté académique du chercheur et freinerait la transition vers l’open access, le plan « saperait le travail de validation effectué par les revues de qualité » et ne serait « pas soutenable pour les revues du groupe Science », selon un porte-parole de l’éditeur.

PS : Pour quoi un plan « S » ? C’est « S » pour « Science, Speed, Solution, Shock », selon RJS.

Sources :
European science funders ban grantees from publishing in paywalled journals
Radical open access plan could spell end to journal subscriptions

Conclusions du 3ème workshop ESAC

461240381_4a57e4f032_oESAC (Efficiency and Standards for Article Charges) est une initiative qui a pour objectif de suivre les évolutions des frais de publication des articles dans les revues scientifiques, de recenser les bonnes pratiques et faire des recommandations sur la gestion des APC et les workflows associés.
Fin juin s’est tenu le 3ème Workshop du projet, le rapport qui en est issu est en ligne, je vous en résume/traduis les grandes lignes :
A propos de l’évaluation de la valeur et les facteurs déterminant le coût :

  • Il faut différentier dans les analyses les différents modèles d’APC, le fait qu’on parle de gold ou d’hybride ou d’accords de compensation (« offsetting agreements ») change la perspective.
  • Le coût des APC hybrides est nettement plus élevé que celui des APC des revues gold, c’est un fait désormais établi.
  • Le coût des APC dans le cadre d’un accord de compensation est du niveau de celui des APC hybrides, mais il est à envisager dans le contexte global de l’accord, ie en prenant en compte les économies éventuelles réalisées sur le double dipping.
  • Les indicateurs tels que le SNIP ou le facteur d’impact ne sont pas les seuls critères pour définir le coût des APC : la discipline, l’éditeur ou le modèle économique jouent également un rôle.
  • Les APC des revues gold reflètent de manière plus cohérente les coûts de production et de services dans leurs prix, alors que les APC hybrides traduisent plutôt le niveau de revenu actuel et les marges bénéficiaires de l’activité d’abonnement des éditeurs. Il ne s’agit donc plus d’un argument valable en faveur d’une hausse des prix des APC.
  • Les niveaux de prix médians sont les principaux moteurs de l’évolution globale des coûts. Sont donc à surveiller les prix des revues très fréquentées et les portefeuilles de revues qui englobent la plus grande partie de la production scientifique.

A propos du suivi des coûts :
6630834701_aabb88e693_o

  • Nécessité de l’indépendance de la collecte et de l’analyse des données sur les APC. La transparence obtenue grâce à des initiatives telles que OpenAPC permet à la communauté de discuter des coûts des APC sur la base de données probantes.
  • Nécessité pour les différents acteurs institutionnels ou individuels actifs sur le sujet de se coordonner pour maximiser l’impact de leurs efforts.
  • Les institutions et les consortiums de bibliothèques doivent maintenant mettre en place des actions concrètes, utilisant ces nouvelles données comme un atout, pour faire passer les négociations avec les éditeurs à un autre niveau, et arriver à un système de publication équitable, durable et en accès complètement ouvert.

A propos du risque d’augmentation des coûts globaux de l’édition scientifique à cause de l’OA hybride :

  • La stratégie d’intégration de l’open access et des coûts relatifs dans le contrat de licence d’abonnement des institutions permet d’exercer un suivi des coûts pour contenir les dépenses en double et de travailler à convertir officiellement les dépenses d’abonnement en soutien à la publication en accès ouvert. Les accords de compensation doivent être négociés comme des mesures transitoires, avec l’objectif clair d’arriver rapidement à la conversion vers l’accès ouvert complet.

A propos du risque de voir les éditeurs traditionnels dominer le marché de l’édition scientifique et imposer leurs coûts d’APC sur la base de leurs marques éditoriales :

  • Le modèle économique basé sur les APC pour la publication en accès ouvert est une nette amélioration par rapport au marché actuel des abonnements, en ce sens que les coûts des APC sont transparents et, par conséquent, soumis à un niveau de contrôle qui fait totalement défaut sur le marché opaque des abonnements. Néanmoins, afin de soutenir l’évolution d’un marché plus efficace et plus diversifié, les institutions devraient éviter deux écueils du modèle des abonnements :4418249517_a83f1e5f4d_o.jpg
    • L’augmentation des prix obligatoire : quand on compare les coûts par article du système actuel d’abonnements (entre 3800 et 5000 euros)[1] avec les coûts moyens d’APC (autour de 2000 euros), on voit bien qu’il y a déjà assez d’argent dans le système pour soutenir une transition vers un accès ouvert ; les augmentations ne sont pas justifiées.
    • L’usage des indicateurs : évaluer le coût des APC en fonction d’indicateurs comme le SNIP et JIF n’est pas pertinent, car ceux-ci sont limités en termes de transparence et d’applicabilité au niveau de l’article, et ne servent qu’à renforcer le pouvoir des revues et des marques d’éditeur. Et puis ce sont les APC médians qui ont la plus grande influence sur l’évolution globale des coûts du marché, dont pas vraiment ceux des revues à fort facteur d’impact.
  • Par ailleurs, n’oublions pas la bibliodiversité : les modèles de publication coopératifs et sans APC ont besoin d’être soutenus. Un transfert des budgets et des économies réalisées vers de nouveaux modèles permet de stimuler la concurrence et l’innovation sur le marché de l’édition scientifique.

Pour finir, à propos du risque d’augmentation des coûts pour les établissements de recherche intensive :

  • Chaque institution est susceptible d’être confrontée à ce problème pour certains éditeurs dont les coûts de publication dépasseront les anciens coûts d’abonnement. Toutefois, comme on l’a vu plus haut, il y a suffisamment d’argent dans le système : il faut trouver un moyen de réaffecter les coûts. Des solutions sont à travailler au niveau des  consortiums, par exemple en introduisant des mécanismes de compensation internes et des fonds de solidarité, le cas échéant.

[1] Disrupting the subscription journals’ business model for the necessary large-scale transformation to open access : le rapport de la Max-Planck-Gesellschaft sur les coûts de la transition vers l’open access.

[Photos : Daniel hoherd, Laura Thorne, Kirstie Warner]

Une initiative pour le financement de l’open science : SCOSS

8661000014_715a3135e5_oSPARC Europe a lancé la « Coalition mondiale pour la durabilité des services scientifiques ouverts » (Global Sustainability Coalition for Open Science Services, SCOSS), pour coordonner un système de mutualisation du financement des projets et services permettant à la science ouverte de se faire, pour assurer leur maintien sur le long terme.

Du financement participatif pour pérenniser la science ouverte

Le principe de ce dispositif est de proposer chaque année à des services non commerciaux participant à l’open access et/ou à l’open science de soumissionner pour un financement mutualisé d’une durée de 3 ans ; les candidatures sont examinées en fonction d’une série de critères tels que la valeur ajoutée pour les différents acteurs de la recherche, la gouvernance, le coût et la durabilité du financement, les projets de développement. Deux initiatives sont sélectionnées par campagne et pourront être subventionnées selon un système de financement participatif, réparti sur les institutions et les organisations de recherche du monde entier.

Les 2 premiers services sélectionnés sont le DOAJ et Sherpa/Romeo, deux outils que nombre de bibliothèques utilisent au quotidien :

– Le DOAJ pour repérer les revues en OA de qualité à signaler aux enseignants-chercheurs. Il est possible que la formule d’adhésion actuelle au DOAJ disparaisse au profit de celle de SCOSS d’ici 2021. (Objectif de financement : 970 000 €)

Sherpa/Romeo pour connaître les politiques des éditeurs en matière d’auto-archivage. C’est un service que nous continuerons d’utiliser malgré la loi numérique, au moins tant qu’il ne sera pas dit officiellement qu’elle est rétroactive. Il est prévu d’ouvrir la curation des données de Sherpa/Romeo à la communauté, pour accélérer le traitement des demandes. (Objectif de financement : 1 529 935 €)

Pourquoi c’est intéressant ?

SCOSS établit une tarification pour les services sélectionnés en fonction des besoins et des objectifs de développement ; la grille tarifaire est échelonnée pour permettre la participation des établissements de grande et de petite taille.

Les établissements participant au financement s’engagent pour 3 ans. A l’issue de cette période, les candidats doivent avoir trouvé un mode de financement durable.

C’est un moyen très concret de soutenir le développement de la science ouverte, en renforçant des structures devenues de référence sans pour autant avoir un financement pérenne. De passer des déclarations d’intention aux actes, dans le droit fil des préconisations de l’appel de Jussieu.

Et ça marche ?

La campagne a plutôt bien commencé : lancée fin 2017 par Sparc Europe, LIBER, EIFL et CAUL, avec le support de l’AOASG, de COAR, de l’ERC, de l’EUA , de l’IFLA et de Science Europe, elle a déjà permis de collecter plus de 340 000 d’euros d’engagements, répartis sur une trentaine d’établissements académiques.

Pour en savoir plus, on peut s’abonner à la newsletter de SCOSS (qui devrait bientôt être disponible en français) ici.

De la difficulté d’inclure l’OA dans les big deals

8118876600_aa8f636a48_zDans The open access big deals : back to the future, Richard Poynder évoque les problèmes posés selon lui par les négociations de ce qu’il appelle les « open access big deals », c’est à dire les accords incluant l’accès aux contenus sous abonnement et la publication en OA avec APC. Il rappelle d’abord les modèles en présence, en soulignant que les objectifs ne sont pas forcément clairs dans toutes les négociations :

  • on a du « Read and publish » : les institutions payent des abonnements pour lire les contenus, et les frais de publications sont inclus dans l’accord ; la tarification est calculée en fonction du nombre d’articles publiés annuellement  par les enseignants-chercheurs des institutions, qui viennent en déduction du coût des abonnements (c’est ce que l’on appelle aussi les accords de compensation, « offsetting agreements »)
  • et aussi du « Publish and read » : les institutions ne payent que les frais de publication correspondant au nombre d’articles que publient annuellement leurs enseignants-chercheurs, ce n’est plus l’accès aux contenus qui est valorisé dans l’accord. C’est le modèle suivi par les allemands avec DEAL.

Les problèmes posés par ces accords sont, pour Poynder, au nombre de 4 :

1. La transparence est une des composantes essentielles de la transition vers l’open access. Transparence sur les clauses des négociations, et transparence sur les coûts, elle est censée garantir une vitalité du marché des APC, la concurrence permettant de faire évoluer les prix à la baisse. Or actuellement, il semblerait que les négociations des big deals incluant les APC ne soient pas plus transparentes que celles des accords traditionnels (il donne les exemples des négociations en cours en Allemagne, en Suisse et en Finlande), sans qu’il soit réellement possible d’en savoir la raison, entre des clauses de confidentialité imposées par les éditeurs, ou une prudence excessive de la part des négociateurs.

2. Il y a ensuite le fait que ces accords mixant abonnements et APC favorisent les « gros » éditeurs traditionnels, et handicapent les pure players de l’open access, qui n’ont pas le composant « abonnements » d’une part et peinent à trouver des modèles économiques de rupture d’autre part.

3. Par ailleurs ces accords avalisent le modèle auteur-payeur comme principal modèle économique pour la diffusion en open access, en cautionnant notamment l’open access hybride, et ne résolvent en rien la question de l’accessibilité financière aux contenus.

4. Enfin ce type d’accord, en maintenant en partie le système d’édition scientifique traditionnel, ne facilite pas la transition vers un modèle de diffusion large de la recherche scientifique appelé de leurs voeux par les organismes de financement publics.

Ce que Poynder n’évoque pas, c’est que, sans accord, les nouveaux flux financiers qui vont aux éditeurs avec les APC restent sous le radar : non mesurés (quelle dépense pour combien d’articles ?), non contrôlés (quelle évolution de la dépense ?), non vérifiés (obtient-on réellement ce pour quoi on a payé ? les articles en question sont-ils bien accessibles ?), ce qui n’est pas, me semble-t-il, une garantie d’un bon usage des fonds publics.

[Photo : Tore Bustad]

CHARLESTON CONFERENCE 2017 ‘WHAT’S PAST IS PROLOGUE’

Marlene’s corner ouvre ses colonnes à l’international : Marc Martinez (@tunguska69), directeur du SCD de Lyon 3, a gentiment accepté de nous faire un retour sur l’édition 2017 de la Charleston Conference, l’une des plus importantes manifestations professionnelles aux Etats-Unis.

flag_of_south_carolina

And you may ask yourself, well how did I get there? [1]

La 37e édition de la Charleston Conference – Issues in book and serial acquisition a eu lieu dans la capitale de la Caroline du Sud aux États-Unis du 8 au 10 novembre 2017 sous le mot d’ordre : What’s past is prologue. Sous ce titre énigmatique s’est déroulé un événement professionnel d’une richesse insoupçonnée de l’autre côté de l’Atlantique, organisé par Casalini libri, la revue Against the grain et la Charleston company  Il était dès lors tentant et intéressant d’aller voir in vivo comment se présentaient les tendances de fond pour les bibliothèques et leur écosystème outre-Atlantique.

Size matters

La première surprise est… de taille : celle de la conférence. Même compte tenu de la différence de taille des pays et d’effectifs des corps de professionnels des bibliothèques et de la documentation, je m’attendais à une conférence du volume de celle que tient LIBER annuellement, avec une jauge autour de 400 à 600 présents. Loin de là : 1 800 personnes au total étaient présentes sur les trois sites de la conférence dans downtown Charleston. L’Attendee roster, qui recense les participants, est un document d’une bonne centaine de pages à lui seul. C’est, pour donner un ordre de grandeur, plus de quatre fois le volume d’un congrès ADBU et on se rapproche, en termes de fréquentation, de la conférence mondiale de l’IFLA[2]. C’est grand, c’est XXL même et on est un peu perdu au début dans le dédale d’interventions simultanées, d’événements périphériques et associés, de lieux divers dans la ville mais on finit par s’y retrouver : l’organisation est sans failles et l’accueil (bénévole en grande partie) efficace et souriant, toujours prêt à sortir d’embarras le collègue français peu au fait de l’environnement local.

We’re in this together [3]

La seconde différence d’importance est plus discrète à se manifester mais n’en est pas moins frappante et colore l’ambiance et les débats de la conférence. Sur les 1790 participants, 934 seulement sont bibliothécaires ou professionnels de la documentation ; les 856 autres sont des fournisseurs, qui représentent donc près de la moitié du public (47,8%). Je dis bien qu’ils font partie du public, car ici pas de dichotomie marquée bibliothécaires / fournisseurs, ni de stands bien alignés permettant de séparer secteurs public et marchand : la conférence s’adresse autant aux fournisseurs qu’aux collègues. Des fournisseurs au demeurant très variés : à côté des bataillons serrés envoyés par les Elsevier, Springer, Sage et autres Gale, les sociétés savantes, les éditeurs, les fabricants de matériel et développeurs de logiciels se pressent dans les allées, les salles et autour des buffets et cafetières.

Peu ou pas de stands donc et peu de démonstrations de produits ou services, si ce n’est quelques déjeuners stratégiques organisés par les grands groupes à destination d’un public choisi de décideurs de l’IST nord-américain. La conférence est l’occasion pour ces deux publics que nous avons l’habitude en France de considérer assez strictement disparates de se mêler de manière informelle et aisée.

Même savant mélange à la tribune où bibliothécaires, universitaires et acteurs privés cohabitent souvent sans inconvénient visible.

How to disappear completely [4]

Parmi les bibliothécaires, douze pays étaient représentés par 63 collègues, en périphérie de l’écrasante majorité de participants US. La répartition géographique fait une place prépondérante au voisin canadien et relègue les participants du reste du monde (y compris européens) au statut d’épiphénomène statistique (moins de 30 personnes).

Parmi les locaux de l’étape, on retrouve évidemment les grandes bibliothèques universitaires du pays mais aussi une bonne partie du réseau de collègues travaillant dans des colleges de plus petite taille et renommée, voire des documentalistes travaillant dans certaines grosses high schools (l’équivalent approximatif de nos lycées) – une représentation professionnelle plus large donc que celle fréquentant ce type de manifestation sous nos latitudes.

To the point

Durant les trois journées de la conférence, les interventions, tables rondes et débats ont roulé sur des sujets subtilement différents de ceux auxquels on est exposé en Europe. Dédiée à l’origine aux problématiques d’acquisition et de gestion des collections d’ouvrages et de revues, aujourd’hui étendues au management stratégique des collections et ressources, la Charleston conference a vu ses thèmes évoluer vers des préoccupations plus larges : l’évolution des bibliothèques universitaires et de recherche  au 21e siècle ; les technologies de l’édition scientifique ; les questions d’éthique des publications ; le rôle croissant de l’intelligence artificielle dans les écosystèmes documentaires font partie des sujets abordés lors de cette édition. Les questions de ressources humaines et financières sont présentes mais à un degré moindre qu’en France, du fait d’un système de recrutement et d’un cadre d’emploi reposant sur des principes sensiblement différents et d’une situation financière globalement plus favorable – même si les problématiques de contrôle des coûts de la documentation électronique sont aussi réelles qu’en Europe.

Quand l’open access et les différentes facettes de la science ouverte constituent de plus en plus la trame de fond des conférences professionnelles généralistes françaises ou européennes, le programme de la Charleston conference met en valeur les  : d’un côté Elsevier / Bepress intervenant deux fois (une pour désamorcer les craintes nées du rachat de Bepress par Elsevier l’été précédent, la seconde en duo avec une bibliothécaire de l’Illinois pour vanter l’intégration de Bepress sur le site web de l’université) ; à l’autre extrémité de l’échelle de taille d’entreprises, les présentations de sociétés comme Yewno ou Atypon, là encore de concert avec universitaires et bibliothécaires.

Une place particulière est accordée aux questions juridiques, qu’il s’agisse de copyright, du régime de propriété des données ou des conditions juridiques dans lesquelles les bibliothèques nord-américaines rendent leurs services à leurs usagers. Une session plénière en matinée, intitulée The long arm of the law y est consacrée, avec entre autres un compendium des litiges et affaires intéressant les bibliothèques portés devant les tribunaux. Une enseignante de droit et un avocat spécialiste de la propriété intellectuelle animent la matinée, modérée par une collègue du Center for research libraries. L’intervention (chantée par moments !) de l’avocat William Hannay sinon le moment-clef. En dehors des remises de prix et des ouvertures ou clôtures de sessions, la conférence ne compte que six interventions en formation plénière, parfois de durée réduite. Le véritable show monté par Bill Hannay a été l’intervention la plus suivie, celle qui a entraîné les réactions les plus vives de la salle et a produit en bouquet final un chœur improvisé (et souvent faux on doit l’avouer) de presque 500 bibliothécaires chantant – sous la houlette d’un avocat d’affaires – les aventures d’un fichier musical numérique sous DRM !

Famous last words

Au total, un éclairage partiel, plus un instantané qu’un panorama, sur les tendances professionnelles et l’évolution de nos structures et métiers telles que les voient les collègues nord-américains et leurs fournisseurs et partenaires privés. Il paraîtrait utile que la Charleston conference figure de manière plus visible dans les agendas des collègues impliqués dans les actions et la veille internationales : c’est à mon sens, pour les bibliothèques universitaires et de recherche au moins, un des endroits où prendre le pouls de nos métiers et où sont délinéés  leurs devenirs.

[1] Motto d’une des présentations

[2] Pour référence, la fréquentation des dernières conférences mondiales IFLA a été : 2017 (Wroclaw, Pologne) : 3000 ; 2016 (Columbus, États-Unis) : 3200 ; 2015 (Cape Town, Afrique du Sud) : 2100 ; 2014 (Lyon, France) : 2600 ; 2013 Singapour : 2100.

[3] We’re in this together – NIN

[4] How to disappear completely – Radiohead


décembre 2018
L M M J V S D
« Oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités