La vie sans Elsevier

Ce n’est pas l’idéal, ni une fin en soi, mais faire de la recherche sans accès aux revues d’Elsevier, ou du moins sans accès à la collection complète, est envisageable dans une certaine mesure, c’est du moins ce que nous montrent ces 2 sujets en provenance de la Suède et de la Floride :

En Suède, les bibliothèques membres du consortium Bibsam ont suspendu leur contrat avec Elsevier entre juillet 2018 et fin 2019, en raison de l’incapacité de l’éditeur à proposer une offre acceptable mixant les coûts de consultation (les abonnements) et les coûts de publication (les APC). Dans un rapport très détaillé, elles analysent les conséquences de la décision de non-renouvellement sur les chercheurs (une enquête a été menée), sur leurs institutions et sur l’activité du consortium lui-même :

  • L’opinion des chercheurs est partagée sur l’impact de cette politique sur leur recherche. Un peu plus de la moitié (54%) des répondants disent qu’elle a une influence négative sur leur travail : la veille prend plus de temps, et elle est incomplète du fait du manque d’accès, en particulier dans les domaines disciplinaires bien couverts par le catalogue de l’éditeur (la santé essentiellement). L’autre moitié fait état d’un impact moindre, les revues de l’éditeur ayant pour ceux-ci moins d’importance dans leurs champs de recherche. Plus de 80% des chercheurs ayant répondu à l’enquête indiquent avoir eu besoin d’un article non accessible au cours de la période : pour ceux-ci, 42% ont laissé tomber, 42% ont trouvé leur bonheur sur Sci-hub ou Researchgate, le reste ayant recours à peu près à part égale à la BU, à l’auteur ou à un collègue. Les alternatives légales type PEB n’ont pas rencontré de succès : difficile de rivaliser en terme de rapidité, même avec un service performant. L’enseignement intéressant aussi, c’est l’effet négatif en terme d’image sur l’éditeur, qui conduit les chercheurs à modifier leurs activités de publication : près de la moitié des répondants disent désormais refuser de publier, de faire du peer-review ou de remplir des fonctions éditoriales chez Elsevier.
  • Pour les universités membres du consortium, le non-renouvellement a été l’occasion de faire de la pédagogie auprès de leurs instances de gouvernance et de leurs chercheurs, à la fois sur les raisons de ce non-renouvellement, et aussi sur les moyens d’accès alternatifs aux articles, que ce soit les extensions, le PEB ou un service de fourniture de document payant (les 2 systèmes coexistent). La mise en place et/ou le renforcement des usages de ces services s’est fait à un coût marginal, rapporté au coût annuel pour l’accès à la Freedom.
  • Au niveau du consortium, les négociations avec d’autres éditeurs se sont intensifiées autour des questions d’open access.

Au final, les négociations ont repris et abouti selon les conditions suivantes (pour une économie de 1,7M d’euros par an) :

  • Accès à la collection Freedom
  • Droit de publication illimité dans les revues de la Freedom et toutes les revues en open access + droit de publication en OA pour 100 articles dans les revues hybrides de Cell Press, le tout sous licence CC-BY (sauf avis différent de l’auteur)
  • Pas de frais d’accès aux archives en cas de sortie
  • Accord de 3 ans, avec une augmentation annuelle à 2,5%

Par ailleurs en Floride, l’université a annulé son contrat global (« big deal ») en mars 2019, pour faire passer sa facture de 2 à 1 million de dollars, et son portefeuille de 1800 à 150 titres. L’éditeur avait prédit aux bibliothécaires que ce choix allait leur coûter au moins autant en solutions de remplacement type pay-per-view. Mais en fait non : à la surprise générale, au bout de 8 mois de fonctionnement, seuls 20 000$ ont été dépensés sur ce poste ; l’histoire ne dit pas combien l’université continue de dépenser en APC…

[Photo by Frank Okay on Unsplash]

0 Responses to “La vie sans Elsevier”



  1. Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




février 2020
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :