Archive pour avril 2014

Ils publient dans les mégarevues : pourquoi ? comment ?

ImageUne nouvelle étude de David Solomon s’intéresse cette fois aux auteurs publiant dans les mégarevues en open access (PLoS ONE, Sage Open, BMJ Open et PeerJ). Voici quelques-uns des résultats récoltés auprès de ces auteurs  :

– Le quart des articles est de la recherche originale. Moins de la moitié des articles soumis ont déjà été proposés pour publication dans d’autres revues : l’idée, encouragée par les éditeurs eux-mêmes, c’est de re-soumettre un article refusé dans une mégarevue du même éditeur.

– Les critères de choix prépondérants sont la qualité de la revue et la rapidité du processus de validation ; le facteur d’impact compte aussi, dans une moindre mesure (PLOS et BMJ), ainsi que les critères de validation et le fait que la revue soit en OA (PeerJ). Les auteurs publiant chez Sage Open et BMJ se montrent également sensibles à la réputation de l’éditeur

– Le financement des APCs provient, pour la moitié des auteurs de PLoS ONE et le tiers de ceux de BMJ Open et de PeerJ, des bourses allouées aux projets de recherche eux-mêmes. Une grande proportion des auteurs de Sage Open (60%) et de PeerJ (32%) semblent financer les APCs sur leurs propres deniers, mais il est vrai que ceux-ci sont traditionnellement plus modestes en SHS que pour les sciences dures d’une part (Sage est descendu sous la barre des 100$), et que les adhésions individuelles proposées par PeerJ sont très abordables d’autre part.

Solomon conclut :

« Les mégarevues attirent un public international de chercheurs expérimentés. Ceux-ci choisissent de publier dans ces mégarevues pour de nombreuses raisons, mais pour un grand nombre d’entre eux c’est la qualité de la revue et la rapidité du processus de validation et de publication qui priment. Pour la plupart des auteurs, le fait d’avoir une audience plus large n’est pas un facteur-clé, bien que ce soit important pour les auteurs publiant chez PeerJ et chez Sage Open. Les auteurs se disent satisfaits de cette expérience de publication et indiquent qu’ils soumettront vraisemblablement de futures contributions à la même revue ou à une mégarevue similaire, ce qui laisse présager une croissance continue de la poularité de ces revues. »

Solomon DJ. (2014) A survey of authors publishing in four megajournals. PeerJ 2:e365 http://dx.doi.org/10.7717/peerj.365

[Photo : Howard Ignatius]

Publicités

Le marché du mardi n°48

Comme ça fait très très longtemps que je n’ai pas fait de marché, certains items risquent d’être un peu datés, tant pis !

9255775520_2101d29187_mRecherche stuff
– L’European research council, la crème de la recherche européenne, est le premier organisme de financement de la recherche européen à participer au financement d’arXiv (il finance déjà une partie de PubMedCentral Europe).
Lazy Scholar, une extension Chrome qui va vérifier la disponibilité des articles sur Google Scholar
Academic torrents, comme son nom l’indique, propose de l’espace pour stocker et partager de la donnée scientifique
– Récente découverte pour moi, la série « Keeping up with… » proposée par l’ACRL aborde tous les mois un thème dans l’air du temps, sous une forme synthétique qui ne pourra que plaire aux décideurs : introduction, problématiques et enjeux, conclusion. Les thèmes depuis janvier : Altmetrics, Réalité augmentée, MOOCs. A rapprocher de la série « 7 things you should know about » d’Educause ; bon sang mais pourquoi personne ne produit ce genre de synthèses ici ? Ah oui, il y a bien les fiches pratiques de l’Enssib, que peu de gens connaissent, et qui sont, pour près de la moitié, consacrées à la conservation des fonds patrimoniaux…
– Tiens, voilà quelquechose qui pourrait s’approcher d’une fiche de veille : Les mégarevues, par le blog sur le libre accès de l’Inist
– Intéressante initiative chez Opening Science, avec la publication d’un guide « évolutif » sur l’impact d’internet sur la recherche et l’édition scientifique (« Opening Science: The Evolving Guide on How the Internet is Changing Research, Collaboration and Scholarly Publishing« ) : on peut accéder à la version éditable, acheter la version papier ou bien lire une version stabilisée chez Springer.

Pédago stuff
9252985215_233665e9f4_m– J’en ai déjà parlé, la collection s’étoffe : Open Stax propose désormais une dizaine de manuels en open access, en pdf ou en epub.
– Sans doute des idées à prendre dans le student guide to social media mis au point par les universités de Leeds, Manchester et York.
– Un truc (simple) pour faire un pdf unique à partir de plusieurs pdf, sur Mac.

Biblio stuff
– L’association of research libraries (ARL) a une chaîne sur Youtube ; on peut y retrouver la série de webcasts du projet Libvalue.

[Photos : Saint Rémy de Provence Tourisme]


avril 2014
L M M J V S D
« Mar   Juin »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités