Archive pour juin 2017

Sci-Hub : analyse croisée

33297043401_0b87a9eb6c_zBastian Greshake, un doctorant en biologie de l’université de Francfort, a eu l’idée de croiser les données sur les 28 millions de téléchargements effectués sur Sci-Hub en 2015-2016 avec les 62 millions de DOI stockés dans la base , voici quelques-uns des résultats qu’il a pu observer :

  • 35% des articles téléchargés ont moins de 2 ans, ce qui a  tendance à montrer l’inefficacité des embargos imposés par les éditeurs
  • Il y a un effet de longue traîne, avec des articles téléchargés datant d’avant 1900 : « enclosure » du domaine public vendu sous forme de bouquets d’archives ?
  • Moins de 10% des revues constituent plus de 50% des contenus de la base, et moins de 1% des revues représentent plus de 50% des téléchargements d’articles
  • Près de 50% des articles téléchargés proviennent de revues éditées par 3 éditeurs : Elsevier, Springer-Nature et Wiley, avec pour ce dernier une sous-représentation dans les téléchargements compte-tenu de la part de contenus présents dans la base.
  • Forte représentation de la chimie et, dans une moindre mesure, des sciences de l’ingénieur parmi les titres les plus demandés : pour l’auteur c’est à mettre en lien avec le fonctionnement de ces disciplines, pour lesquelles la part de recherche effectuée dans le secteur privé est importante, et pour laquelle on peut supposer plus de difficultés d’accès aux ressources numériques payantes que dans le secteur public.

Source : Looking into Pandora’s box : the content of Sci-hub and its usage

A noter : La diffusion de la liste des 62 millions de DOI contenus dans la base a déjà inspiré quelques développements, comme par exemple cet utilitaire qui permet de voir le pourcentage de couverture sur sci-hub, par revue.
[Photo : Astyan42]

Demandes de retrait de l’APA : ça ne passe pas

Choc dans la communauté des psychologues cette semaine :
14414514303_7f2ed6880f_ml’American Psychological Association, l’APA, qui a lancé il y a quelques mois un projet pilote visant « à repérer et à supprimer les articles des revues de l’APA illégalement diffusés en ligne », a envoyé à ses auteurs des demandes de retrait des articles qu’ils avaient eux-mêmes mis en ligne, sur leurs sites web personnels ou sur des sites institutionnels.

Légalement, l’APA a tout à fait le droit de faire ce type de demande aux auteurs, puisqu’elle détient tous les droits sur les articles. En terme de relations publiques et d’image vis à vis des auteurs cependant, cette opération s’est avérée plutôt néfaste : de nombreux auteurs ont exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux, obligeant l’APA a rectifier le tir dans un communiqué de presse indiquant qu’elle allait concentrer ses efforts sur les sites de partage pirates, et que le dépôt dans les archives ouvertes ou sur les sites non-commerciaux cadrait bien avec sa politique en faveur du partage de la science – car à la base, l’APA est bien référencé dans Sherpa/Romeo comme un éditeur « green ».

Cette mauvaise opération de relations publiques a paradoxalement un effet positif : la polémique a ainsi (re)mis sous les yeux des chercheurs, qui ont tendance à les ignorer, les questions liées à la cession de leur droits aux éditeurs, et leur a rappelé qu’ils gardaient leurs droits sur leurs versions auteur, et pouvaient les déposer sur des archives ouvertes ou des seveurs de pre-prints, comme PsyArXiv par exemple.

Parmi les commentaires sur cette affaire, il est fait à plusieurs reprises référence à initiative PsyOA qui promeut, comme ses consoeurs de la Fair Open Access Alliance, les principes FAIR : transparence de la gouvernance des revues, maintien des droits aux auteurs, publication en OA avec une licence explicite, pas de publication conditionnée au paiement de frais, et si frais de diffusion il y a, ceux-ci doivent être bas, transparents et proportionnels à l’activité réelle de publication.

Sources :
Authors peeved by APA’s article takedown pilot par Aggie Mika in The Scientist
APA starts monitoring unauthorized internet posting of published articles sur Scinoptica
Is the APA tying to take your science down ? chez Alex Holcombe
[Photo : APA 2014 par George Reyes]


juin 2017
L M M J V S D
« Avr    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.