Archive for the 'I went to the market' Category



Le marché du mardi, n°40

DOC ELEC STUFF

Nouveau modèle de diffusion annoncé par IEEE Computer Society pour 2 de ses revues papier, qui seront proposées à partir de 2011 soit en accès électronique, soit sous forme numérique off-line (le communiqué parle « d’interactive disk », je suppose que c’est un DVD ?), soit sous forme d’un recueil de résumés. Ca s’appelle OnlinePLUS+, c’est censé être moins cher et plus éco-responsable. Mouais.

– Une étude récente de l’évolution des revues scientifiques (en accès libre chez Springer) souligne le fait que, dans certains secteurs parmi les plus dynamiques (informatique, sciences de l’ingénieur), la diffusion des résultats de la recherche passe de plus en plus par les actes de conférences ou les archives ouvertes. Or ces sources sont peu indexées par le Science Citation Index, qui est l’outil de référence pour la mise en valeur des domaines de recherche d’une part, et pour le recensement des publications des chercheurs d’autre part. Pour les auteurs, la réduction de la couverture de certaines zones de la recherche par le SCI (et ses variantes en SHS, que l’on sait déjà biaisées) pose question sur la poursuite de l’utilisation de cet outil pour l’établissement d’indicateurs de portée nationale.

La même étude estime à 24 000 le nombre total de revues scientifiques actuellement.

OPEN STUFF

– Une bonne typologie des différentes mouvances du « libre » : open access, open source, open data, open education, open science chez The book of Trogool

– Curieuse initiative que celle de SPIE vient de lancer avec Optipedia, une encyclopédie sur l’optique et la photonique : constituée à partir de chapitres d’ouvrages publiés par l’éditeur, elle propose sur chaque article un lien vers l’ouvrage dont il est issu, que l’on peut acheter en ligne si on veut le lire dans son intégralité. Le site de l’éditeur propose aussi une rubrique « Free content » avec des sélections d’articles, des communications…

Internet Archive direct dans mon Firefox ? C’est possible, avec ce plug-in qui va ajouter l’IA aux moteurs de recherche fournis en standard avec votre navigateur préféré (vu sur le blog What’s new at the Internet Archive).

– Le repérage de cette présentation sur le statut juridique de la donnée libre par @calimaq m’a fait découvrir Veni, vidi, libri, un site consacré aux licences libres, que je n’ai pas encore fini d’explorer.

MOBILE STUFF

– Mobile, mobile oui mais pour quoi et pour qui ? C’est la question que se pose J. Rochkind dans mobile trendiness, à propos des applications et des interfaces pour mobile qui fleurissent sur les sites de bibliothèques. Sans remettre en cause l’intérêt de la chose, il aimerait avoir des retours sur l’usage réel de ces outils, histoire de vérifier qu’il y a bien un public pour ce type de service, et que ce qui leur est proposé jusqu’à présent correspond réellement à ce que les usagers attendent ; J. Rochkind suggère par ailleurs qu’avant de se lancer dans les services pour mobile, les bibliothèques devraient valider quels sont les services réellement appréciés parmi ceux qu’elle propose en ligne, voire améliorer ceux qui ont besoin de l’être, et ensuite seulement s’atteler à une version nomade…

OTHER STUFF

– L’Ecosse en images, c’est sur Scottish screen archive, une initiative de la bibliothèque nationale écossaise qui rassemble plus de 32 000 documents vidéo sur l’histoire et l’actualité du pays, dont 1000 sont visionnables en ligne gratuitement.
– Hispana est le portail d’accès aux ressources numériques culturelles de nos voisins espagnols, si j’ai bien compris, ce qui n’est pas sûr vu que mon espagnol date un peu…
– Leicestershire Statistics and Research Online (LSRO) me semble être un bon exemple de ce qui peut se faire en matière de mise à disposition des données publiques, dans un cadre collaboratif qui plus est.
– Tout savoir sur l’OCDE ? C’est ce que propose l’OECDFactblog : le blog fourmille de cartes, de stats, de liens vers des rapports et autres études… une mine, quoi.

[photos : graphic spirit, attraction-photos]

Le marché du mardi, n°39

OPEN STUFF

Des étudiants américains créent un « club Wikipedia » officiel au sein de leur université
– Alimenté au départ par une demi douzaine de dictionnaires, Wordnik est un dictionnaire collaboratif : chaque utilisateur enregistré peut ajouter des exemples, mettre à jour des définitions, etc. Le site fournit également tout un tas de liens vers des photos, des twitts, des statistiques sur les termes recherchés (dont le nombre de points qu’ils rapportent au Scrabble, ça peut toujours servir)
OpenThesis : comme son nom l’indique… 😉 Une base de données de thèses et autres mémoires, surtout du signalement bibliographique, avec la particularité suivante : des services d’édition supplémentaires payants (attribution d’un ISBN, impression à la demande..) proposés aux auteurs ou aux universités et écoles partenaires.
– Pour ses 15 ans, l’Internet Public Library propose 15 fiches sur les technologies du web, avec des exemples et des exercices.
– Vite, vite : accès gratuit jusqu’au 16/04 aux documentaires d’American history in video (après enregistrement).
DOC ELEC
– Bloomberg lance Bloomberg Law, une interface de recherche juridique qui se positionne comme concurrente de Lexis-Nexis et Westlaw – le peu que j’en ai vu semble plus ergonomique que la concurrence, mais ce n’est pas bien difficile…
– Droit encore, avec la mise en ligne attendue des ressources en droit international et européen chez Dalloz
– Droit toujours : La revue des notaires devient Legalnewsnotaires – accès gratuit pour les bibliothèques abonnées à la revue papier jusqu’à la fin décembre, plutôt prohibitif après.
– Pour les amateurs de stats, il y a de quoi faire avec l’un des derniers nés de chez Google : le Google Vizualization tool permet de visualiser graphiquement des données publiques (elles proviennent d’Eurostats, de l’OCDE et de différentes agences gouvernementales US)
– 6 nouveaux chapitres viennent d’être ajoutés à l’Electronic resources management handbook de l’UKSG, et 2 ont été mis à jour.
– On trouve vraiment de tout, sur Wikipedia : même une liste des principales bases de données et moteurs de recherche scientifiques, ou une liste des projets de bibliothèque numérique.

DIVERS STUFF
La rubrique Biblioblogs de Bibliopedia compte 100 blogs de bibliothécaires (dans la catégorie bibliothécaires uniquement, je ne compte pas les blogs d’étudiants, les documentalistes, les archivistes etc), dont 14 inactifs ou à accès restreint. Il y en avait 84 (dont 10 inactifs) il y a un an.  Et alors ? Rien, je constate juste que cela nous fait grosso modo 1 nouveau biblioblog recensé par mois (si on enlève les inactifs).
[photos : -AX-, Monica Arellano-Ongpin, ]

Le marché du mardi, n°38

DOC ELEC

– Des nouveautés sur la plateforme pédagogique de l’UNJF en droit public : un cours sur l’expropriation et un autre sur le droit de l’urbanisme, et 2 guides méthodologiques (un sur les connaissances de base et un sur les épreuves écrites) pour préparer les concours de la fonction publique (à conseiller aussi pour les concours des bibliothèques, à mon avis).

– Springer « innove » avec Exemplar, un moteur de recherche d’articles dans ses fonds, y compris ceux de BiomedCentral (racheté par Springer il y a 18 mois), qui présente une vus « statistique » des résultats et les mots-clé en contexte. A cette occasion, j’ai re-découvert Authormapper, un mashup qui permet de localiser sur une carte les auteurs d’articles scientifiques (ça peut être intéressant pour analyser les zones de production par thème, par exemple)

– Un portail comme on aimerait en voir plus souvent :  Scholars Portal est le point d’entrée à la documentation en ligne des universités de l’Ontario ; je ne sais pas ce que ça donne en utilisation réelle (l’accès aux services nécessite un login), mais je trouve les pages de présentation plutôt claires et bien fichues.

– Pour ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de voir Summon, « l’outil de découverte » de Serial Solutions en action : allez donc voir l’interface de recherche fédérée des BU de l’Arizona, Library One Search. Couplé avec SFX, ça le fait.

Mobile Medline Plus est un site conçu pour la consultation de Medline depuis un téléphone mobile – et alors ? Alors c’est un site spécifique, qui va bien pour tous les mobiles, pas une app qui ne tourne que sur les iphones… Et ça c’est une chose à laquelle il faudra penser, à être « oecuméniques », le jour où les poules auront des dents les bibliothèques investiront ces modes de consultation.

VIDEO STUFF

– L’Exploratorium, un musée des sciences à San Francisco, propose Explo.TV, une chaîne de webcasts scientifiques.

– Télé toujours : Elsevier lance Scopus TV, avec à la fois des tutoriels et des interviews sur les différentes métriques disponibles grâce à cet outil. Dont une sur SJR et SNIP, les derniers indicateurs intégrés à la base suite au partenariat annoncé il y a peu entre Elsevier, le Centre for Science and Technology Studies (CWTS) et le SCImago Research Group. J’en profite pour signaler la parution du dernier numéro de Documentaliste/SI consacré aux « Indicateurs de la recherche et politique documentaire », accessible sur Cairn dans toutes les BU (entre parenthèses, si quelqu’un de chez Cairn passe par ici, merci de penser à faire des fils rss un peu moins pourris plus lisibles un jour)
– Le département droit de la bibliothèque du Congrès propose sur sa chaîne YouTube des conférences et autres débats sur l’actualité juridique nationale et internationale.

EUscreen va, si j’ai bien compris, alimenter pendant 3 ans Europeana en contenus télévisuels issus de 19 pays partenaires. On peut suivre tout ça via un fil rss, Facebook et Twitter, si si.

BIBLIO STUFF

– La semaine dernière a eu lieu la 4ème édition de Library day in the life : le but du projet est de raconter le quotidien de sa vie de bibliothécaire (on avait fait un truc du même genre il y a 2 ans avec Daniel, plus orienté geek & 2.0). L’opération a encore remporté un franc succès, près de 180 bibliothécaires s’étant pris au jeu (majoritairement états-uniens, mais 2 ou 3 finlandaises aussi). On peut suivre les twitts, posts et photos grâce au wiki et au netvibes créés pour l’occasion (et pour une fois je trouve que c’est une utilisation pertinente de netvibes – c’est rare).

OPEN STUFF

– Plus d’un million de morceaux de musique libre sur Dewey music, la nouvelle interface de l’Internet Archive pour la musique

– Les archives numérisées de Paris sont accessibles en ligne, on y trouve l’état-civil complet pour la période 1860-1902, partiel depuis le 16ème siècle, ainsi que des plans de la ville et des communes avoisinantes des mêmes époques. Attention tout de même, « Ces images ne peuvent être réutilisées sans l’autorisation des Archives de Paris ».

– Un état de l’art sur les données publiques en France est proposé – en anglais – sur le blog de l’Open Knowledge Foundation par l’association Regards citoyens, qui est derrière le site NosDéputés.fr

[photos : marcdonn, didierB77]

Le marché du mardi n°37

DOC ELEC

EU Bookshop : il s’agit du site de consultation des publications des institutions, agences et autres organes de l’Union européenne publiées par l’Office des publications depuis 1952. « Des fiches bibliographiques détaillées permettent d’obtenir un aperçu du contenu des publications d’EU Bookshop. Vous pouvez télédécharger gratuitement les publications au format PDF. Si vous souhaitez obtenir une publication qui n’est pas disponible, vous pouvez utiliser la fonction «PDF sur demande» pour être averti par courriel lorsque la version PDF sera disponible sur le site web. » Et combien ça coûte ? « L’Office paye moins de 0,21 euro pour la production d’une page (jusqu’au format A3), comprenant le transport, la préparation, le scan, l’enrichissement des images, les métadonnées de base, la surcouche de texte et les signets permettant les recherches plein texte, ainsi que la fourniture électronique d’un PDF incluant une vignette de couverture. » (via la FAQ)

Superbe synthèse sur la veille juridique par Michel Roland de l’URFIST PACA-C, établie dans le cadre de la préparation au C2i « Métiers du droit »

– En plus de quelques éditeurs, certaines revues se mettent aux réseaux sociaux. Ainsi, Angewandte Chemie, prestigieuse revue de chimie éditée par Wiley-Blackwell, est présente sur Facebook et sur Twitter, avec un succès certain : plus de 400 fans ou followers à ce jour.

– Du nouveau chez Google Scholar : le moteur propose désormais d’interroger la jurisprudence des cours. Il donne accès au texte intégral des décisions, et à des références d’articles de doctrine disponibles dans les bases de données spécialisées (HeinOnline, JSTOR) ou chez les éditeurs (Chigago Univ. Press, Bepress, Wiley…). Il fait également le lien vers le site institutionnel ou les archives ouvertes lorsque des documents y sont déposés. Les résultats donnent assez systématiquement une information sur le nombre de fois où le document a été cité.

HeinOnline ou Google Scholar ? Et pour ceux qui auraient des doutes, il y a une 2ème partie

OA & AO

– Les étudiants de l’école des sciences de l’information et des bibliothèques de la San Jose State University viennent de sortir le 2ème numéro d’Open and libraries class journal. La revue est produite dans le cadre du cours sur le mouvement du libre accès et les bibliothèques, dont on peut consulter le descriptif en ligne (contenus, modalités d’évaluation, tout y est).

Looking to the Literature: Open Access and Free Sources of LIS Evidence : un article d’Evidence-Based Library and Information Pratice utile pour connaître les principales sources d’information sur les sciences de l’info et des bibliothèques en libre accès.

Les supports de présentation de Berlin 7, LA conférence sur l’open access, sont en ligne, ainsi que les vidéos.

Le marché du mardi n°36

vert_ban_add_120x240.jpgOn continue la semaine de l’OA avec un marché spécial : OA & AO

– L’Open Access Directory propose une pleine caisse à outils (brochures, affiches, scénarios, questions/réponses…) pour promouvoir l’Open Access, à personnaliser pour son établissement.

– Dans certaines formations en sciences de l’informaton et des bibliothèques, il y a des cours sur l’Open Access

– Un comparatif des licences OA et OER (Open Educational Resources) : voilà ce qu’ont réalisé les étudiants de David Wiley, professeur à l’Université Brigham Young, dans le cadre d’un séminaire sur les « politiques d’éducation ouverte ».

– L’Open Access selon Nature, ce n’est pas donné : il faut compter 3570 euros pour publier en OA dans Nature Communications, la nouvelle revue du groupe à paraître en 2010… (source OANews)

– Le livre « Digitize This Book! The Politics of New Media, or Why We Need Open Access Now » de Gary Hall, professeur à l’Université de Coventry, est disponible en texte intégral (source Open humanities)

– Le B.A-BA de l’OA expliqué en 3 minutes 20 dans la vidéo Open Access 101, produite par SPARC (Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition), un acteur majeur de l’OA aujourd’hui, qui a également contribué à la mise en ligne de The right for research coalition, un site pour sensibiliser les étudiants aux enjeux de l’ouverture de l’accès aux publications de la recherche.

– Ca aurait pu/dû être en open access, mais non : les documents audio et vidéo de l’Open Video Project, s’ils sont en consultation libre, et bien qu’ils aient été réalisés avec des fonds publics (par des agences gouvernementales américaines comme la NASA ou les Archives fédérales), ne sont pas libres de droits pour autant. Plus de 4000 vidéos à visée pédagogique et/ou documentaire sont disponibles.

Le marché du mardi, n°35

DOC ELEC

– Plusieurs outils ont fait leur apparition ces dernières semaines pour aider les juristes (américains essentiellement mais pas que) :3988420368_4961783812_m.jpg

  • RECAP, une extension firefox qui permet d’accéder aux différents dcuments produits par la Cour fédérale (gratuitement qui plus est, contraitement au mode de diffusion officiel, qui facture 0,8 cts la page), en passant par une base miroir hébergée sur l’Internet Archive.
  • Openregs, un site pour s’y retrouver dans la jungle des réglements et autres recommandations publiés par les différentes agences, services et commissions de l’administration fédérale. Avec une couche 2.0 en plus.
  • Freie Juristische Internet projekte, un portail des projets juridiques libres, en langue allemande.

– Sur Précisément, Emmanuel Barthe signale les lettres produites par les juridictions administratives, qui intéresseront sans aucun doute les publicistes.

AIP lance son appli pour Iphone : les abonnés peuvent consulter les articles des revues de l’éditeur et en + les télécharger pour une consultation hors ligne.

AO & OA

UCOP est une base des politiques des universités en matière de droits d’auteur, à l’initiative de Creative Commons. C’est un wiki, donc tout un chacun peut y ajouter ses infos.

– Deux services autour des contenus de recherche : Scholas, un mix d’archive ouverte et de réseau social à destination des chercheurs, et Acawiki, qui propose des résumés d’articles de recherche ; le tout en libre accès.

Rémy le rappelle (avec raison !) sur twitter : l’ouvrage « Wikipédia : découvrir, utiliser, contribuer », qu’il a chroniqué dans le BBF, est disponible en ligne en libre accès – à conseiller aux formateurs en info-doc, donc.

3956794282_cd5a90b10d_m.jpgNUMERISATION

– Depuis mars dernier on pouvait consulter le fonds iconographique de Life via Google, c’est l’intégralité de l’hebdomadaire Life Magazine (1936-1972) qui est désormais disponible sur Google Books.

– Internum a fait peau neuve et s’appelle désormais e-corpus : cette plateforme, gérée par le Centre de Conservation du Livre à Arles, propose un grand nombre de documents anciens (dont ceux de mon établissement !), numérisés dans le cadre de programmes européens et internationaux, avec une thématique fortement méditérranéenne (mais pas que).

WEB 2.0

– un panorama de 8 clients pour Twitter repéré par Resourceshelf

Storytlr s’arrêtera fin 2009 et c’est dommage, si vous connaissez d’autres plateformes de lifestreaming similaires (pas Friendfeed, que je pratique déjà), merci de les signaler dans les commentaires.

[photos : tubal, Sauvageonne]

Le marché du mardi, n°34

3736092292_9a9f43283c_m.jpgE-BOOKS STUFF
– Des livres de chimie en libre accès, ça existe : Stan Sykora en tient une liste à jour.
– A voir aussi : Texbook revolution, une initiative étudiante de signalement des manuels en libre accès (toutes disciplines), qui mentionne notamment la licence propre à chaque document.

OPEN STUFF
– Une nouvelle revue juridique en OA, qui s’intéresse au logiciel libre : International Free and Open Source Software Law Review – « Free and Open Source Software has become a serious player. It deserves serious analysis. » C’est bien mon avis 😉
Plaidoyer pour le libre dans l’Education Nationale par Deeder chez Presse-Citron, qui en rappelle certains avantages dans le contexte pédagogique : pérennité, interopérabilité, sensibilisation aux questions liées au droit d’auteur pour les élèves ET les enseignants…

NUMERISATION ET ARCHIVAGE STUFF
Images for education : plus de 500h de films (depuis les 25 dernières années), plus de 56 000 images (depuis le XIXème) mises à disposition de la communauté pédagogique du Royaume-Uni, ce projet financé par le JISC sera achevé à l’été 2010.
3719394479_2e27dc9b26_m.jpgLes fournisseurs sont aussi bien institutionnels que privés, ils versent 1 To de données par mois. L’accent est mis aussi sur la qualité des métadonnées (chaque image pourra être géolocalisée par ex).
– L’état de Californie a mis en ligne les premières collectes effectuées par le Service d’archivage du web proposé par la California Digital Library : 18 archives, 9 institutions partenaires, 940 sites web, 2.6 TB de données, le tout accessible librement pour tous.

2.0 STUFF
– Choses en 7 : 7 applis iPhone pour bibliothécaires, 7 trucs à connaître sur le microblogging
– Personne ne m’a donné son avis sur Posterous, un ouvel outil de diffusion de contenus, qui présente la particularité de ne pas nécessiter d’inscription préalable à son utilisation : il suffit de poster un contenu à une adresse mél dédiée pour créer … quoi au fait ? un blog ? un site ? une page ? un microblog (Tumblr-like) ? Ca devient difficile à dire…

[photos : fs999, keepps]

Le marché du mardi, n°33

DOC ELEC
– Des éditeurs, sans doute inspirés par les recommandations de l’ICOLC de janvier dernier, ont décidé de geler leurs tarifs pour 2010. La Medical Library Association en recense déjà une quarantaine. Côté Elsevier, on annonce qu’on va « modérer les changements de prix : le coût de certaines revues va baisser, et celui d’autres va augmenter »…
– Lire les conditions de respect de la vie privée (vous savez, ces lignes écrites en tout petit à la fin des contrats), peu de gens le font, et pourtant, il y a beaucoup à en apprendre, selon le rapport du Common Data project, qui a examiné à la loupe les conditions de 15 services numériques grand public.
– Après le tutoriel Découverte et les conventions collectives, c’est sur l’utilisation des codes que Legifrance propose une aide dédiée (en pdf).
– Des tutoriels et démos à consulter avant d’aller en cours de chimie, c’est ce que propose le département de chimie de l’Université d’Alberta.
– Peter Jacso a mis à jour ses critiques de Scopus et Web of Science, et le Charleston Advisor propose un comparatif des 2 bases.
– Faire des liens vers des notices Ebsco (pour les twitter par exemple), c’est possible, nous dit le support technique. Un grand nombre de plateformes est proposé. Et j’ai testé, ça marche !

OA & AO
– L’agence de presse Reuters a mis en ligne son Manuel de journalisme : guide de rédaction et code de bonne conduite à la fois, un must-read des journalistes en herbe. Et c’est en libre accès ; d’autres professions pourraient s’en inspirer.
Discovered est un moteur de recherche dans les ressources pédagogiques sous licence CC. C’est cclearn, la division éducative de Creative Commons, qui pilote ce projet.

NUMERISATION
– Le partage de photos du domaine public, ça marche vraiment bien : c’est ce qui ressort de l’évaluation faite par les Archives Nationales des Pays-Bas de leur participation au projet Flickr Commons. Plus de 2000 commentaires, près de 7000 tags, 1 million de consultations pour 771 photos… et tout ça en seulement 6 mois !
– Suivant l’exemple des bibliothèques partenaires du projet Flickr Commons, l’Université du Michigan va numériser et mettre en ligne son fonds de manuscrits sur l’Islam (plus de 1200 documents) sur une plateforme collaborative de type blog ou wiki. L’idée, c’est de permettre aux chercheurs et spécialistes du monde entier de poster leurs commentaires, avis et indications pour identifier les manuscrits et les traiter correctement lors du catalogage.
– Dans le même ordre d’idée, la mise en ligne sur Flickr de cette photo aurait permis d’identifier le personnage qui figure dessus comme Phinéas Gage, un patient bien connu des étudiants en neuroscience (les propriétaires de la photo lui consacrent un site).
– On ne sait pas s’ils ont été numérisés, mais si ce n’est pas le cas, c’est dommage : le blog Missingmaterials recense les documents perdus ou volés dans les bibliothèques ou les services d’archives.

BIBLIO LIFE
– Des bibliothécaires du Texas s’exposent sur ce calendrier des bibliothécaires tatouées (20$)
– Le BBF change de rédac’ chef, ça promet 😉

[Photos : National Aarchiev, NYPL]

Le marché du mardi, n°32

3678672657_545cb2aac9_m.jpgE-BOOKS STUFF

– Si les chiffres de vente du Kindle sont toujours plus ou moins source de controverse, ce n’est pas le cas du nombre de bibliothèques qui prêtent des Kindle à leurs usagers : presqu’une vingtaine, selon la liste bien fournie que propose Ireaderreview.

Search User Interfaces est un e-book mis en libre accès par son auteur, professeur à la School of Information de Berkeley, avec l’accord de son éditeur, Cambridge University Press. Un exemplaire papier sera disponible à la vente à la rentrée. Un blog l’accompagne, prévu pour recevoir les commentaires des lecteurs sur le livre. Bonne initiative, trop rare dans le domaine des sciences de l’info.

– Retour de la World e-book Fair, du 4 juillet au 4 août : plus de 2,5 millions de livres électroniques en libre accès, provenant de l’Internet Archive, du Projet Gutenberg mais aussi de la World Public Library (normalement en accès payant).

MOBILE STUFF

– Des images libres de droit pour iPhone et iPod, c’est ce que proposent les bibliothèques de la Duke University sur la page Duke Mobile : environ 32000 images ont été traitées pour une consultation sur mobile. Elles s’ajoutent aux autres services de l’université déjà adaptés pour ce type de consultation : catalogue des cours, résultats sportifs, événements, vidéos…

– Calculer un taux de cholesterol ou des mesures optométriques ? Il y a une application pour ça, en tout cas pour les étudiants du Medical College of Georgia, qui propose une suite d’applis médicales pour iPhone. Pas encore de lien avec les outils de leur bibliothèque, cependant.

3678689367_8a19d0074b_m.jpgVIDEO STUFF

– Il devrait être possible d’ici quelques mois d’ajouter aux articles de Wikipedia des séquences vidéo. Elles seraient dans un premier temps puisées dans des bases existantes de vidéos du domaine public : Internet Archive, Wikimedia Commons et Metavid (qui héberge des discours et auditions du Congrès américain), et pourraient être tagguées et annotées. Les vidéos devront être bâties sur des formats ouverts. Dans un deuxième temps, la recherche serait étendue à d’autres sources suivant les mêmes principes d’ouverture, dans l’optique d’inciter les gens désireux d’augmenter leur visibilité à déposer leurs vidéos dans le domaine public.

– Les archives des Etats-Unis ont ouvert début juin leur chaîne sur YouTube, déjà 21 vidéos sont disponibles.

– La bibliothèque du Congrès est sur iTunes U : plus de 130 vidéos et de 40 podcasts, ainsi que, bizarrement, les supports des formations au catalogage, les Catalogers’ Learning Workshops – je dis bizarrement parce que les documents sont en pdf, ce qui n’est pas ce que l’on trouve sur iTunes habituellement.

[photos : twiga269]

Le marché du mardi, n°31

3548862183_27fe8caca8_m.jpg
OA et AO

– Le HathiTrust, en attendant l’implémentation de ses données sur une instance de WorldCat Local, vient de mettre en place son catalogue temporaire, qui permet de faire des recherches de base sur les métadonnées.

– Après les overlay journals, voici venu le temps des « overlay conferences » : l’idée qu’a eue Michaël Geist, c’est de rassembler vidéos et webcasts autour d’une même thématique, en piochant dans les multitudes de documents mis à la disposition du public par les universités et autres instituts de recherche. La série inaugurale est consacrée à l’Open Access.

DOC ELEC

– Les éditions Larousse viennent de mettre en accès libre (mais avec de la pub) leur dictionnaire et leurs dictionnaires bilingues, et une encyclopédie partiellement alimentée par des contributeurs internautes.

Common chemistry est une collaboration CAS/Wikipedia, pour fournir au public des données en libre accès sur les substances et structures chimiques, avec des liens vers les entrées correspondantes de Wikipedia quand elles existent.3528742383_2eab794581_m.jpg

OTHER STUFF

– Pas mal de buzz sur l’outil Wolfram Alpha, mais curieusement pas encore de post de synthèse dans la french biblioblogosphère… – mais que font nosjeunesgénies ? 🙂 – En attendant, ce guide rapide de chez Resourceshelf fait le point.

– A l’instar des images de Flickr ou des vidéos de YouTube (en test), les contenus déposés sur Facebook peuvent maintenant bénéficier de licences creative commons (à condition d’avoir installé l’application adéquate).

[photos : alalettre, risastla]


décembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.