Posts Tagged 'APC'



APC : Combien ça coûte ?

6736154311_9a0a3a44ba_mJ’ai travaillé en mars dernier sur une évaluation du coût des frais de publication (APC) en accès ouvert pour mon établissement. Ce fut une expérience assez intéressante, j’en note ici les points saillants pouvoir reproduire l’opération les années suivantes.

La démarche

A partir du Web of Science, j’ai limité mes résultats 2013 aux articles en OA : il existe depuis quelques mois une case à cocher qui permet de faire ça. Une fois les données extraites sur Excel, on passe à la recherche du coût des APC pour chaque éditeur, voire revue.

Les difficultés

– Tomber sur des éditeurs qui calculent leurs APC en fonction du nombre de pages de l’article, et aller voir le nombre de page de chaque article pour recalculer un coût plus juste.

– Manquer d’info sur les adhésions des auteurs à telle ou telle société savante : des tarifs préférentiels sont parfois proposés par ces sociétés à leurs membres ; en l’absence d’information, j’ai récupéré le coût le plus élevé.

– Réaliser après coup qu’en fait tous les « corresponding authors » ne sont pas forcément de mon établissement, et reprendre *tous* les articles pour vérifier ; je suis partie du principe que c’est l’établissement de « l’auteur correspondant » qui paye l’APC, c’est une hypothèse qui demande à être vérifiée.

Combien de temps ça m’a pris ? A la grosse louche, je dirai une trentaine d’heures étalées sur 2 mois , mais j’ai perdu du temps en revenant sur des choses que je n’avais pas prévues au départ. Ce qui prend du temps, c’est de trouver la politique des éditeurs et le modèle tarifaire des APC : pour plus de la moitié des éditeurs, il n’y a pas de page dédiée qui détaille les coûts et les différentes options, l’accès à l’information n’est pas facile – il m’est arrivé d’écrire à un éditeur pour savoir si sa revue était bien en OA, et à quel coût.

La suite ?

Ce qu’il faut maintenant, c’est que je puisse croiser mes résultats avec l’outil comptable de l’université, en ayant bien conscience de 2 écueils potentiels avec cette méthode : d’une part tous les APCs ne sont pas forcément payés sur des crédits universitaires, et d’autre part les APCs pour des articles hybrides seront sans doute difficiles à repérer (comment les distinguer des frais de publication « traditionnels » ?) ; je compte reproduire l’opération en mars prochain, pour voir comment ça a évolué.

Publicités

Double peine

7615370532_791d9a917c_z« Les commissions de recherche du Royaume-Uni, et d’autres organismes financeurs de la recherche, exigent la publication en accès ouvert des résultats de recherche qu’ils financent. Cela a abouti, pour l’University College of London (UCL), partisan de l’accès ouvert de la première heure, ainsi que pour d’autres universités à forte activité de recherche, à un double paiement auprès des éditeurs : une première fois sous la forme de frais de traitement (« article processing charges », APCs), pour pourvoir publier les articles en accès ouvert, et une seconde fois sous la forme d’abonnements, pour pouvoir lire ces mêmes articles.
Pour répondre à la pression de la communauté universitaire, portée par l’UCL, plusieurs éditeurs ont fini par reconnaître l’impact négatif de ces mesures sur le coût global de possession (ce que l’on désigne parfois sous le terme de « double-dipping »). Dans le cadre d’un accord conclus avec le JISC, les éditeurs Wiley-Blackwell et Taylor&Francis se sont engagés auprès de la communauté à répondre à ces inquiétudes avec des modèles innovants pour s’attaquer à la question du coût global de possession et faire baisser les dépenses totales payées actuellement par les BU. »

Je n’arrive pas à me réjouir de cette nouvelle, surtout après avoir commencé à recevoir mes devis pour 2015. Effectivement, il y a bien une colonne avec une réduction pour les publications en OA. Mais son montant est si faible, au vu des coûts des APCs pratiqués par les éditeurs (pas forcément les 2 évoqués ci-dessus, d’ailleurs)…

On apprend par ailleurs que les négociations entre l’association des universités des Pays-Bas et Elsevier sont dans l’impasse, justement parce que l’éditeur n’a apparemment pas été en mesure jusqu’ici de proposer une option crédible de transition vers la diffusion en accès ouvert. Si aucune solution n’est trouvée d’ici la fin de l’année, les accès seront interrompus : l’objectif affiché du ministère de la recherche hollandais est d’atteindre 100% de la production de recherche en OA d’ici 10 ans, il met en cohérence sa politique et ses actes, ce qui n’est pas si fréquent.

[Photo : danaharisson]

Ils publient dans les mégarevues : pourquoi ? comment ?

ImageUne nouvelle étude de David Solomon s’intéresse cette fois aux auteurs publiant dans les mégarevues en open access (PLoS ONE, Sage Open, BMJ Open et PeerJ). Voici quelques-uns des résultats récoltés auprès de ces auteurs  :

– Le quart des articles est de la recherche originale. Moins de la moitié des articles soumis ont déjà été proposés pour publication dans d’autres revues : l’idée, encouragée par les éditeurs eux-mêmes, c’est de re-soumettre un article refusé dans une mégarevue du même éditeur.

– Les critères de choix prépondérants sont la qualité de la revue et la rapidité du processus de validation ; le facteur d’impact compte aussi, dans une moindre mesure (PLOS et BMJ), ainsi que les critères de validation et le fait que la revue soit en OA (PeerJ). Les auteurs publiant chez Sage Open et BMJ se montrent également sensibles à la réputation de l’éditeur

– Le financement des APCs provient, pour la moitié des auteurs de PLoS ONE et le tiers de ceux de BMJ Open et de PeerJ, des bourses allouées aux projets de recherche eux-mêmes. Une grande proportion des auteurs de Sage Open (60%) et de PeerJ (32%) semblent financer les APCs sur leurs propres deniers, mais il est vrai que ceux-ci sont traditionnellement plus modestes en SHS que pour les sciences dures d’une part (Sage est descendu sous la barre des 100$), et que les adhésions individuelles proposées par PeerJ sont très abordables d’autre part.

Solomon conclut :

« Les mégarevues attirent un public international de chercheurs expérimentés. Ceux-ci choisissent de publier dans ces mégarevues pour de nombreuses raisons, mais pour un grand nombre d’entre eux c’est la qualité de la revue et la rapidité du processus de validation et de publication qui priment. Pour la plupart des auteurs, le fait d’avoir une audience plus large n’est pas un facteur-clé, bien que ce soit important pour les auteurs publiant chez PeerJ et chez Sage Open. Les auteurs se disent satisfaits de cette expérience de publication et indiquent qu’ils soumettront vraisemblablement de futures contributions à la même revue ou à une mégarevue similaire, ce qui laisse présager une croissance continue de la poularité de ces revues. »

Solomon DJ. (2014) A survey of authors publishing in four megajournals. PeerJ 2:e365 http://dx.doi.org/10.7717/peerj.365

[Photo : Howard Ignatius]

OA hybride : difficile d’en avoir pour son argent

3205861278_77d3081dab_mLe Wellcome Trust a diffusé ces jours-ci la liste des articles en Open Access qu’il a financés en 2012/2013. Facile ainsi d’aller vérifier si lesdits articles sont bien accessibles librement, de préférence avec la mention de la licence qui va bien : les données ont ainsi pu être récupérées puis améliorées (correction du nom des éditeurs dans la liste, par exemple), pour permettre de produire des graphiques et autres tableaux montrant clairement la répartition des dépenses et les coûts des APC versés ; c’est ce qu’a fait notamment Ernesto Priego, qui explique sa démarche dans Quick insights from the Wellcome Trust paid APC 2012/13 dataset.
Les résultats d’Ernesto et d’autres observateurs sont pour le moins mitigés : si une grande partie des articles est bien accessible sans abonnement aux plateformes, on constate des pratiques de signalement hétérogènes :
– La licence n’est pas mentionnée, et remplacée par un « All rights reserved » chez Elsevier, ou, pire, le lecteur est renvoyé vers le formulaire de demande d’autorisation payante : l’éditeur vient de se fendre d’un communiqué à ce sujet, expliquant que leur service technique est en train de mettre à jour ses multiples bases de données pour rectifier le tir d’ici à l’été 2014. C’est la moindre des chose puisqu’il s’avère que l’éditeur a ainsi revendu une douzaine d’articles en OA à une cinquantaine de clients redirigés vers ce fameux formulaire… Peter Murray-Rust râle, à raison : ça fait déjà 2 ans qu’il a signalé le problème ; de la part d’une multinationale de cette taille, on pourrait effectivement s’attendre a un peu plus de réactivité.
– La mention de licence est erronée chez Wiley : elle dit qu’aucune exploitation commerciale n’est autorisée pour des articles pourtant sous licence CC-BY… On peut s’étonner, là aussi, que de grosses sociétés de ce type, avec quand même des moyens, puissent commettre des erreurs si grossières : ce n’est quand même pas compliqué de copier-coller le descriptif des licences depuis le site de Creative Commons, non ?
Plus inquiétant, il semble que l’article avec l’APC le plus élevé (6000£) ait été publié dans une revue qui n’est plus en ligne…

Du coup on peut s’interroger :
– Comment faire respecter les droits des auteurs et des financeurs dans la jungle des revues hybrides ? Il me semble, là comme ça à vue de nez, que les bibliothécaires seraient bien placés pour contrôler l’accessibilité et le respect des licences de diffusion de la production de leurs établissements : ils maîtrisent les outils de repérage des publications type WoS, les plateformes d’accès, et connaissent les licences.
– Est-ce que ces constats, répétés, ne sont pas la preuve que ce modèle n’est bon que pour les éditeurs traditionnels, auxquels il apporte un revenu supplémentaire sans aucun investissement ? Du coup, est-ce que les établissements ne devraient pas refuser de financer les publications dans les revues hybrides, et inciter plutôt au dépôt dans les archives ouvertes ?

Photo : TheoJunior

L’avenir incertain des revues hybrides

5072374484_f38486434c_mBjörk et Solomon se sont intéressés à l’offre de revues hybrides (des revues sur abonnement qui proposent la possibilité de diffuser en accès ouvert, moyennant le paiement de frais de publication, des articles à l’unité. C’est de l’open access limité, puisque seuls ces articles sont accessibles librement, et pas la totalité de la revue ou du numéro). Ils ont étudié une quinzaine d’éditeurs, et suivi l’évolution des données entre 2009 et 2012. Ils en rendent compte dans « The hybrid model for open access publication of scholarly articles: A failed experiment ? » :
Première info intéressante, une idée de la volumétrie (données 2012) : les revues hybrides, ce sont 4381 titres, dans lesquels ont été publiés plus de 12000 articles. L’article ne dit pas combien de titres ont effectivement été concernés, on imagine que certains titres ont attiré plus d’articles que d’autres. 12000 articles, c’est en gros ce que publie PLoS à lui seul par an…
Les tarifs ensuite : plus élevés chez les éditeurs commerciaux que chez les sociétés savantes, ils tournent autour de 3000$. Un élément est à prendre en compte cependant : les accords négociés par les universités ou leurs bibliothèques pour leurs abonnements peuvent donner droit à des remises sur les frais de publication (Springer, Oxford University Press). Du coup, un glissement dans le choix du lieu de publication peut s’opérer avec ces accords institutionnels : ce n’est plus l’auteur qui décide, mais l’institution qui incite.
En ce qui concerne les disciplines : sans surprise, les disciplines des sciences « dures » (sciences, techniques et médecine, STM), notamment la médecine, sont les plus représentées (dans les titres et dans les articles publiés). Le fait de payer des frais de publication est une pratique plus répandue en STM (PNAS), et les laboratoires ont souvent plus de moyens financiers qu’en SHS. Un bémol cependant pour la physique : les habitudes de dépôt et de consultation des articles dans Arxiv relativsent l’intérêt d’une publication dans une revue hybride.
L’environnement éditorial joue aussi dans le choix du lieu de publication : au sein d’une même discipline, s’il existe d’autres revues entièrement OA, le tarif des APC d’une revue hybride parfois moindre que pour les revues « full OA », peut faire pencher la balance. Enfin les outils et les stratégies de marketing en terme de visibilité mises en place par les éditeurs revêtent une certaine importance : la mise en valeur des articles sur les plateformes est un facteur d’adhésion des auteurs (Royal Society).
La conclusion de l’article est sans appel :
« Le meilleur moyen de faire décoller rapidement ce modèle serait de réduire considérablement les coûts. Mais cela risquerait d’avoir un effet négatif sur les revenus provenant des abonnements. Comme le coût marginal de proposer une offre hybride est très faible, les éditeurs vont vraisemblablement les maintenir dans un futur proche. Mais la tendance qui semble se dessiner, parallèlement, est le lancement de nouvelles revues entièrement en accès ouvert, avec une couverture disciplinaire plutôt large et des APC relativement raisonnables. La conclusion générale de cette étude est que l’expérience du modèle hybride, au moins en ce qui concerne les « gros » éditeurs, et selon le niveau de tarification actuel, est un échec en tant que moyen d’augmenter significativement la volumétrie d’articles en accès ouvert, et que ce modèle restera un phénomène très marginal dans le paysage de l’édition scientifique. »
[photo : CIMMYT]

Le coût du gold à Edimbourg

cc licensed (BY-NC-SA) flickr photo by Shabby Chic

cc licensed (BY-NC-SA) flickr photo by Shabby Chic

Une intéressante étude sur le coût de la publication dans des revues en open access (les revues « gold ») a été menée par l’université d’Edimbourg, extrait :
« Nous sommes conscients qu’avec un marché non élastique – les chercheurs ne vont pas aller faire leur marché ailleurs – et dans lequel les coûts sont « protégés » – le financement étant centralisé, les chercheurs ne sont pas directement concernés par les coûts – les APC vont rester élevés, parce que les forces habituellement en présence dans les marchés ne vont pas faire baisser les coûts. Nous pensons qu’un moyen d’action très efficace est d’être le plus transparent possible sur les coûts des APC des revues gold. Contrairement à la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement, où les coûts d’abonnement aux revues traditionnelles sont cachés aux yeux des usagers en raison des clauses de confidentialité des licences, toutes les institutions, y compris les universités et le RCUK, devraient s’efforcer de publier une analyse détaillée de leurs dépenses pour les revues en open access gold. »

Et la conclusion :
« En gardant à l’esprit les limites de l’étude, les données que nous présentons ici permettent de suggérer quelques éléments importants :

  • Les revues hybrides semblent être plus populaires pour la publication d’articles en open access
  • Les revues hybrides font généralement payer plus cher [leurs APC] que les revues entièrement en open access, indépendamment du facter d’impact de la revue
  • Il y a une corrélation positive entre les APC et le facteur d’impact, aussi bien pour les revues hybrides que pour les revues en open access complet

Cette étude soulève également d’autres points :

  • Pour être un succès, les politiques d’open access doivent évaluer rigoureusement la conformité [de la diffusion des publications], ces politiques semblent être plus efficaces lorsque des sanctions punitives sont imposées
  • Les établissements les plus actifs au niveau de la recherche vont vraisemblablement subir une « double peine » : non seulement ils publient plus d’articles, mais en plus ils les publient plus fréquemment dans des revues à fort facteur d’impact
  • Les établissements doivent être plus transparents en matière de coûts, et publier leurs données dans des formats permettant leur réutilisation. »

Source : Theo Andrew. « Gold Open Access: Counting the Costs « . November 2012, Ariadne Issue 70.


janvier 2019
L M M J V S D
« Oct    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités