De la difficulté d’inclure l’OA dans les big deals

8118876600_aa8f636a48_zDans The open access big deals : back to the future, Richard Poynder évoque les problèmes posés selon lui par les négociations de ce qu’il appelle les « open access big deals », c’est à dire les accords incluant l’accès aux contenus sous abonnement et la publication en OA avec APC. Il rappelle d’abord les modèles en présence, en soulignant que les objectifs ne sont pas forcément clairs dans toutes les négociations :

  • on a du « Read and publish » : les institutions payent des abonnements pour lire les contenus, et les frais de publications sont inclus dans l’accord ; la tarification est calculée en fonction du nombre d’articles publiés annuellement  par les enseignants-chercheurs des institutions, qui viennent en déduction du coût des abonnements (c’est ce que l’on appelle aussi les accords de compensation, « offsetting agreements »)
  • et aussi du « Publish and read » : les institutions ne payent que les frais de publication correspondant au nombre d’articles que publient annuellement leurs enseignants-chercheurs, ce n’est plus l’accès aux contenus qui est valorisé dans l’accord. C’est le modèle suivi par les allemands avec DEAL.

Les problèmes posés par ces accords sont, pour Poynder, au nombre de 4 :

1. La transparence est une des composantes essentielles de la transition vers l’open access. Transparence sur les clauses des négociations, et transparence sur les coûts, elle est censée garantir une vitalité du marché des APC, la concurrence permettant de faire évoluer les prix à la baisse. Or actuellement, il semblerait que les négociations des big deals incluant les APC ne soient pas plus transparentes que celles des accords traditionnels (il donne les exemples des négociations en cours en Allemagne, en Suisse et en Finlande), sans qu’il soit réellement possible d’en savoir la raison, entre des clauses de confidentialité imposées par les éditeurs, ou une prudence excessive de la part des négociateurs.

2. Il y a ensuite le fait que ces accords mixant abonnements et APC favorisent les « gros » éditeurs traditionnels, et handicapent les pure players de l’open access, qui n’ont pas le composant « abonnements » d’une part et peinent à trouver des modèles économiques de rupture d’autre part.

3. Par ailleurs ces accords avalisent le modèle auteur-payeur comme principal modèle économique pour la diffusion en open access, en cautionnant notamment l’open access hybride, et ne résolvent en rien la question de l’accessibilité financière aux contenus.

4. Enfin ce type d’accord, en maintenant en partie le système d’édition scientifique traditionnel, ne facilite pas la transition vers un modèle de diffusion large de la recherche scientifique appelé de leurs voeux par les organismes de financement publics.

Ce que Poynder n’évoque pas, c’est que, sans accord, les nouveaux flux financiers qui vont aux éditeurs avec les APC restent sous le radar : non mesurés (quelle dépense pour combien d’articles ?), non contrôlés (quelle évolution de la dépense ?), non vérifiés (obtient-on réellement ce pour quoi on a payé ? les articles en question sont-ils bien accessibles ?), ce qui n’est pas, me semble-t-il, une garantie d’un bon usage des fonds publics.

[Photo : Tore Bustad]

Publicités

1 Response to “De la difficulté d’inclure l’OA dans les big deals”


  1. 1 Frédéric Hélein 03/04/2018 à 15:24

    Bonjour,

    A propos de la question du « radar » détectant les APC posée à la fin, il me semble qu’il faut envisager deux types de radar :
    – le radar centralisé, qui comptabilise globalement les dépenses d’APC, que les SCD et les bibliothèques sont en train de mettre en place
    – le radar des laboratoires, qui voient arriver les factures des APC et les payent sur leurs crédits.

    Le premier radar permet d’avoir une estimation de l’ensemble des dépenses, à condition, bien sûr, qu’il soit en état de marcher, ce qui n’est pas si facile techniquement.

    Le deuxième radar ne permet pas d’avoir une vision d’ensemble, mais il informe directement un chercheur ou le directeur d’un laboratoire des dépenses d’APC. Il entraîne une prise de conscience des chercheurs et les stimulent efficacement à chercher d’autres solutions, ce que l’on observe aujourd’hui avec une multiplication des initiatives visant à développer la voie verte (notamment à partir des Etats-Unis).

    Les deux radars sont donc efficaces. Mais un problème supplémentaire posé par les contrats « Read & Publish » ou « Publish & Read » est qu’ils font disparaître les APC du deuxième radar.

    Bien cordialement


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s




mars 2018
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :