Posts Tagged 'Toussaint'

N’enterrez pas les archives ouvertes !

22644657642_80f8c7ae73_zDans ce billet de juillet dernier, « Let IR RIP » (en gros, « Ci-gisent les archives ouvertes institutionnelles »), Eric Van de Velde explique pourquoi, pour lui, les AO sont finies (il se concentre sur les AO d’établissements) :

  • Manque d’enthousiasme des enseignants-chercheurs : ils déposent par obligation, par par choix – on ne peut pas parler d’adhésion à l’OA
  • La gestion au niveau local des AO est déconnectée du fonctionnement plus global des communautés scientifiques
  • Les droits de réutilisation des contenus sont trop restrictifs pour pouvoir permettre une recherche fédérée efficace
  • Les AO ne sont pas suffisamment utilisées comme des outils de recherche (ie comme source de contenus) pour qu’une communauté d’utilisateurs permette d’en améliorer la qualité et les fonctionnalités
  • Le coût de la gestion des AO est disproportionné par rapport aux fonctionnalités limitées qu’elles proposent
  • La logique institutionnelle des AO n’épouse pas la logique de carrière des enseignants-chercheurs
  • Il manque aux AO une couche d’interactivité sociale pour stimuler les échanges entre enseignants-chercheurs
  • Les services autour des AO (type réseaux académiques) sont développés en dehors des institutions, et doivent trouver des modèles de financement alternatifs parfois contestés

Pour l’auteur, les AO ne sont pas la seule manifestation du green OA : les archives personnelles (« personal repositories »), les archives disciplinaires ou centralisées (il cite Arxiv et Pubmed) et les réseaux sociaux académiques sont d’autres véhicules de la voie verte.
22390839653_18d7c28799_zJe ne suis pas d’accord avec la totalité de l’argumentaire, dont certains éléments ne sont pas spécifiquement liés aux AO locales (la faible adhésion, les droits, les usages), ni avec sa conclusion : je vois mal comment un chercheur qui n’est pas motivé pour déposer un article dans une AO aurait subitement les capacités, l’envie et le temps de mettre en place son archive perso – et quelle belle opportunité de service à développer pour les acteurs privés ! -, et j’ai l’impression que la visibilité se travaille plus au niveau du laboratoire que du chercheur, en tout cas c’est ce que je perçois dans les échanges au sein de mon institution. On a aussi déjà dit ailleurs que les réseaux sociaux, ce ne sont pas des AO (et inversement), et le récent passage d’Academia a un modèle premium le confirme. Sur les 2 derniers griefs : il me semble que l’intérêt des AO locales est bien de pouvoir développer des services personnalisés pour sa communauté (après ils gagneraient peut-être à être mutualisés et rendus plus visibles, mais c’est une autre histoire), et un des moyens pour avoir des fonctionnalités sociales ne serait-il pas plutôt de développer des connecteurs avec les réseaux existants, au lieu de réinventer la roue ?

[Photos : Martine, Frédéric Bisson]


mai 2017
L M M J V S D
« Avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.