Journée d’étude Couperin e-books 2012 – Atelier signalement

Deuxième partie des compte-rendus de la journée e-books organisée par Couperin : l’atelier sur le signalement des ebooks (voir la 1ère partie).
Valoriser ses livres électroniques : Caroline Bruley, Mariette Naud-Betteridge
Beaucoup de questions dans cet atelier, nécessaires à la réflexion à mener pour tout projet de signalement des ressources électroniques, à mon avis, mais d’autant plus essentiel pour les livres numériques, dont l’usage reste marginal pour l’instant.
Comment signaler : titre à titre ou bouquet ? Dans le catalogue ou dans un autre outil ? Dans le monde physique ou seulement par voie électronique (réseaux sociaux…) ?
Consensus actuellement sur le fait de tout mettre dans l’OPAC, mais quelle est la réelle valeur ajoutée ?
Doit-on regrouper le papier et l’électronique ? Comment cataloguer (question de la qualité des données fournies par l’éditeur) ? Quid des tablettes et smartphones ?
Présence physique : rappeler l’existence de l’électronique sur les supports papier ?
Comment mesurer l’impact de ces actions de valorisation ?
Signaler dans l’OPAC / le SIGB
SUDOC : le signalement ne va pas de soi : 2 bouquets seulement (Springer et Que sais-je?), et problèmes de mises à jour des bouquets : la question n’est pas réglée par l’ABES, qui travaille cependant à l’élargissement à d’autres bouquets. Une solution envisagée par l’ABES serait de supprimer les exemplaires créés automatiquement puis de réexemplariser tout le monde en se basant sur une liste de ppn valides. C’est un pis-aller, qui ne règle absolument pas la question de la mise à jour des données (à quand une base de connaissance nationale ? #jdcjdr…)
Pour recenser les titres électroniques, plusieurs solutions différentes ont été adoptées par les bibliothèques :
- Signalement complet dans le Sudoc puis localement (très lourd dans la mise en place et dans les mises à jour) ; possible dans le cas d’une collection modeste.
- Signalement "light" : notices succinctes
- Récupération de notices auprès de l’éditeur (service payant ou gratuit selon les éditeurs), mais pas forcément pratique à intégrer dans le catalogue (problèmes d’encodage par exemple).
Bref on fait comme on peut, et selon les bouquets, plusieurs solutions peuvent cohabiter en fonction de l’offre. Beaucoup de bricolage, pas de solution parfaite.
Signaler sur le site web et l’ENT
Page dédiée dans l’ENT à St Etienne, signalement régulier dans les actualités à Lyon 2
Signaler sur les réseaux sociaux
Facebook : page dédiée pour la bibliothèque numérique à Grenoble 1
Signaler via les listes de diffusion
Mailing auprès des contacts dans les labos, newsletter, liste sur inscription, infos envoyées 2 fois par mois, collant à l’actualité
Rematérialisation
Matérialisation dans les rayonnages : sous la forme de flyers (cadres plexi), d’affiches, de fantômes (pour certains types de documents, les manuels notamment), de QR codes sur les exemplaires papier à Lyon 2 (déjà utilisé pour les revues électroniques avec succès), d’autocollants. Les QRcodes comportent des liens vers la notice, mais il n’est apparemment pas possible de lier vers le texte intégral (frein), possibilité de créer des url authentifiées (Paris 5 l’a fait pour Cairn). Et ça marche dans les 2 sens : papier > électronique et électronique > papier.

En résumé, le signalement doit se faire partout, tout le temps. Nécessité de former les usagers, mais aussi les agents (pour répondre aux questions concrètes des usagers) – les établissements ayant répondu témoignent d’une forte demande des agents pour des formations récurrentes. Il faut veiller à ne pas introduire une autre fracture numérique dans les équipes (qui engendrerait des difficultés en terme de management) ; il est important d’impliquer les mêmes personnes pour les achats de livres papier et de livres électroniques.

Retour d’expérience à l’EPFL (T. Guignard)
Cette école d’ingénieurs suisse propose une offre de 40 000 ebooks en sciences de l’ingénieur. L’anglais n’est pas un problème, car présent dans les cursus.
Démarrage en 2005 : signalement par une liste indépendante du catalogue.
2006 – 2011 : catalogue collectif sur lequel l’école n’a pas de maitrise ; d’où le développement d’une base locale pour signaler tous les ebooks (sur FileMakerPro). Mises à jour par lot, avec les listes de titres fournies par les éditeurs (retravaillées avant intégration). Inconvénients : l’usager doit choisir le support avant de lancer sa requête, et pas de lien entre les bases.
Solution de tout mettre dans l’opac :
Possible d’intégrer des notices MARC en masse, mais nécessite de modifier toutes les notices à la main (catalogue collectif). Les titre à titre sont catalogués à la main, ainsi que les titres les + demandés. Travail avec un plugin firefox qui permet de repérer les ebooks : pratique mais problème d’utilisation avec les ISBN multiples, et nécessite l’installation du plugin.
Solution des Discovery tools :
Tests grandeur nature en 2011 de 4 outils de découverte du marché : Ebsco Discovery Tool, Summon, Primo, Worldcat local : grosse déception, en raison des données incomplètes, des bases de connaissances pas à jour (+ de 6 mois de retard), de la perte de données locales, du manque de liens vers l’OPAC, de l’absence de dédoublonnage.
Solution adoptée :
GoogleScholar + Swissbib (métacatalogue basé sur Worldcat, moissonne les catalogues des BU de sciences de Suisse) : correspond mieux aux attentes.
La base de données locale est en train d’évoluer, le développement d’un outil commun avec l’UNIL est en cours.
Mais il faut être vigilant sur les points suivants : la séparation des bases n’est pas une solution acceptable (intégration d’une base d’articles pour émuler les fonctionnalités type discovery tool), et le mélange entre livre / livre élec / article ne fonctionne pas pour les utilisateurs (au niveau des résultats, il faut séparer livres et articles).
A cette solution s’ajoutent :
- le signalement dans les nouveaux média : twitter, rss, diigo (ciblage par domaines)
- des actions de rematérialisation : affichage dans les rayonnages, QR codes collés sur les ouvrages
TG souligne l’importance de mesurer les usages de ces outils (encodage des QR codes de façon à pouvoir les repérer dans les stats), même s’il n’est pas facile d’évaluer l’impact de cette valorisation (les outils et mesures changent).
[Photos : Stig Nygaard, timtom.ch]

8 Responses to “Journée d’étude Couperin e-books 2012 – Atelier signalement”


  1. 1 nico_AsLi 04/06/2012 à 07:07

    quand tu dis "de QR codes sur les exemplaires papier à Lyon 2 (déjà utilisé pour les revues électroniques avec succès)" est ce qu’il y avait des données chiffrées ou des indicateurs pour mesurer ce "succès" ?

    • 2 marlened 04/06/2012 à 07:11

      Non, l’info a juste été citée à titre d’exemple, il n’a pas été question de chiffrage. Mais KL à Lyon 2 doit pouvoir te renseigner là-dessus j’imagine.

      • 3 Nicolas 04/06/2012 à 07:13

        ok, j’ai quand même des doutes sur l’utilisation des QR codes (au fait, tu es encore "bibliothécaire" dans le "à propos" de ton blog ;)

      • 4 marlened 04/06/2012 à 07:40

        c’est que je suis bibliothécaire jusqu’au 31/12/2012 ;-) #bibunjourbibtoujours


  1. 1 Signalement des livres numériques dans le catalogue local #2 | LaFacette Rétrolien sur 17/10/2012 à 08:00
  2. 2 Expérience d’étagère numérique – gestion des ressources numériques | BIBLIO-GAGA Rétrolien sur 29/05/2012 à 08:19
  3. 3 6ème Journées sur le livre électronique « BibElec Rétrolien sur 24/04/2012 à 15:18
  4. 4 Journée d’étude Couperin e-books 2012 – Atelier signalement « la bibliothèque, et veiller Rétrolien sur 23/04/2012 à 09:38

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




avril 2012
L Ma Me J V S D
« mar   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 616 autres abonnés

%d bloggers like this: