Humanités numériques 2.0

Dans ce post sur le web 2.0 appliqué aux sciences humaines numériques (« digital humanities »), sont mises en avant plusieurs fonctionnalités 2.0 susceptibles de servir aux multiples projets de ces disciplines : il s’agit en fait d’utiliser les outils disponibles et de plus en plus populaires (type del.icio.us par ex) dans un contexte de recherche, plutôt que de créer de nouveaux outils spécifiques à tel ou tel projet (qui impliquent un nouvel apprentissage, du temps de travail supplémentaire, etc). La comparaison est faite entre The reading experience database, un projet universitaire anglo-saxon sur la littérature, qui se base sur le recueil de données sur les livres et LibraryThing, le système de catalogage de livres à la portée de tous (OK, c’est pas du super catalogage, même moi, j’ai remarqué, mais bon, l’idée est là) : au lieu de demander à x chercheurs de remplir des questionnaires fastidieux (à remplir et à dépouiller), ce serait plus simple d’utiliser (ou de leur faire utiliser) LT, un système existant dont les données sont facilement réexploitables (puisque c’est du 2.0). Le problème c’est que pour l’instant les API, les moulinettes qui permettent de développer des applications à partir de corpus de données numériques, ne courrent pas les rues, particulièrement pour les ressources du domaine public (contrairement à certaines initiatives privées, Google Maps ou Amazon Web Services, par exemple). Mais sans doute n’est-ce qu’une question d’adaptation technique des ressources existantes à la vague 2.0 ?

Publicités

1 Response to “Humanités numériques 2.0”


  1. 1 Got 29/08/2006 à 00:00

    Je ne crois pas qu’il s’agit simplement d’un problème technique. Évidemment, il n’est pas simple de modéliser un Web service et une API surtout avec des données de ce type. Pour autant, OAI existe, il s’agit bien d’un Web service qu’on peut exploiter avec des APIS. Le problème se pose largement à deux autres endroits :

    – Il n’y a pas encore de demandes de la part des chercheurs qui n’y voient pas forcément l’intérêt, surtout vu le nombre de ressources en ligne. Il faudrait que nous fassions des tests pour leur prouver de l’intérêt (j’avoue, c’est prévu, mais j’ai pas encore eu le temps 😉 )

    – Il y a aussi des gros problèmes « politiques ». Les institutions, leurs directions et les chercheurs ne sont pas prêt à voir leurs données affichées sur un autre site sans que cela leur rapporte en terme d’images. Mais les mentalités changent, il ne faut pas désespérer 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




août 2006
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :