Archive pour décembre 2010

Richmond Book Drive

Bonne idée que cette campagne pour la lecture menée dans un réseau d’écoles de Richmond, en Californie : l’achat d’un ouvrage sur la liste de littérature pour adolescents, établie par des enseignants et des bibliothécaires sur Amazon, permet de télécharger un album du groupe indépendant Pomplamoose (et est déductible des impôts).
Et ça marche : les organisateurs du Richmond Book Drive ont déjà reçu plus de 10 000 livres, pour un montant d’environ 60 000 dollars. Ca marche même tellement bien que les dons sont désormais utilisés pour louer de l’espace et du matériel pour stocker tous les livres reçus, en attendant le déménagement de la bibliothèque dans des locaux plus grands en 2012…
[photo : PORFOLIO]

Licences : êtes vous prêts ?

« Alors que l’édition investit rapidement les e-books, et qu’une grande partie de nos usagers s’y met aussi (je reconnais que cette tendance n’est pas encore complètement avérée, et qu’elle ne signifie pas forcément la fin de l’imprimé), les bibliothèques doivent également s’en préoccuper. De plus en plus, nous n’aurons plus à acheter quoi que ce soit. Il est fort probable que nous ayons plutôt à négocier des accès à de grandes masses de contenus numériques.
Ce qui signifie que le temps de la sélection titre à titre sera bel et bien terminé. En fait, l’augmentation des plans d’acquisition et autres outils de développement des collections a rendu ce type de sélection largement dépassé pour de nombreuses bibliothèques, mais le mouvement vers le numérique le rend à la fois inévitable et indéniable.
Cela signifie aussi qu’on va demander de plus en plus aux bibliothécaires responsables de politique documentaire, ou à ceux qui travaillent pour eux, de devenir des gestionnaires de licences. De nouvelles compétences, comme la capacité d’analyse du contenu juridique ampoulé des conditions d’utilisation, seront nécessaires. La connaissance des formats d’e-books, des plateformes de diffusion, des types de mesures techniques de protection, et de toutes sortes d’autres notions qui nous sont encore ésotériques va devenir / est en train de devenir incontournable pour les bibliothécaires chargés de politique documentaire.
Y sommes nous prêts ? Les écoles de bibliothécaires forment-elles à ces compétences ? Existe-t-il dans le cadre de la formation continue des possibilités pour l’acquisition de nouvelles compétences comme la négociation de contrats ? J’ai l’intuition que non, et cela m’inquiète. »

Library collection development = Licensing, selon Roy Tennant.
[photo : Stacy Young]

Le marché du mardi, n°42

OPEN STUFF
– Suite à une accord de partenariat entre l’IFLA et l’éditeur Emerald, les articles « qui trouvent leur origine dans un projet ou une conférence de l’IFLA » publiés dans l’une des revues en SIB de l’éditeur sont rendus disponibles en Open Access 9 mois après publication. Peut mieux faire (9 mois d’embargo c’est long), mais c’est un bon début. Voir la liste des articles disponibles.
– Le dernier numéro de Library Review (Vol. 59 issue 9) est consacré à l’open source en bibliothèque, mais n’est pas en libre accès. Alors que le supplément spécial open access de New review of academic librarianship, lui, l’est.
– Vous êtes chercheur et souhaitez contribuer à Wikipedia ? Vous trouverez 10 conseils pertinents pour démarrer dans la série 10 simple rules chez PLoS Computational Biology. Entre parenthèses, pour ceux qui douteraient encore de l’intérêt de publier en Open Access, allez donc voir les statistiques de consultation de l’article dans l’onglet « Metrics » : plus de 19000 vues en 1 mois et demi, tout de même.
– Et si le Hathi Trust était la bibliothèque nationale numérique des Etats-Unis ? Pour Roy Tennant c’est en tout cas une piste à suivre.

E-BOOKS STUFF
– Très intéressante réflexion que celle d’Eric Hellman (première partie, deuxième partie) qui propose que les bibliothèques s’unissent pour acheter les droits numériques des livres ayant déjà vécu leur cycle commercial (mais pas que), pour les proposer ensuite à tous en Open Access, à suivre.

BIBLIO STUFF
– Le département Recherche d’OCLC (OCLC Research) a lancé une chaîne YouTube ; je crois avoir déjà signalé leurs podcasts, j’avais oublié les webinars. #formationprofessionnelle
[photo : gerandlg]

Déjà 300 000 $ pour arXiv

En janvier dernier, l’Université de Cornell faisait savoir à la communauté qu’elle ne pouvait plus assumer seule le fonctionnement d’ArXiv, l’archive ouverte de référence dans le domaine de la physique et des disciplines associées, et qu’elle allait demander une contribution aux établissements les plus utilisateurs du service.
Où en sommes-nous 10 mois après ? Selon cet article du Chronicle, Cornell pourrait d’ores et déjà compter sur environ 300 000$ de contributions, émanant de 85 institutions. Mais cela risque de ne pas suffire : d’après Anne Kenney, la bibliothécaire de l’Université, les coûts de fonctionnement et d’évolution du service pourraient avoisiner annuellement le demi-million de dollars. La question du modèle économique de cette archive, et des archives ouvertes en général, reste donc posée.
[photo : sonicfour]


décembre 2010
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.