Open access : méfiez-vous des imitations

Un signe du succès d’un produit ou d’un concept est souvent que d’autres acteurs que les producteurs originaux s’en inspirent – de façon plus ou moins convaincante -, en proposant quelque chose de similaire. Et bien c’est le cas pour les revues en open access : certains éditeurs – jusque là inconnus – diffusent désormais des revues « en libre accès », mais ne proposant aucune des garanties de sérieux que l’on est en droit d’attendre quand il s’agit de recherche scientifique. Jeffrey Beall, un bibliothécaire du Colorado, passe au crible sur son blog Scholarly Open Access les offres de ces éditeurs : caution scientifique de sociétés savantes fantômes, re-publications multiples des mêmes articles, système de validation inexistant ou fortement biaisé (les auteurs choisissant leurs reviewers…), références des auteurs invérifiables (chercheurs d’une université qui n’existe pas)… tels sont quelques-uns des principaux « défauts » de ces publications. Plusieurs indices doivent éveiller le soupçon chez le bibliothécaire confronté à des revues publiées par ces maisons : coordonnées factices de l’éditeur, faible nombre d’articles, annonce d’un facteur d’impact pour des revues récentes, emploi d’un anglais approximatif sur le site web, récompenses imaginaires…

L’intérêt pour ces « prédateurs », comme Jeffrey Beall les nomme (« predatory publishers ») ? Il s’agit essentiellement :
– de l’appât du gain : par un détournement pur et simple du modèle « auteur-payeur ». Ces éditeurs rivalisent de créativité pour faire payer des frais de publication aux auteurs (frais de traitement, frais d’enrichissement…).
– d’une  stratégie opportuniste : effet collatéral du « publier ou périr ». On voit ainsi des articles recyclés dans plusieurs revues du même « éditeur », pour booster la liste de publications de chercheurs, souvent issus de pays émergents. En fait d’éditeur, il s’agit de collègues ou de compatriotes basés en Europe ou aux Etats-Unis, qui ouvrent des sociétés fantôme dont l’activité principale consiste à promouvoir leurs revues et leurs auteurs, sous une apparence d’honnêteté (« Vanity presses »).

J. Beall tient à jour une liste, qui s’enrichit régulièrement de nouveaux éditeurs douteux. Il recommande aux chercheurs d’éviter toute collaboration avec ces éditeurs, que ce soit en tant qu’auteurs ou en tant que reviewers, et de considérer avec beaucoup de méfiance les informations contenues dans ces articles. Ca semble en effet plus prudent.

[photo : amulonphotography]

Advertisements

1 Response to “Open access : méfiez-vous des imitations”


  1. 1 gaël 21/02/2012 à 15:26

    Petit tour dans mon AtoZ, et j’y retrouve quelques-uns des « éditeurs » listés par Geoffrey Beall (Academic Journals, Bentham Open, BioInfo, InTech, Internet Scientific Publications, Scientific Journals International).
    Effectivement, il faut être vigilant… #docélecwatchmen


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




février 2012
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :