Archive for the 'Initiatives à suivre' Category



Global Open Knowledge Base

Global Open Knowledge Base est le fruit du partenariat entre le projet de SGB mutualisé américain Kuali OLE  et l’agence britannique JISC Collections. Il s’agit de monter l’architecture d’une base de connaissances mutualisée intégrable dans différents systèmes de gestion de données. JISC Collections travaille sur les modèles et les circuits de données, il peut également s’appuyer sur ses contacts existants avec les éditeurs (l’agence est l’un des principaux opérateurs pour la négociation des ressources électroniques au Royaume-Uni) ainsi que sur le réseau existant de ses établissements membres pour l’alimentation. La partie mutualisée de la base de connaissances gère les éléments au niveau global (titre, éditeur, identifiant, bouquet, plateforme), les informations locales (contrats, licences, commandes, stats…) sont gérées dans le SGB. Les atouts de GOkb sont l’utilisation de standards, la mise en place d’un système d’identification des ressources, l’application de modèles de données et de workflows, la gestion communautaire. Le projet bénéficie d’un financement de 499000$ de la fondation Mellon, passage en production de la version 1.0 prévu pour 2013.

[photo : squarepants2004/auntiehuia]

Publicités

Machine à (garder ses) sous

L’étude The value of UK HEI’s to the publishing process du JISC s’est penchée sur le coût des publications scientifiques pour les établissements d’enseignement supérieur et de recherche du Royaume-Uni, sachant que :
– la communication scientifique ne peut pas se passer du peer-review
– le peer-review est réalisé gratuitement par les chercheurs
– le nombre d’articles scientifiques est en augmentation constante, et donc le peer-review aussi.
Elle arrive à des chiffres non négligeables :
– le travail de peer-review est estimé à entre 110 et 165 millions de £
– la participation à des comités éditoriaux représente 30 millions de £
Si l’on ajoute à cela la dépense annuelle des établissements consacrée aux abonnements en ligne, pour pouvoir consulter les articles de revues, estimée à entre 113 et 121 millions de £, la facture se monte annuellement à entre 253 et 316 millions de livres sterling, ie entre 300 et 400 millions d’euros.
Avec de telles sommes, les établissements ne pourraient-ils pas mettre en place un système de production, de diffusion et de conservation de l’information scientifique ? C’est ce que propose Brad Wheeler, de l’Université de l’Indiana dans cet article d’Educause Review, avec « the Big Digital Machine », un concept en cours d’élaboration au sein du Committee on Institutional Cooperation, un consortium d’universités du nord ouest des Etats-Unis. Le principe est que si les établissements se réapproprient leur recherche, ils seront en mesure d’en définir les modes d’accès, aussi bien en terme de droits qu’en termes techniques – l’idée c’est aussi de s’appuyer sur les outils existants, qui ont fait leurs preuves, comme Open Journal Systems (OJS), Fedora/DSpace/DuraSpace, Connexions, EPrints pour pouvoir gérer la totalité du workflow des publications. Une infrastructure de ce type pourrait fédérer aussi bien les sociétés savantes que les presses universitaires, voire les « petits » éditeurs pas encore passés au numérique. Tentant…

[Photo : cobalt123]

Un Aardvark dans le moteur

Aardvark est un service de questions-réponses collaboratif monté par d’ex-cadres de chez Google en 2007, qui utilise les réseaux sociaux pour multiplier les points d’accès : on peut poser des questions et y répondre sur le site web, par messagerie instantanée, par iphone, sur Twitter (d’où la rapidité des résultats – dans les 5 minutes – ce qui est un plus). Le site est simple et plutôt convivial – il permet de renvoyer un message de remerciement à la personne qui vous a répondu, on peut accéder facilement à la liste des questions que l’on a posées / des réponses que l’on a données, ou transférer la question vers une personne plus susceptible de connaître la réponse.

Le concept de ‘recherche sociale’ appliqué ici, c’est, en gros, qu’il vaut mieux demander à celui qui sait plutôt que perdre du temps à chercher. Un réflexe qui n’est pas idiot, mais que j’aurai pensé moins répandu – que ce que j’ai plu le constater en pratiquant sur Aardvark – à l’heure où on peut trouver tout ce qu’on veut en 2 clics sur internet : certaines des questions que j’ai vu passer trouvaient une réponse par une simple requête sur Google. Ce qui me laisse perplexe : il me semble plus facile de googler quelque chose que d’aller poser une question sur un site de questions-réponses, non ? Mais bon, toutes les questions ne sont pas du même acabit, et il y a aussi beaucoup de demandes de conseils, de tuyaux, d’avis : c’est la recommandation que l’on recherche.

Le service marche plutôt bien, enfin, on peut raisonnablement le penser, puisqu’il vient d’être racheté par… Google.

[photo : axlotl]

TWIL

Non, il ne s’agit pas d’un nouveau réseau social, ni d’un tissu ringard, mais du nouveau « bébé » des Sanachies (Erik Boekesteijn et Jaap Van De Geer), ces bibliothécaires-aventuriers de la bibliothèque de Delft aux Pays-Bas (la fameuse DOK). This Week in Libraries, c’est une émission d’une heure, toutes les semaines, sur le web, qui parle… de bibliothèques bien sûr !

L’émission s’organise autour d’une interview (ont été reçus pour les 2 premiers numéros Bart Drenth, directeur du Sector Instituut Openbare Bibliotheken, et Aat Vos, architecte), et suivra les Sanachies lors de leurs prochains périples : au Canada en avril, et en Australie cet été. Les suggestions sont ouvertes pour les invités des futures émissions, et on peut les suivre sur leur compte twitter. Ils cherchent des sponsors pour financer cette « webTV des bibliothèques » : avis aux entreprises, petites ou grosses, qui passeraient par ici, et voudraient être citées dans les 30 prochaines émissions… TWiL est retransmis en live sur Ustream le vendredi.

PS : La deuxième émission évoque un moment la campagne en cours pour aider les bibliothèques publiques du New-Jersey, dont le budget 2010 doit être amputé… de 74%… Les bibliothécaires se mobilisent sur le site I love NJ libraries (et sur Facebook Save NJ libraries) pour sensibiliser l’opinion publique sur le sort de ces bibliothèques. A suivre.

Library101 !

Finie la « bibliothèque 2.0 » : depuis hier, la nouvelle hype, c’est « Library101 » !

Library101, c’est un projet de David Lee King et Michael Porter, bibliobloggueurs de longue date, qui souhaitent aider les bibliothécaires à entrer dans le XXIème siècle, en ayant pleinement conscience des enjeux que font porter les mutations en cours dans notre « société de l’information » sur notre métier. Etre bibliothécaire aujourd’hui (et demain !), c’est maîtriser un certain nombre de compétences, savoirs-faire et autres savoirs tout court, en terme de communication, de technologies, de présence en ligne, pour pouvoir rester en phase avec sa communauté de service. C’est ce que David et Michael rappellent avec cette initiative, qui connaît déjà un certain succès : + de 2000 fans sur la page Facebook du projet. Sur le site on trouve :

– des liens (Resources To Know)

– des textes (Essays) rédigés par 2 douzaines de professionnels réputés du monde des bibliothèques anglophones

– et bien sûr la vidéo (ci-dessus), illustrée de photos et vidéos envoyées par + de 500 professionnels des bibliothèques du monde entier (oui, j’y suis. plusieurs fois, même)

Le site a été lancé hier après-midi en direct de Monterey, Californie, lors d’Internet Librarian 2009. L’intervention a été filmée, à l’instar de certaines keynotes des jours précédents ; toutes les vidéos sont disponibles sur la chaîne ILive, alimentée par l’équipe des Shanachies ; je vous recommande l’interview de Paul Holdengraber de la New York Public Library par Erik Boekesteijn : c’est pertinent, drôle, « inspirational »… réussi, quoi.

JSTOR, trop fort

2632797541_89cafc568b_m.jpgJSTOR est une organisation a but non lucratif dont la principale mission consiste en la numérisation rétrospective d’articles de revues scientifiques, et ce à des fins de conservation et de consultation. Près de 1200 revues, issues de plus de 600 éditeurs, font partie de ce projet. Les articles sont organisés et commercialisés sous la forme de collections thématiques définies ; le modèle tarifaire s’appuie sur un droit d’entrée (qui couvre les frais de numérisation) la première année, auquel s’ajoute ensuite un abonnement annuel (il existe également des abonnements pour les anciens élèves, les « alumni »). Plus de 5500 établissements sont abonnés à une ou plusieurs collections. Cette ressource a pris assez tôt le virage 2.0 ; en effet, elle est présente sur Facebook [page officielle (+ de 38 000 fans), appli de recherche, plus d’une trentaine de groupes, dont JSTOR lovers, I heart JSTOR (+ de 500 membres), I love JSTOR, JSTOR saved my ass, JSTOR appreciation…], sur Twitter, sur YouTube. Côté fonctionnalités, une recherche à facettes est annoncée pour le mois de juillet…

Cette démarche ouverte se poursuit avec JSTOR Showcase, véritable vitrine des projets en cours autour des données et des fonctionnalités de la base, dans laquelle on trouve notamment
Data for Research
: il s’agit d’un outil d’analyse visuelle des résultats des recherches faites sur le corpus de la base. Représentations graphiques, nuages de mots, analyse des citations… Je trouve que ça illustre bien l’idée de faire plus travailler les données (« make the data work harder ») à notre disposition. Il y a aussi une carte animée des usages, la présentation d’un projet d’outil d’annotation collaborative et celle d’un projet de conservation des catalogues de vente.

J’en déduis que les bases de données figées, aux fonctionnalités basiques, non évolutives, ne sont pas une fatalité.

[photo : cosmonautirussi]

La semaine des bibliothèques

3409180819_3e0574625b_m.jpgLe temps passe vite : c’est de nouveau la semaine nationale des bibliothèques aux US.
Et comme tous les ans, quelques éditeurs proposent certaines de leurs ressources en libre accès pendant toute la semaine :
– chez ProquestK12 : ebrary, CultureGrams et SIRS Discoverer
– chez Gale, ça dure même jusqu’au 15 mai pour :
* Global Issues in Context
* Small Business Resource Center
* Health & Wellness Resource Center
* Business & Company Resource Center
* Gale Directory Library**
* Testing & Education Reference Center
* DemographicsNow Library Edition
* Gale LegalForms
* PriceIt! Antiques & Collectibles
Enjoy !
[photo : 架奇]


mai 2019
L M M J V S D
« Avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités