Le côté obscur

medium_91805698_878fbfb3bf_m.jpgSur son blog The scattered librarian, Sarah Clark proposait en janvier dernier une série de posts sur le côté obscur des bibliothèques 2.0.
1ère partie – Retour aux fondamentaux :
« J’aime les technologies, je suis une geek, j’utilise delicious et flickr et les wikis et les blogs dans ce qu’ils ont de meilleur.[…] Cependant ma mission N’EST PAS de mettre en place un blog, un wiki, ou de construire une bibliothèque virtuelle en 3D dans Second Life avec des avatars pour tout le personnel. Ma mission, et votre mission (si vous qui lisez ceci êtes un bibliothécaire) est de proposer des ressources documentaires pertinentes à tous les utilisateurs de la façon la plus efficace et la plus conviviale possible, et d’encourager plus de membres de la communauté à utiliser vos services. »
2ème partie : Attention à la fracture numérique…

… technologique : « Parfois quand je suis au service de références, je me demande si une technologie mal implémentée n’est pas pire finalement que pas de technologie du tout. Notre ancient système de connexion au serveur VPN de l’université (nous avons 3 campus, et environ 40% de nos cours sont proposés à distance) nécessitait un téléchargement, une installation en 10 étapes, et ne fonctionnait qu’avec Windows 2000 ou XP ! Vous avez un Mac ? Vous êtes toujours sur Windows 98 parce que vous n’avez pas les moyens de changer de système ? Pas d’accès distant pour vous ! »

… pédagogique : « Je suis sûre qu’aucun bibliothécaire nouvelle génération, ou 2.0, n’a jamais vu un de ses collègues « technologiquement moins à l’aise » sauter de joie ou s’enthousiasmer lorsqu’on lui présente le dernier widget super cool qu’il faudrait ajouter au site web. Mais si par chance c’est le cas chez vous… pouvez-vous imaginer le regard des étudiants non traditionnels [ceux qui sont d’origine étrangère, ou issus de classes sociales défavorisées, NDLT] lorsqu’ils se connectent au site web et réalisent qu’ils doivent réapprendre une nouvelle procédure pour accéder à un £#€%! d’article de revue ? »
medium_174756681_fcce50caff_m.jpg3ème partie : Anciens et modernes, même combat
« Le coeur de la bibliothéconomie, qu’elle soit 1.0, 2.0 ou ce que vous voulez, c’est de connecter quelqu’un qui cherche une information à l’information en question. Vous utilisez les meilleurs outils pour ce faire, en fonction des besoins ou des souhaits des utilisateurs. Certains vont commenter sur votre blog, fabriquer des extensions de Firefox pour rechercher dans votre OPAC ou réserver des livres depuis votre site web, d’autres préfèreront venir emprunter des livres et lire le journal dans le coin détente. La plupart se situe entre les deux. Notre devoir est de réduire l’écart. Mais comment y arriver avec le fossé technologique, social, générationnel auquel nous sommes confrontés dans notre propre communauté ?

Pour connecter effectivement nos utilisateurs avec ce qu’ils veulent, nous devons être nous-mêmes connectés les uns avec les autres. […] Nous avons de nombreux défis au programme, nous devons donc arrêter les guéguerres, écouter nos collègues moins ‘tendance’ et commencer à travailler ensemble. »

Publicités

3 Responses to “Le côté obscur”


  1. 1 Doc Herbst 09/05/2007 à 00:00

    Et encore, dans les bibliothèques, vous avez de la chance !

    En entreprise, tout passe par le papier ou l’e-mail. Sinon, ça n’existe tout simplement pas. Parce que, soit ils ne savent pas/veulent pas/n’ont pas le temps d’utiliser le nouveau « truc », soit les informaticiens n’ont pas la licence/ne savent pas l’implémenter (« c’est pas du MS, au secours ! »).

    Et qu’au final, en entreprise, ce sont l’IT et les users qui décident.

  2. 2 Bibliobsession 03/05/2007 à 00:00

    entièrement d’accord avec les « joyeux compromis » à trouver. Le meilleur moyen reste de faire comprendre que els techologies ne sont pas une fni en soi mais qu’elles servent à renouveller et à approfondir nos pratiques, en particulier à s’approprrier les contenus de nos collectiosn pour développer nos pratiques de médiation numérique.

  3. 3 jean-charles 30/04/2007 à 00:00

    Je suis extrêmement convaincu que nous devons « ramener » au niveau les personnels et les utilisateurs à la « traîne ». Mais ils sont souvent perçus comme des freins à l’avancée technologique et aux nouveaux services… Il s’agit de trouver un joyeux compromis entre notre envie de mettre en place des services sophistiqués et la réalité du terrain. Mais d’un autre côté, un rapide coup d’oeil sur les webs de bibs actuels me dit que l’avancée technologique dans nos régions n’est pas encore si forte que celà…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :