Archive pour septembre 2007

Ratatouille économique

9f591fb463e039d358d8c50b2fa08f25.jpgDes ressources en économie repérées via Intute :

Econ journal watch : une revue à comité de lecture trimestrielle en OA, où j’ai trouvé cet article sur la destruction créatrice de Schumpeter appliquée à Amazon

– les vidéos mises en ligne sur YouTube par la Banque Mondiale.
[Crédit photo : webast]

AO : questions sur les contenus

056d591c38091346893e758766ec5bb3.jpgLa bibliothèque de Cornell a sorti la nouvelle version de son archive institutionnelle : ecommons@Cornell. Elle héberge plus de 7 000 documents de toute nature : photos, thèses, articles de recherche, chapitres d’ouvrages… On y trouve même des travaux d’étudiants (en sciences de l’ingénieur), ce qui m’a fait penser à cet article (accès sur abonnement, tiens, je croyais que Sage était « open » pendant tout le mois de septembre, j’ai dû me tromper) de Margaret Pickton et Cliff McKnight, qui ont étudié la question des travaux d’étudiants dans les archives institutionnelles. Les responsables d’archives interrogés sont majoritairement pour l’inclusion des travaux d’étudiants, particulièrement les thèses et les mémoires. Et les auteurs insistent sur le fait que les projets d’AO doivent prendre en compte tous les acteurs susceptibles d’utiliser et d’alimenter l’archive, y compris donc les étudiants. Ce qui (re)pose la question du contenus des archives institutionnelles : doivent-elles être dédiées exclusivement à la recherche, auquel cas effectivement une archive centralisée suffit ? Ou bien être le reflet de toute la production numérique d’un établissement ? Mais dans ce cas, s’il y a multiplication des archives institutionnelles locales, quel intérêt alors de maintenir une archive nationale, ne vaut-il pas mieux travailler sur un outil de recherche moissonnant l’ensemble des archives locales ?

Bonne question pour démarrer la semaine… 😉
[Crédit photo : Jan Bakker]

Bibliosexy(ste)

85d059f9cd8f5ed4c3d039c9430bc308.jpgDans la série « Marketing et bibliothèques », deux initiatives qui font parler d’elles en ce moment :

– Les bibliothèques du Wyoming ont lancé une campagne de pub, illustrée par la donzelle en ombre chinoise ci-contre, la « mudflap girl« . Il s’agit au départ d’une image ornant les garde-boue des camions américains, dont la silhouette a été modifiée pour lui faire tenir un livre. Je ne sais pas si l’opération attire réellement plus de public vers la bibliothèque, une chose est sûre, c’est que ça ne laisse pas indifférent : b6b72f28ff5c93c79103abbbff48fe3b.jpgcertains applaudissent l’initiative (c’est une image populaire qui attire l’oeil de publics nouveaux), d’autres critiquent le côté exploitation de la femme-objet pas bien valorisant – d’ailleurs le « mudflap boy » a fait son apparition :-))

Marketing oblige, le logo se décline aussi sur plusieurs supports.
13664328994e8b7db4883becfb1eafbe.jpg– Dans une autre genre, Sony ne s’est pas fait que des amis avec la campagne pour le lancement de son reader : d’immenses affiches proclament en blanc sur fond noir, sans une photo de l’objet, qu’il est plus sexy qu’une bibliothécaire (« sexier than a librarian »). Les clichés ont la vie dure ! Mais bon, tant qu’on ne nous vend pas que les outils sont « plus futés qu’une bibliothécaire »… 🙂
[Crédits photos : David Lee King, lawgeek, mstephens7]

Livres privés

b1139930fb40ac88932d13b7914c2c4e.jpgTiens, un circuit de diffusion du livre que je n’avais pas encore rencontré : celui des ventes privées. En effet, les adhérents de vente-privée.com peuvent acheter ces jours-ci à tarif réduit des ouvrages des éditions La Martinière : photo, tourisme, histoire, vie pratique… Les bouquins s’emportent à environ – 50%. Je me demande quel est la réglementation en la matière, par rapport au prix unique du livre notamment : est-ce que ce sont des soldes ? Lafeuille, une idée ?
[Crédit photo : Fran6co]

De l’OA pour l’ABA

ec0da386a82b1923b28a5e37079d39c6.jpgSelon ce post de la Criss Library (Nebraska), une vingtaine de titres de l’American Bar Association est désormais consultable en ligne gratuitement. Quelques newsletters de l’association sont aussi en libre accès (voir la liste ici).
[Crédit photo : kaminakamo]

OwnTerms

bb9e80f12e2dee300d89ee73bf11f1b1.jpgUne initiative dans le domaine juridique à signaler : OwnTerms est une archive ouverte qui propose d’héberger des documents juridiques : le concept, c’est que plutôt que de copier-coller des formulaires glanés sur internet sans respect d’un éventuel droit d’auteur, il serait plus simple d’aller piocher dans l’archive le document-type correspondant à son besoin, en toute légalité puisque tous les documents sont sous licence Creative Commons.
Bon, pour l’instant il n’y a que 3 documents ;-), mais je trouve que l’idée est bonne.
Il y a aussi un wiki où les juristes sont invités à venir corriger et/ou améliorer les documents soumis.
[Crédit photo : Bitter_sweet333]

Second life pour le web de l’Enssib

Tiens, l’Enssib a mis en ligne son nouveau site web ! Nouvelle charte graphique, couleurs sobres qui font « pro » (pour des tons plus « funky », rassurez-vous, Formist n’a pas changé ;-)), plus de photos, et même 3 fils rss (dont celui du tour de toile, normal) ! Le reste de l’attirail 2.0 n’a pas encore pointé son nez, mais quelquechose me dit que ça viendra…

FREE

521e2734a42d9acdf9648912b86a20e1.jpgJe découvre aujourd’hui via l’incontournable Resourceshelf la sélection de ressources pédagogiques issues des sites gouvernementaux US FREE (Federal Resources for Educational Excellence). Sciences, mathématiques, histoire, linguistique, arts, musique et santé sont les thématiques sous lesquelles sont rangées plus de 1500 ressources utiles pour l’apprentissage (un fil rss est disponible), ainsi que des collections spécifiques sur le 11 septembre, Martin Luther king etc.

Beau travail de mise en valeur de fonds numériques, je trouve.
[Crédit photo : Onken Bio-pot]

Second life vs Quart monde

db1a8bcd999e7d87b9bcb1d26b3ab2db.jpg« J’ai du mal à croire que des bibliothécaire jeunesse aient du temps pour servir des usagers virtuels. Ceux qui ont du temps de libre ont toujours la possibilité d’aider des enfants dans le cadre de Big Brothers Big Sisters [une association d’aide à la petite enfance], d’aller faire la lecture dans l’école du coin, de choisir des livres pour le centre de détention juvénile, d’aller faire du bénévolat pour une bibliothèque scolaire en sous-effectif, de collecter de l’argent pour First Book [une association qui fournit des livres aux enfants de familles défavorisées], ou d’aller faire la lecture dans un foyer pour femmes. Toutes ces activités auraient un impact bien plus important sur l’alphabétisation. Elles pourraient même, en fait, changer la vie de ces gens, au lieu de ne fournir qu’un divertissement. »
Charlotte Glover, bibliothécaire de la Ketchikan Public Library (Alaska), à propos de Second Life.

Cet extrait de son courrier à la revue American Libraries est commenté par John Gehner sur la liste PUBLIB comme suit :
« L’an dernier, la pauvreté a augmenté dans 85% des comtés de l’Illinois. Je n’ai pas encore comparé avec les 49 autres états. Mais il est parfois décevant de penser que quelques uns des meilleurs professionnels de l’information consacrent leurs talents considérables aux habitants d’un monde virtuel basé sur les loisirs, plutôt qu’au monde réel, plein de millions de gens luttant pour une vie meilleure chaque jour.
Je suis reconnaissant à Jessamyn West et à d’autres de nous recentrer sur la réalité de la fracture numérique.
Dans ma bibliothèque, nous proposons un espace numérique et des connexions wi-fi. Les usagers qui peuvent se payer des portables apprécient les accès wi-fi illimités et les téléchargements rapides.
Les usagers qui ne peuvent pas se payer de portable sont limités à une heure d’accès internet par jour, avec 2 sessions supplémentaires de 15 minutes quand l’espace numérique n’est pas trop plein, et sont restreints pour la bande passante (qu’ils partagent simultanément avec le personnel et les autres usagers) quand il est surchargé.
Il y en a toujours pour insister sur le fait que ce n’est pas à nous de rectifier cette sorte d’inégalité, et arguer que n’importe qui peut obtenir ce qu’il ou elle veut en travaillant un peu plus, en y mettant du sien. Mais des preuves criantes suggèrent qu’il en va autrement. »

Lire l’intégralité du post.
[crédit photo : brewbooks]


septembre 2007
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.