Bibliothèques et sciences : pertinence ?

Il y a eu un mini-débat, lors de la dernière conférence Science Online 2010, sur les rapports entre enseignants-chercheurs et bibliothécaires, les uns s’étonnant de la présence des autres à une conférence scientifique. Pour Dorothea Salo, bibliothécaire, le fait que les acteurs de la recherche soient si déconnectés des professionnels de l’information, que la pertinence des bibliothèque et des bibliothécaires pour la recherche soit ignorée par ces mêmes acteurs – comme s’il n’y avait pas de lien entre documentation et recherche – est extrêment inquiétant pour les BU, notamment scientifiques.

(J’ai envie d’ajouter que c’est un peu une tendance générale dans les universités, qui bien souvent relèguent sur leur site web les BU dans la rubrique « vie universitaire » ou « formation »… Du reste en France, depuis la LRU, les directeurs de SCD ne font plus partie des membres du Conseil Scientifique ni du Conseil d’Administration de l’université, ils ne participent plus qu’au Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire. Mais je m’égare.)

Dorothea ajoute : « Je vais vous dire une chose : nous ne combleront pas le gouffre [qui nous sépare des chercheurs, ndlt] en restant derrière nos bureaux dans nos bibliothèques. Nous ne le combleront pas dans des conférences de bibliothécaires ou sur l’édition. Nous pourrons peut-être jeter des ponts par dessus ce gouffre grâce à l’électronique, mais nous n’arriverons à rien en restant dans notre coin sur nos petits sites web. »

A cela Martin Fenner, un chercheur en médecine qui s’intéresse aux questions d’édition scientifique (et qui tient le blog Gobbledygook), répond qu’effectivement, les relations entre chercheurs et bibliothécaires se sont raréfiées avec le développement des ressources en ligne, qui ont fortement diminué l’intérêt d’une visite à la bibliothèque. Et que, bien que les bibliothèques aient pris le virage internet, elles n’ont pas su saisir cette opportunité d’adapter leur offre aussi bien que certains éditeurs, qui en ont profité pour créer de nouveaux produits (il cite notamment Faculty of 1000). Résultat : le chercheur visite bien plus souvent Pubmed ou ses revues favorites que la page d’accueil de la BU. Martin propose plusieurs suggestions pour rendre le site de la BU plus attractif :

  • Fournir des outils de gestion des références bibliographiques, et l’assistance qui va avec
  • Proposer de la formation  et des tutoriels en ligne
  • Maintenir une liste à jour des publications des chercheurs de l’institution
  • Participer au dépôt de la production scientifique dans l’archive ouverte de l’institution
  • Aider les chercheurs à soumettre leurs articles pour publication
  • Permettre aux chercheurs de découvrir les nouveaux outils de travail et de communication à leur disposition

Rien de ce qui est dans cette liste ne me choque, bien au contraire : je pense que c’est vers ce type de service que nous devons nous orienter pour faire de la bibliothèque une véritable valeur ajoutée pour l’université.

[photo : Nic’s events ]

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mars 2010
L M M J V S D
« Fév   Avr »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :