Archive for the 'Expériences amusantes' Category



Utiliser Facebook pour la formation à l’information

Très intéressant article d’Ann Pemberton dans le dernier numéro de C&R libraries news : elle y relate son expérience de formatrice à la maîtrise de l’information, au cours de la quelle elle utilise  Facebook comme fil rouge, parce que, c’est vrai que, quand on y pense :
– Utiliser Facebook, c’est utiliser une base de données (le compte FB = la notice biblio, les infos personnelles = les champs de la notice, etc)
– Avec Facebook, on peut aussi avoir besoin d’utiliser une forme de recherche avancée. Qui permet de repérer des choses que Google ne peut pas trouver (parallèle avec le web invisible)
– Le marquage de ses amis sur les photos peut être l’occasion d’attirer l’attention sur l’intérêt d’utiliser un vocabulaire contrôlé, de montrer la différence avec les contenus générés par les utrilisateurs…
– Les bibliothèques ne sont pas plus maîtres des changements dans les interfaces des bases de données bibliographiques que ne le sont les utilisateurs des modifications de Facebook, par exemple
– Les recommandations des amis sur Facebook sont un moyen d’aborder les questions d’évaluation de l’information (qu’est-ce qui fait que je vais cliquer sur un lien proposé par un ami…)
Elle conclut :
« L’utilisation de FB comme point de départ dans les formations a eu un impact énorme sur ma pédagogie. Il y a d’autres concepts que j’aborde en lien avec FB, par exemple « le feuilletage vs la recherche », « l’infobésité », « la complexité de l’information », « la croissance de l’information », et d’autres. Les étudiants sont intéressés par les sessions et semblent comprendre les concepts que j’évoque d’une façon plus solide. Cela rend les formations pertinentes et plaisantes, et cela a modifié ma façon d’enseigner : je suis passée du cours à une approche basée sur la discussion, et je trouve que cela a amélioré le résultat de ces sessions. Tous ces concepts sont applicables à une service de référence. Nous ne comprenons peut-être pas toujours nos étudiants, mais nous pouvons au moins essayer de les aider à comprendre les concepts dont ils auront besoin pour avoir une bonne maîtrise de l’information, et Facebook pourrait bien juste être un moyen d’y parvenir. »
From friending to research : Using Facebook as a teaching tool
[Photo : Steel Wool]

Publicités

A day in the life #5

C’est la dernière semaine de juillet, et donc le retour de l’opération library day in the life, qui consiste pour les bibliothécaires à raconter ce qu’ils font de leurs journées. Ca peut paraître un peu gnan-gnan comme idée, mais en fait c’est une bonne occasion de voir ce qui se fait ailleurs et de découvrir qu’il existe des bibliothécaires dans des domaines un peu moins courants (voir la journée d’un bibliothécaire chargé de R&D, ou celle d’une documentaliste dans le spectacle).

Les participants peuvent relater leur journée dans un billet de blog, mais aussi twitter leur journée : on peut les suivre avec le hashtag #libday5.

Je ne vais pas rentrer dans le détail en ce qui me concerne, ma journée s’étant principalement concentrée sur une seule tâche – ô combien passionnante – : la rédaction des procédures pour l’utilisation du module circulation du nouvel SIGB, ainsi qu’un point avec les personnes qui vont former les agents au dit module sur l’organisation des formations, histoire d’être tous au point lors de la mise à feu du système le 01/09/2010. J’en suis déjà à la 2ème version du document, et à mon avis ce n’est pas la dernière… 😉

Vous trouverez la suite de ma semaine sur twitter (@mdelhaye).

[photo : @simonhucko]

Making off : « Les biblioblogs, ça ne parle que d’informatique ? »

00:00 – Je lis un commentaire de blog sur « les biblioblogs ne parlent que d’informatique documentaire »

00:30 – J’exprime mon exaspération sur Twitter

00:32 – Lully me répond : « Tu as raison, ça mérite un petit billet… 🙂 »

00:42 – C’est fait !

Des TOCs dans ton AtoZ

Hé hé hé, des fois, il y en a qui comprennent de quoi je cause, sur ce blog, et qui testent des choses. Tenez, par exemple, voici je que j’ai reçu récemment :3185268803_b8cc07210c_m.jpg
« Bonjour,

Suite au marché du mardi n°29, nous avons essayé de regarder ce qu’il était possible de faire sur Atoz. Notre informaticien a dû réimporter la base de TicTOCs (qui malheureusement liste les revues sur une numérotation maison et non sur issn) et faire une correspondance… qui marche !
On a donc désormais sur l’Atoz de Metz la petite pilule TicTOCs en regard des titres de revue, qui lance la recherche dans TicTOCs. Et on propose à qui est intéressé de venir taper dans notre base pour créer un tel lien vers TicTOC sur son site de BU…
Concrètement, voici comment faire depuis l’interface admin d’AtoZ :
– Aller dans Custom Links > Ajouter un lien
– Dans Masque d’URL coller http://wwwold.scd.univ-metz.fr/BasesDonnees/Tictocs.html?Issn={ISSN}
– Dans Intitulé du lien mettre un espace (c’est obligatoire pour que ça marche)
– Dans chemin vers l’icône du lien coller http://wwwold.scd.univ-metz.fr/BasesDonnees/Images/tictocs.png
– Enregistrer

Pour l’utilisation:
La « pilule » fait la recherche sur l’issn de la revue (il n’y a donc pas de résultat si pas d’issn indiqué dans la base de donnée Ebsco). A la première recherche on arrive sur la page d’accueil de TicTOCs, il faut aller sur « Let’s get started » et relancer la recherche depuis Atoz (le site TicTOCS cherche un cookie qu’il faut lui donner, normalement si les traces ne sont pas effacées ça marchera pour la suite).
Note: dans la colonne de gauche la première recherche est conservée, sans implication sur le résultat de la fenêtre centrale.
En espérant que ça peut servir… Si vous avez des questions n’hésitez pas. »

Il reste un petit problème à l’affichage : l’icône TicTOCs est présente sur tous les titres, même quand il n’y a pas de lien derrière, qui est un peu perturbant, mais toutes les suggestions pour y remédier sont les bienvenues ! En tout cas bravo au SCD de Metz pour sa réactivité.
[photo : Auntie P]

Lis sur ta Wii

2693180330_9a7083f708_m.jpgTiens, une autre application possible des consoles de jeu dans les BU : la wii comme outil de consultation des revues et magazines, et de tout imprimé numérique. Ben oui, si ces contenus sont dispo sur le web, ils sont a priori consultables depuis n’importe quel outil connecté au web, une console de jeu par exemple.

Moi je dis ça, je dis rien…
[photo : x-eyedblonde]

Open peer, la suite

7d6f49f4395f09e4aa731c6d182bd0b3.jpgJ’avais relayé ici il y a quelques semaines l’expérience de peer-review ouverte menée par un chercheur de l’Université de Californie à San Diego pour la publication d’un ouvrage (sur les veux vidéo) aux presses du MIT. Il était curieux de comparer les résultats du processus de validation officiel avec celle ayant eu lieu sur son blog. Les résultats sont arrivés, et l’ouvrage a été accepté pour publication après quelques changements mineurs. Au final, le chercheur constate :

– que le nombre de commentaires conséquent (plus de 400) ne permet pas d’entretenir une véritable conversation avec les commentateurs

– que la plupart des commentateurs ont signé de leur nom, alors qu’ils pouvaient commenter anonymement

– que, contre toute attente, les commentaires étaient plutôt critiques que trop bienveillants

Pour l’éditeur, ce modèle de validation est victime de son succès : le grand nombre d’intervenants rend le travail de suivi (notamment éditorial) difficile à suivre. Il se dit néanmoins prêt à renouveller l’expérience.
[photo : marmotte73]

Question de survie

Ces dernières semaines, je me connecte depuis un réseau un peu lent et sur des machines +/- bridées, équipées exclusivement d’IE7. Je ne dis pas que c’est fait exprès, mais les applications « vitales » que j’utilise habituellement (Netvibes et Bloglines par exemple) plantent systématiquement avec ce navigateur.
fe531d858b9325f3aabb06a8930951d0.jpgPour survivre dans ce milieu hostile ;-), je suis passée à igoogle et surtout Google Reader, et ma foi je ne suis pour l’instant pas déçue du voyage : l’interface est simple, la recherche et l’ajout de fils rss sont très faciles, la possibilité d’afficher les posts par titre seul ou texte complet rend bien service pour suivre les sites prolifiques. Et puis il y a des stats (toujours un peu gadget), et la possibilité de partager les articles intéressants avec qui veut : oui, comme si on avait mixé l’agrégateur avec del.icio.us – et sans avoir à ajouter un plug-in…

Bref une expérience intéressante, que je n’aurai pas tentée si je n’y avais pas été contrainte, j’avoue, et à laquelle je ne sais pas trop quelle suite je vais donner : pour l’instant ça fait un outil en plus, mais le reader de Google est vraiment séduisant, et va sans doute remplacer ce bon vieux Bloglines (qui n’a pas évolué depuis des mois, et dont la version béta ne m’a pas encore convaincue).

Allez, un sondage express : vous les lisez avec quoi, vous, vos fils rss ?
[photo : *owen]


juin 2019
L M M J V S D
« Avr    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.
Publicités