Archive pour 14 décembre 2006

Les entretiens de la BnF (3)

« Gérer une collection numérique » était le sujet des interventions de la 3ème session.
medium_214356748_2a22f3f617_m.jpgUte Schwens – Présentation de Nestor et Kopal
Nestor est un réseau d’expertise sur la conservation numérique qui mène un travail de veille sur tous ses aspects. Son objectif est d’accroître la visibilité des questions de conservation pérenne auprès des politiques.
Kopal a pour objectif le développement d’une archive numérique. C’est un partenariat entre la bibliothèque nationale allemande et la BU de Göttingen + des sociétés privées (IBM), qui travaille de façon que la solution mise au point soit transmissible et réutilisable (tout est en open source).

Au niveau des contenus, il a été choisi de démarrer avec les thèses (55 000 documents) en 2006, puis avec l’archive des revues électroniques de Springer et des cédéroms/dvd.
Les défis sont la gestion de documents numériques très lourds (mode image), la mise en place d’un plan de conservation (avec un registre international des formats), la sensibilisation des auteurs aux questions de conservation.

Questions / Réponses
Q : la conservation des périodiques prend elle aussi la gestion des accès aux archives ?
R : Oui, il y a des accords avec les éditeurs pour des accès sur tous la sites de la BN, cela fait partie des conditions du dépôt légal.

Thierry Claerr, DLL nous a présenté un état des projets de numérisation en cours dans les bibliothèques municipales basé sur les réponses d’une vingtaine de BM à une enquête de la DLL.medium_321317737_93b4fe8608_m.jpg
On observe que les situations sont assez diverses, tant au niveau des conditions techniques que financières ou organisationnelles. Les interrogations majeures portent sur les supports (cedéroms, serveurs de stockage), on est bien dans une logique de conservation plutôt que de diffusion : seulement 45% des fonds numérisés sont accessibles en ligne. Malgré cela, les conditions de conservation ne sont pas toujours respectées. Les petites BM sont plus démunies au niveau équipement.

Les entretiens de la BnF (4)

La dernière session était consacrée à l’accès aux nouveaux services numériques. Impossible de résumer la prestation d’Hervé Le Crosnier, car, d’une part il est allé super-vite (faut dire que une petite demie heure pour présenter les tenants et les aboutissants du web 2.0, c’était pas beaucoup), d’autre part son .ppt était très bien fait. Par contre j’ai réussi à prendre des notes lors de l’intervention de la guest-star 😉 : medium_311303105_0216ab40e0.jpgLorcan Dempsey, OCLC
En résumé : Le réseau est de + en + au coeur de nos comportements. On est passé de la base de données > Site Web > Flux d’informations (workflow)
Les bibliothèques doivent construire leurs services autour du workflow des utilisateurs, en développant des outils de découverte de l’information, en ‘poussant’ les ressources vers l’utilisateur ; le crédo c’est « il faut que les services de la bibliothèque s’insèrent dans le workflow de l’utilisateur ».

Avant il y avait peu de ressources, et l’utilisateur avait beaucoup de temps disponible (d’attention). Aujourd’hui les ressources abondent, mais l’utilisateur a moins d’attention > les bibliothèques doivent être plus pro-actives et mettre leurs ressources là où sont les utilisateurs, exemples :
– Activation d’un résolveur de lien qui permet de faire apparaître des liens directs vers la bibliothèque dans les résultat de recherche sur Google Scholar ou Google Book Search
– Référencement dans les outils internationaux (par ex Wikipedia)
– Utiliser les outils 2.0 pour générer du trafic sur le site de la bibliothèque (ex PictureAustralia sur Flickr)
– Créer des plug-ins pour faciliter le signalement des ouvrages disponibles dans la bibliothèque depuis des sites web à forte audience (sur Amazon avec xISBN) > en + cela ne nécessite aucune installation pour la bibliothèque, l’utilisateur fait tout.

Il est nécessaire également que les bibliothèques exploitent mieux leurs données, qu’elles investissent dans le traitement des données existantes. Exemples :
Fiction Finder (en bêta) : Indexe le contenu des ouvrages de fiction disponibles dans Worldcat. Utilise les FRBR. Affichage d’une notion de niveau en fonction du type de bibliothèques qui possèdent un ouvrage donné.
Worldcat identities (pas encore en ligne) : Permet de récupérer et de centraliser toutes les informations disponibles dans Worldcat sur un auteur donné > une sorte de data mining, le but est d’utiliser les données dont on dispose dans le catalogue.

medium_314882853_536a13c9db_m.jpgQuestions / Réponses
Q : Quelle compatibilité entre tous ces services 2.0 ?
R : Ils sont plus compatibles que la plupart des systèmes de bibliothèques… Les bibliothèques doivent comprendre comment fonctionne le web pour pourvoir en être des actrices. Pour ce qui est de la normalisation, il faut être optimiste : XML est un format intermédiaire qui fonctionne bien, les problèmes seront résolus. Les outils vont vite, les institutions vont lentement, ce qui n’est pas forcément un handicap, le tout est qu’elles comprennent comment tout cela fonctionne.

Crédits pour les photos illustrant cette série de posts : le groupe BnF sur Flickr (Merci à Got pour l’info).


décembre 2006
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.