Les entretiens de la BnF (4)

La dernière session était consacrée à l’accès aux nouveaux services numériques. Impossible de résumer la prestation d’Hervé Le Crosnier, car, d’une part il est allé super-vite (faut dire que une petite demie heure pour présenter les tenants et les aboutissants du web 2.0, c’était pas beaucoup), d’autre part son .ppt était très bien fait. Par contre j’ai réussi à prendre des notes lors de l’intervention de la guest-star 😉 : medium_311303105_0216ab40e0.jpgLorcan Dempsey, OCLC
En résumé : Le réseau est de + en + au coeur de nos comportements. On est passé de la base de données > Site Web > Flux d’informations (workflow)
Les bibliothèques doivent construire leurs services autour du workflow des utilisateurs, en développant des outils de découverte de l’information, en ‘poussant’ les ressources vers l’utilisateur ; le crédo c’est « il faut que les services de la bibliothèque s’insèrent dans le workflow de l’utilisateur ».

Avant il y avait peu de ressources, et l’utilisateur avait beaucoup de temps disponible (d’attention). Aujourd’hui les ressources abondent, mais l’utilisateur a moins d’attention > les bibliothèques doivent être plus pro-actives et mettre leurs ressources là où sont les utilisateurs, exemples :
– Activation d’un résolveur de lien qui permet de faire apparaître des liens directs vers la bibliothèque dans les résultat de recherche sur Google Scholar ou Google Book Search
– Référencement dans les outils internationaux (par ex Wikipedia)
– Utiliser les outils 2.0 pour générer du trafic sur le site de la bibliothèque (ex PictureAustralia sur Flickr)
– Créer des plug-ins pour faciliter le signalement des ouvrages disponibles dans la bibliothèque depuis des sites web à forte audience (sur Amazon avec xISBN) > en + cela ne nécessite aucune installation pour la bibliothèque, l’utilisateur fait tout.

Il est nécessaire également que les bibliothèques exploitent mieux leurs données, qu’elles investissent dans le traitement des données existantes. Exemples :
Fiction Finder (en bêta) : Indexe le contenu des ouvrages de fiction disponibles dans Worldcat. Utilise les FRBR. Affichage d’une notion de niveau en fonction du type de bibliothèques qui possèdent un ouvrage donné.
Worldcat identities (pas encore en ligne) : Permet de récupérer et de centraliser toutes les informations disponibles dans Worldcat sur un auteur donné > une sorte de data mining, le but est d’utiliser les données dont on dispose dans le catalogue.

medium_314882853_536a13c9db_m.jpgQuestions / Réponses
Q : Quelle compatibilité entre tous ces services 2.0 ?
R : Ils sont plus compatibles que la plupart des systèmes de bibliothèques… Les bibliothèques doivent comprendre comment fonctionne le web pour pourvoir en être des actrices. Pour ce qui est de la normalisation, il faut être optimiste : XML est un format intermédiaire qui fonctionne bien, les problèmes seront résolus. Les outils vont vite, les institutions vont lentement, ce qui n’est pas forcément un handicap, le tout est qu’elles comprennent comment tout cela fonctionne.

Crédits pour les photos illustrant cette série de posts : le groupe BnF sur Flickr (Merci à Got pour l’info).

Publicités

1 Response to “Les entretiens de la BnF (4)”


  1. 1 luc bellier 14/12/2006 à 00:00

    Je renvoie à l’excellente conférence podcasté sur bibliobsession sur le sujet : http://bibliobsession.free.fr/dotclear/index.php?2006/11/06/128-services-web-20-dans-les-bibliotheques-vers-des-bibliotheques-20

    Et apres un usage intensif ces derniers temps de netvibes et de l’accueil personnalisé de google, il m’est venu une idée simple…

    si les bibliothèque informatisée fournissaient un flux rss de leurs catalogue, comparable a celui fourni par le cairn ou persée (portails de revues en sciences humaines), flux où seraient éventuellement indiqué les notions géographiques, des agrégateurs seraient assez facilement en mesure de fournir un moteur pouvant interroger une base de données documentaires colossales, mais affinables par l’utilisateurs selon sa localisation et ses besoins.

    l’idée n’est pas tres éloignée de l’alibi fourni par google qui propose dans google book search de signaler les bibliothèques proches disposant de l’ouvrage consulté.http://xzbase.free.fr/netvibes/persee.htmlhttp://xzbase.free.fr/netvibes/cairn.html


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




décembre 2006
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :