Les entretiens de la BnF (2)

La 2ème session des Entretiens de la BnF avait pour thème « Acquérir des documents numériques ».
medium_317961420_08e47e6982_b.jpg
Jean Sykes, London School of Economics

Jean Sykes a d’abord présenté les avantages des AO pour la recherche : + de visibilité, + d’échanges, + d’accessibilité (rapidité par rapport au papier dans le processus de publication puisque toute la recherche est nativement électronique), puis les avantages d’une AO institutionnelle : vitrine pour les établissements et les chercheurs, plusieurs types de documents peuvent être archivés, CV du chercheur avec liens vers le texte intégral. Elle a ensuite évoqué les projets d’AO dont la LSE fait partie :
LSE Research Online
L’AO de la LSE a démarré en 2005, dans la 2ème vague d’AO mises en place dans les établissements au Royaume-Uni. Elle a été financée par le JISC et la bibliothèque au départ, maintenant elle n’est plus financée que par la bibliothèque. Du personnel a été redistribué au sein de la bibliothèque grâce à l’automatisation de certaines tâches ou leur mise en self service. Les contenus sont multiples : pre et post-prints, chapitres d’ouvrages, rapports, thèses (en 2007). La plateforme choisie est e-prints, mais d’autre systèmes sont en cours d’évaluation.
Un gros travail a été lancé sur la question des versions successives des documents ; en effet, un pre-print dans l’AO peut avoir été modifié à la demande de l’éditeur, et la version de l’AO n’est alors pas identique à la version publiée. Tout le problème réside dans l’identification des versions, et dans le suivi de la vie du document. La LSE a proposé un projet sur cette question du versionnage au JISC, auquel participent les membres de Nereus, un consortium européen qui a pour objectif de mettre en place une bibliothèque en ligne pour les économistes

Economists Online
Il s’agit de l’AO de Nereus. Elle contient une sélection d’articles d’économie effectuée dans les AO de tous les membres du consortium (3000 à ce jour). Nereus prévoit de demander à l’UE un financement dans le cadre du projet e-content pour arriver à 50 000 articles en texte intégral. Les avantages de l’exploitation de cette archive mutualisée sont les possibilités de partage d’expériences et de compétences techniques, ainsi que la transmission des savoirs entre les membres fondateurs et les nouveaux arrivants.
L’AO est difficile à alimenter (510 articles en 2 ans à la LSE), mais les usages sont impressionnants : + de 52 000 connexions.

medium_317366429_b6aa4497d0_m.jpgDenis Bruckman, BnF

En matière d’acquisition de documentation électronique, la BnF fait des efforts : elle y consacre 1 million d’euros par an, soit 10% du budget d’acquisition global. Les sélections sont réparties sur plusieurs correspondants, les commandes sont centralisées. Elle fournit à ses utilisateurs :

– 250 bases de données

– 18 000 périodiques électroniques dont 2 000 abonnements hors bouquets (interface AtoZ)

– auxquels s’ajoutent les exemplaires du dépôt légal des documents électroniques (30 000 supports) et l’offre numérisée de la BnF (Gallica etc)

La BnF propose 300 postes de consultation en libre accès ; les usages sont cependant mal connus, les outils actuels ne sont pas suffisamment précis (on ne peut pas distinguer le rez-de-jardin du haut de jardin par exemple). Globalement ce sont plutôt les bases de données qui sont utilisées (les périodiques utilisés concernent essentiellement la presse). Si l’on compare le nombre d’heures de connexion et le nombre de lecteurs, on arrive à un ratio de moins d’une heure de connexion par lecteur par an. Dans certains domaines, comme les SHS ou les généralités, la demande est supérieure à l’offre, par contre l’offre est clairement sous-utilisée dans les domaines scientifiques.

Les évolutions prévues :

– Méthodes d’acquisition : on constate une certaine insularité de la BnF (trop scientifique pour CAREL, trop grand public pour Couperin) ; cependant des collaborations ponctuelles ont été assez fructueuses (négociation avec Couperin pour la base ECCO) et pourraient se renouveler.

– Méthodes de gestion : pay per view pour certains produits scientifiques (Chemical Abstracts par exemple)

– Politique documentaire : l’acquisition perpétuelle de fonds courants et rétrospectifs intéresse beaucoup la BnF. Une négociation des archives d’Elsevier est en cours.

– Usages : Forte demande des utilisateurs pour des accès wifi, usages nomades à l’étude.

Questionnements :

Sur les budgets : 5 à 10% d’augmentation des dépenses par an

Sur le dépôt légal du web : une fois que le décret sera sorti, il sera possible d’économiser sur ce qui arrivera par ce biais, tout en sachant que ce seront des économies limitées puisque ne touchant que la production française. Par ailleurs des problèmes techniques de capture des données et des outils se posent, ainsi que les questions de copyright : les documents issus du DL devront-ils être proposés en consultation à la demande, ou bien en libre accès sur les 150 postes du niveau recherche ? Des discussions sont en cours avec les éditeurs.

Sur l’accès à distance : a-t-il un intérêt si l’offre est uniforme dans les établissements notamment universitaires ? Ne vaudrait-il pas mieux mettre en place un accord global pour que l’accès soit ouvert dans toutes les universités ?

Sur l’archivage pérenne : il nécessite une capacité mémoire gigantesque rien que pour l’archivage du web. D’autre part des collectivités locales envisagent de faire prendre en charge leur archivage par la BnF, est-ce son rôle ?

Sur la politique des pouvoirs publics en la matière : il semble n’y avoir aucune vraie politique de conservation ni d’acquisition. Une politique globale permettrait de répartir les rôles entre les différents acteurs publics.

Sur cette dernière phrase on ne peut qu’être d’accord ; d’ailleurs justement, quel est l’intérêt de négocier les archives d’Elsevier qui servent majoritairement aux scientifiques alors que, d’une part, les ressources électroniques en sciences de la BnF sont sous-utilisées, et que d’autre part, les chercheurs y ont déjà accès via leur université ou leur organisme de recherche ?

Publicités

7 Responses to “Les entretiens de la BnF (2)”


  1. 1 Pierre Schweitzer 21/12/2006 à 00:00

    Le problème, c’est que les chiffres en eux même ne veulent pas dire grand chose…

    Combien de temps de connexion faut-il pour transférer un document de 500 pages sur une clé USB ? Quelle durée de connexion pour imprimer 50 pages ? Etc.

    Les chiffres ne valent qu’en rapport avec l’observation des pratiques réelles. Il faudrait pouvoir compter les pages imprimées et les documents transférés sur clé. Ce qui fournirait une statistique aussi fiable que celle des emprunts par exemple, mais rien de plus.

  2. 2 Raybaut 18/12/2006 à 00:00

     » PS : a propos, concernant les stats de consultation des périodiques numériques à la BnD, vous êtes sûre que c’est 1 heure par personne et par an ? J’avais noté une heure par mois de mon côté… Me suis-je trompé ? Ecrit par : Sébastien Brant | 12.12.2006  »

    A propos de ce PS à ce commentaire, mon souvenir est de 1 heure par personne et par an. J ‘ai enregistré les interventions mais la qualité est mauvaise.

    Soit dit en passant, je trouve que les gestionnaires de sites internet ou de services « intramuros » d’intérêt général devraient rendre publics des stats d’usage ( même si les sites dont je m’occupait voilà peu dans le domaine « .europa.eu » ne le faisaient pas )

    Jac

  3. 3 Seb 15/12/2006 à 00:00

    C’est bien une heure par an et par lecteur.

    Denis Bruckmann confirme.

  4. 4 Seb 13/12/2006 à 00:00

    Merci pour l’adresse des diapos.

    D’après mes notes, la remarque a été faite après la diapo sur l’INIST et avant la dipao sur les pb de signalement et celle sur le PIB — pour les jargonnant, c’est le prêt inter-bibliothèques pour les autres.

    Remarque ‘of the record’ on dirait…

    Mais très bonne remarque à mes yeux.

    Seb.

  5. 5 Seb 13/12/2006 à 00:00

    @ marlène :

    Vous avez trouvé un diaporama ? Où ça ?

    @ Nicolas :

    Très juste, le transfert de budget entre monographie et abonnement électronique et une réalité trop souvent éludée.

    D’ailleurs, j’ai toujours pas compris pourquoi, comptablement, un accès temporaire à une ressource est considérée comme une ‘acquisition’ ?

    Parceque les marketeurs ont imposé l’usage du mot ‘abonnement’ ou ‘périodique électronique’ pour désigner un droit d’accès qui n’a rien à voir ?

    Concernant le propos de C. Etienne, je me borne à souligner ce que vous écrivez : « si on prend le cas d’Elsevier (…) ». D’accord mais pour le reste ?

    D’ailleurs, même pour Elsevier, la bibliothèque est aussi, selon moi, le lieu où l’étudiant de 1er cycle se familiarise avec des revues de haut niveau. Ça marche pour l’imprimé, mais pas pour les pseudo-abonnement aux pseudo-périodiques…

    La bibliothèque reste fondamentalement un lieu de sociabilité autour des textes, qu’il s’agisse des oeuvres ou des connaissance. Ça vaut pour un étudiant de 1er cycle autant que pour un quidam dans une bibliothèque de quartier.

  6. 6 Nicolas 13/12/2006 à 00:00

    Re: Marlène.

    Je ne peux que seconder la remarque sur la politique documentaire et la négociation des archives Elsevier. Tous les lecteurs potentiels en France (universitaires) ont déjà cette ressource, pourquoi la BnF voudrait-elle jeter ainsi l’argent par les fenêtres?

    Re: Seb.

    La remarque de C. Etienne semble juste en principe, mais j’y mettrais un bémol: le service rendu aux étudiants serait détérioré si c’était une doc qu’ils lisaient. Or, si on prend le cas d’Elsevier, il s’agit de périodiques anglophones d’un niveau de recherche avancé, qui concerne les étudiants du secteur STM à partir du M2, quand ce n’est pas le doctorat. Bref, quelques étudiants qui ont en général accès au labo. Et les enseignants.

    Ce qui reste vrai dans tous les cas, chercheurs compris, c’est le transfert de charge pour l’impression papier.

    Et ce qu’il faudrait ajouter, c’est que beaucoup d’établissements ont transféré une partie des budgets monographies (plutôt à destination des étudiants) vers les périodiques électroniques (plutôt à destination des chercheurs).

  7. 7 Sébastien Brant 12/12/2006 à 00:00

    En tout début de session, Catherine Etienne a fait un constat intéressant, que je n’avais pas encore réalisé jusqu’ici :

    Lorsque l’abonnement papier est abandonné en faveur d’un accès temporaire en ligne, on conate d’après elle :

    – une amélioration du service rendu au personnel enseignant et chercheur : plus besoin de se rendre à la bibliothèque, les revues sont consultables depuis les labos voire à partir d’adresses IP autorisées, extérieures au campus.

    – une détérioration du service rendu aux étudiants : les numéros anciens ne sont plus empruntables, le nombre de postes d’accès est limité au sein des bibliothèques, la visibilité des titres n’est pas forcément meilleure en ligne que sur papier, une impression pour la lecture peu engendrer des frais supplémentaires à leur charge personnellement, etc.

    J’ai trouvé cette analyse assez fine et très intéressante.

    Seb.

    PS : a propos, concernant les stats de consultation des périodiques numériques à la BnD, vous êtes sûre que c’est 1 heure par personne et par an ? J’avais noté une heure par mois de mon côté… Me suis-je trompé ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




décembre 2006
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :