Archive pour avril 2007

Le côté obscur

medium_91805698_878fbfb3bf_m.jpgSur son blog The scattered librarian, Sarah Clark proposait en janvier dernier une série de posts sur le côté obscur des bibliothèques 2.0.
1ère partie – Retour aux fondamentaux :
« J’aime les technologies, je suis une geek, j’utilise delicious et flickr et les wikis et les blogs dans ce qu’ils ont de meilleur.[…] Cependant ma mission N’EST PAS de mettre en place un blog, un wiki, ou de construire une bibliothèque virtuelle en 3D dans Second Life avec des avatars pour tout le personnel. Ma mission, et votre mission (si vous qui lisez ceci êtes un bibliothécaire) est de proposer des ressources documentaires pertinentes à tous les utilisateurs de la façon la plus efficace et la plus conviviale possible, et d’encourager plus de membres de la communauté à utiliser vos services. »
2ème partie : Attention à la fracture numérique…

… technologique : « Parfois quand je suis au service de références, je me demande si une technologie mal implémentée n’est pas pire finalement que pas de technologie du tout. Notre ancient système de connexion au serveur VPN de l’université (nous avons 3 campus, et environ 40% de nos cours sont proposés à distance) nécessitait un téléchargement, une installation en 10 étapes, et ne fonctionnait qu’avec Windows 2000 ou XP ! Vous avez un Mac ? Vous êtes toujours sur Windows 98 parce que vous n’avez pas les moyens de changer de système ? Pas d’accès distant pour vous ! »

… pédagogique : « Je suis sûre qu’aucun bibliothécaire nouvelle génération, ou 2.0, n’a jamais vu un de ses collègues « technologiquement moins à l’aise » sauter de joie ou s’enthousiasmer lorsqu’on lui présente le dernier widget super cool qu’il faudrait ajouter au site web. Mais si par chance c’est le cas chez vous… pouvez-vous imaginer le regard des étudiants non traditionnels [ceux qui sont d’origine étrangère, ou issus de classes sociales défavorisées, NDLT] lorsqu’ils se connectent au site web et réalisent qu’ils doivent réapprendre une nouvelle procédure pour accéder à un £#€%! d’article de revue ? »
medium_174756681_fcce50caff_m.jpg3ème partie : Anciens et modernes, même combat
« Le coeur de la bibliothéconomie, qu’elle soit 1.0, 2.0 ou ce que vous voulez, c’est de connecter quelqu’un qui cherche une information à l’information en question. Vous utilisez les meilleurs outils pour ce faire, en fonction des besoins ou des souhaits des utilisateurs. Certains vont commenter sur votre blog, fabriquer des extensions de Firefox pour rechercher dans votre OPAC ou réserver des livres depuis votre site web, d’autres préfèreront venir emprunter des livres et lire le journal dans le coin détente. La plupart se situe entre les deux. Notre devoir est de réduire l’écart. Mais comment y arriver avec le fossé technologique, social, générationnel auquel nous sommes confrontés dans notre propre communauté ?

Pour connecter effectivement nos utilisateurs avec ce qu’ils veulent, nous devons être nous-mêmes connectés les uns avec les autres. […] Nous avons de nombreux défis au programme, nous devons donc arrêter les guéguerres, écouter nos collègues moins ‘tendance’ et commencer à travailler ensemble. »

LibSite

medium_antenna_disk.pngLibSite, lancé il y a une dizaine de jours par Leo Klein (aka Chicago librarian) est un site de « recommandation de sites web de bibliothèques » : chacun peut y présenter le site de sa bibliothèque ou bien faire une review du site d’une bibliothèque dont l’ergonomie est particulièrement intéressante, par exemple. Il n’y a pas que des sites de bibliothèques, mais aussi des sites en lien avec les bibliothèques (des blogs de bibliothécaires, par exemple, ce que je trouve moins intéressant).

Pour emprunter, faut être motivé

medium_320015977_0853774f49_m.jpg« Voilà ce que nous avons fait :

1. Redémarré l’ordinateur en mode exec.

2. Retourné sur le site de la bibliothèque pour vérifier que le livre audio avait bien été emprunté par le lecteur.

3. Branché le lecteur MP3

4. Téléchargé la console Overdrive Media

5. Installé la console en question après un faux départ dû au blocage des fichiers par le pare-feu

6. Lancé la console Overdrive Media qui nous a dit qu’il nous fallait une version + récente de Windows Media Player (WMP)

7. Consulté le site de Windows pour constater qu’il fallait la version 9 pour notre machine, et pas la version 11 actuelle

8. Tourné-viré sur internet pour trouver et télécharger la version 9

9. Installé WMP version 9

10. Lancé la console Overdrive Media qui nous a dit qu’il nous fallait faire une mise à jour de sécurité pour WMP

11. Installé la mise à jour nécessaire pour pouvoir consulter tout fichier protégé techniquement

12. Re-lancé la console Overdrive Media

13. Téléchargé le livre audio

14. Installé le livre audio sur le lecteur MP3

[…] Et bien sûr, le bibliothécaire m’a dit ensuite que comme j’avais fait toutes ces manips alors que la carte de protection de l’ordinateur était activée, il faudrait tout recommencer la prochaine fois.

J’admet que les médias numériques soient populaires, et je comprend pourquoi. Cependant cela a été une des pires expériences utilisateur que j’aie jamais dû faire subir à un usager en bibliothèque. L’usager en question était un garçon de 13 ans assez compréhensif pour accepter de mettre une heure pour emprunter un livre audio depuis un site web, mais je n’ai pas pu le regarder dans les yeux et lui dire « Eh bien oui, c’est comme ça que ça se passe quand on veut emprunter un ouvrage électronique ».

Je lui ai juste dit : »Désolée, c’est comme ça que ça marche quand des sociétés font des choix idiots dans leur stratégie de vente de contenus numériques, et que personne ne leur dit qu’il faut faire autrement. »

Jessamyn West de librarian.net, à propos de sa première expérience de prêt de livre audio électronique.

Library 365

medium_451585438_227df341e7_o.jpgNon, ce n’est pas une ènième variation autour du 2.0… mais juste le projet 365 library days mitonné par Michaël Porter : comme tous les 365 projects, il s’agit de prendre une photo par jour pendant un an, en se focalisant cette fois sur la bibliothèque (celle on l’on travaille, celle que l’on fréquente, etc). Tout ça pour arriver in fine a un portfolio sur la bibliothèque et son activité quotidienne, qui peut être un bon outil de communication pour « vendre » son institution – travail éminement important outre-atlantique où, rappellons-le, les bibliothèques sont souvent financées par des fonds privés. L’idée est toute simple, utilise Flickr, un outil 2.0 particulièrement performant en terme de « réseautage social », et est donc facile à mettre en oeuvre.
Moi je dis : bien vu !

PS : Sinon, sur le site Bibliofrance on vous propose de mettre en ligne vos photos de bibliothèques :
« vous pouvez toujours envoyer des images de vos bibliothèques, si vous en avez les droits, par courriel (SVP UN MAXI de 500 KO) avec une note d’autorisation d’utilisation, pour le site Bibliofrance uniquement, de ces photographies. Avant fin juillet, nous inaugurerons cette base de données, avec un moteur de recherche interne dédié aux photographies vous permettra de retrouver nos équipements dans cette base, par noms de lieux. » Moi je dis : … euh, ben en fait je reste sans voix… 🙂

OA en débat aux Pays-bas, AO ici-bas

medium_197510321_e075fb4009_m.jpgIl y a de la tendance dans l’air : la bibliothèque de l’Université technologique de Delft en Hollande organise le 19 avril prochain un symposium sur l’Open Amedium_couperin.jpgccess, au cours duquel seront abordées les questions de l’accessibilité et des coûts de l’information scientifique à l’ère numérique. Un wiki sur l’OA a été mis en place pour l’occasion.
Par ailleurs, le consortium Couperin organise le 21 mai prochain une journée d’étude sur les archives ouvertes et leur mise en place dans les établissements d’enseignement supérieur. Un blog a été mis en place pour l’occasion – ben oui, le wiki c’était déjà fait ;-))

Et puis, mince, pour une fois on fait les choses en grand : je me suis laissée dire que c’est Stevan Harnad himself qui inaugurera la journée…

Free grâce aux biblis

medium_213861338_1870332053_m.jpgConnaissez-vous les éditions Greenwood ? Non ? Moi non plus ;-), raison de plus pour tester les ressources électroniques (encyclopédies thématiques, e-books, conseils de lecture, etc) qu’elles proposent en accès libre pendant la semaine nationale des bibliothèques (15-21 avril 2007). Je suis allée voir, et je suis assez impressionnée : c’est ergonomique, les outils de recherche sont bien pensés (clusters notamment), les contenus très riches ; au fait, peut-être amis lecteurs pourrez-vous me renseigner : existe-t-il une offre similaire en français ?
[Crédit photo : Zoom Zoom]

Je suis une biblioblogueuse pragmatique

medium_92697433_aa5c016a77_m.jpg« Le modèle du biblioblogueur pragmatique désigne de multiples types de bibliothécaires qui partagent des envies similaires : commenter, connecter, créer de la communauté. Le biblioblogueur pragmatique est un bibliothécaire qui écrit un blog professionnel ouvert au delà du cadre de sa propre activité professionnelle pour trouver, partager et proposer trouvailles et conseils au reste de la communauté professionnelle. Constamment en veille grâce aux technologies informatiques continues, le biblioblogueur pragmatique cherche à redéfinir les services de la bibliothèque à l’ère des technologies avancées. Le biblioblogueur pragmatique ouvre les commentaires et s’engage avec les autres blogueurs dans la discussion et l’observation de l’actualité, des nouvelles technologies et de la profession [de l’info-doc] avec un but commun : améliorer les bibliothèques. »

Michael Stephens, sur Tame the web et ALA Techsource blog : le biblioblogueur est le sujet de son prochain mémoire.

Tendances Zen

medium_449472428_2b8cc2060f_m.jpgVous vous souvenez de LISZen ? Le moteur de recherche dans les biblioblogs mis au point par Garrett Hungerford, un étudiant de la Wayne State University ? Il s’enrichit désormais d’un outil à la Digg, baptisé LISZEN Trends. Le principe est simple : quiconque peut poster une info, qui va être évaluée par les visiteurs du site, et apparaître plus ou moins haut sur la page d’accueil selon le nombre de votes qu’elle aura reçu. En l’occurence ici ce sont essentiellement des posts de blogs qui sont mis en valeur. Je me demande toutefois si ce type d’outil est vraiment utile, dans un microcosme comme celui de la biblioblogosphère, où les posts les plus « intéressants » sont souvent ceux qui sont le plus cités et repris dans les autres biblioblogs ?

Videos éducatives

medium_415885989_ef98b09649_m.jpgJ’ai repéré récemment 2 services de vidéo en ligne à vocation éducative :

– chez Pure Video, la rubrique Research propose des vidéos de la NASA, de la chaîne History, du site Biography.com, de l’Université de Harvard…

TeacherTube se veut une déclinaison éduc’ de YouTube, animé par des enseignants. Il y a déjà près de 360 vidéos disponibles, sur une foultitude de disciplines.

WiseTo

The Gale Group, fournisseur de bases de données (filiale de Thomson), propose WiseTo, un site « d’information de référence » pour les étudiants et le grand public. Sa première déclinaison, WiseTo Social Issues s’intéresse aux problèmes de société : on y trouve pour chaque thème abordé une fiche détaillée sur la problématique, avec des points de vue d’experts, des statistiques, des synthèses… Bon, si on veut accéder à plus de contenus (à des articles en texte intégral, à plus de stats ou à un guide méthodologique à destination des étudiants), c’est payant, mais la version gratuite est déjà intéressante.


avril 2007
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.