Du PEB à l’AO

db370f9e98c1e3a7b2b22a79f0d8cb65.jpg« Du PEB à l’AO : une transition naturelle

Quand les articles seront en libre accès, on n’aura plus besoin du Prêt Entre Bibliothèques (PEB). Il devrait y avoir globalement, une corrélation inverse entre le nombre d’articles en libre accès et le nombre de demandes de prêt entre bibliothèques : au plus il y a d’articles en libre accès, au moins il y a besoin d’utiliser le PEB.

Ce qui libèrerait des financements (sur les charges liées au PEB) et des ressources humaines. Les fonds récupérés pourraient être redéployés pour compenser les frais de traitement des articles et financer la publication en libre accès pour les chercheurs de l’université [dans le cadre du modèle auteur-payeur, NDLT]. Les économies les plus importantes en ressources humaines bénéficieraient aux grosses bibliothèques universitaires, celles qui ont les collections les plus importantes, qui sont aussi celles qui prêtent le plus.

On pourrait alors raisonnablement se demander si les personnels actuellement en charge du prêt entre bibliothèques ne pourraient pas être formés aux tâches de gestion de l’archive ouverte. A mon avis, les personnels experts du prêt entre bibliothèques ont de grandes compétences à apporter à l’archive : ils ont l’habitude de travailler avec des documents et avec des enseignants-chercheurs, dans une relation de face à face, et sont attentifs aux métadonnées et au contrôle de la qualité des documents transmis par voie électronique.

Travailler dans un domaine où l’activité et la demande ralentissent est déprimant ; travailler dans un domaine émergent où l’activité augmente est motivant. Une transition du PEB vers l’archive ouverte bien organisée, cela signifie que la bibliothèque aura plus de personnel disponible pour l’archive, selon un modèle qui reflète le changement dans les besoins. Et, ce qui est tout aussi important, une approche intelligente de cette transition pourra amener des bénéfices substantiels : dans le moral de l’équipe, et dans une culture organisationnelle ainsi plus positive. »

Heather Morisson, From interlibrary loans to institutional repository department: a natural transition.
[Crédit photo : wise wolf]

Advertisements

4 Responses to “Du PEB à l’AO”


  1. 1 pfffff 13/10/2007 à 00:00

    C’est pas gagné pour le PEB même si certains éditeurs commencent à progresser (envoi en PDF si DRM). Mais certains éditeurs veulent non seulement une redevance mais en plus une comptabilité et une traçabilité tatillonne de leurs articles.

    Cependant, avec l’inflation folle des revues scientifiques (notamment en sciences de la vie), avec les budgets en berne, les collections s’effritent, l »achat en documentation électronique stagne et finalement, le PEB va peut-être renaître de ses propres cendres et des propres contradictions du système. En tout cas, c’est l’un des scénarios possibles.

  2. 2 yyyyyy, idem 12/10/2007 à 00:00

    Je me suis même laissé dire que Mme Elsevier bradait la page d’article à 34 dollards !

    PEB PIB ILL AO .. que par ces sigles, le savoir continue à circuler !!! et les idées aussi…

  3. 3 zzzzzzzzzzz, conconservateur masqué. 04/10/2007 à 00:00

    … Toute la question est de savoir si Monsieur Sage et Madame Elsevier seront d’accord.

    Pour l’instant, ce n’est pas le cas : une demande de PEB pour un article de revue détenue par ces éditeurs ne peut pas être transféré par voie électronique (selon les avis des personnes chargés du PEB dans plusieurs SCD), même à l’unité et à un autre SCD.

    Ainsi, le SCD paie deux fois : l’éditeur d’abord, puis les frais liés à la reproduction et à l’envoi postal. Merci Monsieur Sage et Madame Elsevier !

    Enfin, comme disait déjà il y plus d’un sicle, et dans un autre contexte, la publiciste et écrivaine Flora Tristan, « quand tu n’as pas le droit, prend le gauche… »

    • 4 mxszcz 04/09/2016 à 16:00

      Deux remarques :
      – les collègues chargé.e.s du PEB se connaissent entre eux. Les envois de PDF sont courants et les éditeurs n’ont aucun moyen de les contrôler.
      – mon petit doigt me dit que « zzzzzzzzz, conservateur masqué » était à l’ENSSIB en 2006 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




octobre 2007
L M M J V S D
« Sep   Nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :