Université d’été du CLEO – Table ronde 1/2

2311309574_29ebef6f1b_m.jpgJ’ai pu assister le mois dernier à la table-ronde organisée en clôture de l’Université d’été du Centre pour l’édition électronique Ouverte. C’était très intéressant, même si, soyons franche, il n’y avait pas foule (pas plus d’intervenants que de public mais pas loin, et aucun bibliothécaire – sauf moi). Et il tombait des cordes, mais je m’égarre. J’ai pris pas mal de notes, du coup je scinde le compte-rendu en 2 posts distincts. Première partie : les différentes plateformes du CLEO, leurs évolutions, et un retour sur l’Université d’été.

Présentation du CLEO et de l’Université d’été (Marin Dacos, Directeur)
Démarche de constitution d’une nouvelle profession : l’édition électronique – métier en cours de structuration.

Le CLEO est la coquille institutionnelle créée pour accueillir Revues.org en 2007 (alors que le projet date de la fin des années 1990), c’est depuis peu une Unité Mixte de Service (UMS) sous tutelle CNRS / Université de Provence / Université d’Avignon / EHESS. Cela dit Revues.org reste un portail « oecuménique ». Son objectif n’est pas d’être une grosse plateforme française, mais clairement d’être une petite plateforme internationale (ouverture vers les pays d’Amérique du Sud et traduction des interfaces en cours). Les 4 piliers du CLEO sont :

Hypothèses : plateforme de carnets de recherche
La plateforme, lancée en 2007? accueille une cinquantaine de blogs, dont 25 sont mis en avant sur le site principal. Un conseil scientifique procède à la sélection des blogs, il reçoit environ 1 candidature par semaine. Il existe 3 niveaux de validation :
– l’acceptation de la création du blog (qui est peu visible sur la plateforme, pour que l’auteur « se fasse la main »)
– l’agrégation : le blog apparaît sur la page d’accueil, une fois que son auteur maîtrise ses contenus et ses outils
– l’éditorialisation : il s’agit de valoriser des contenus, sans doute sous la forme d’un « Carnaval des blogs ». La sélection des contenus à valoriser pourra, pour garantir une pluralité de regards, être ouverte à d’autres personnes que les seuls membres du conseil scientifique.
Hypothèses reste un prototype, un outil en devenir ; ce stade expérimental permet de voir quelle appropriation en font les chercheurs d’une part, et de tenir compte de leurs retours pour améliorer l’outil d’autre part. Exemple des compte-rendus de lecture, nombreux sur la plateforme : un système d’ajout des ISBN va être implémenté pour agréger les compte-rendus concernant le même ouvrage.

Manuscrits : plateforme de gestion éditoriale (backoffice)
Gestion des soumissions, du blind peer-review ; peut tout à fait gérer un circuit d’édition papier traditionnel (prise en compte de toutes les étapes, jusqu’au bon à tirer)

Revues.org : plateforme de revues en ligne
La grande nouveauté de 2009, c’est l’ouverture aux livres électroniques : c’est désormais un marché, dans lequel s’impliquent des acteurs majeurs (Google, Amazon, Apple), il faut que la recherche en fasse partie. Le problème est que le livre électronique reste un objet difficile à manipuler au niveau électronique.
Par ailleurs un partenariat avec Cairn permet de diffuser la partie commerciale de 24 revues ; ce qui évite au CLEO d’avoir à gérer un département spécifique à la commercialisation (et accessoirement permet d’échapper à une « guerre des portails » néfaste).
La recherche de modèles économiques pour l’open access a abouti a une solution mixte : le freemium. Cette solution permet à la plateforme de rester gratuite en amont (pour les auteurs) et en aval (pour les lecteurs). Comme les financements publics ne suffisent pas, des cotisations optionnelles vont être proposées aux revues, ainsi qu’aux bibliothèques universitaires (en 2010) : elles leur donneront accès à une dizaine de services supplémentaires (par ex pour les revues, la possibilité d’inclure des cartes interactives, des vidéos etc. Pour les BU, accès à des statistiques de consultation, interlocuteur spécifique et journées de formation) sur les 110 services proposés au total, qui seront soumis à une barrière mobile.
Prochainement, les livres électroniques produits par le CLEO seront disponibles à la vente dans des librairies en ligne (Immatériel, Feedbooks) : l’idée c’est que les contenus sur le réseau sont gratuits, et que ceux qui s’en détachent (téléchargement sur disque dur ou liseuses) sont payants ; c’est une expérimentation (réversible) qui va être mise en place avec des éditeurs volontaires. Autre étape à plus long terme : proposer de l’impression à la demande pour les revues ou livres aux éditeurs qui le souhaiteront (plus d’épuisés).

Calenda : agenda des événements en SHS
Plus de 10 000 événements déjà signalés, avec + de 100 000 visites par mois, c’est le plus gros poste en terme de statistiques de fréquentation.

Organisation : 1 personne à temps plein est chargée du référencement des ressources du CLEO. Les revues sont encouragées à maintenir un lien direct avec leurs lecteurs (module de création de newsletters) et à assurer aussi leur propre promotion. Côté technique, la plateforme est hébergée sur une vingtaine de serveurs à Lyon, gérée par 5 personnes.

Revues.org fonctionne avec une stratégie ouverte de management : tous les membres de l’unité ont accès à toutes les listes de diffusion ; le corollaire de cette volonté de transparence dans la communication interne est pour chacun un travail nécessaire sur la rédaction des informations et sur le vocabulaire utilisé. La diffusion de la compétence et des connaissances dans cet univers instable passe par une veille permanente sur l’édition électronique effectuée par l’ensemble des métiers de Revues.org.

2901783799_32cbf787dd_m.jpgL’université d’été du CLEO (M. Dacos)

[Mes notes reprennent le contenu du support de présentation – mais donnent moins mal au coeur ;-)]
Contexte : évolution des pratiques de lecture, le livre change mais ne disparaît pas > décomposition de la galaxie Gutenberg : recul de la presse écrite, dématérialisation du livre…
Google Book Search : on n’est plus en face d’un «simple» moteur de recherche, mais d’une grosse entreprise de numérisation (déjà 7 millions d’ouvrages numérisés).
Un marché des liseuses est en train de se créer : le Kindle, c’est déjà du business (30% des ventes sur Amazon se font sur de l’électronique). Verrouillage des prix et des formats par le trio Amazon, Apple et Google.
La menace, c’est d’arriver à un Minitel 2.0 = faire d’internet un tuyau fermé, totalitaire. En France, la vitesse de circulation des données sur internet est plus grande pour la réception que pour l’envoi des informations, cela limite les possibilités des internautes pour monter leurs propres serveurs (limitation volontaire du secteur marchand)

Il faut arrêter de parler du livre, qui se désintègre et devient avant tout un texte, qui a et aura d’autres modalités :

  • fluide
  • flux
  • immatériel
  • multiformats (problèmes d’optimisation qui font grimper les coûts)
  • reproductible
  • pléthorique (1,5 millions sur l’Open Content Alliance) : on est de plus en plus dans une économie de l’attention : il y a plus de documents que de lecteurs. D’où l’importance des labels, de la recommandation.
  • indexable (fonction oubliée des premiers outils)
  • sémantisable
  • liable
  • piratable
  • annotable : tags, favoris, notes (cf commentpress)

Les connexions entre les livres apportent de la valeur ajoutée à tous les livres > valeur de la recommandation, des liens de comparaison, de mise en perspective. Forge des livres = soumission / commentaires, capitalisation de la conversation scientifique, échanges internationaux (Exemple du Read Write Book, fil rouge de l’Université d’Eté).
Livre papier = objet fermé ; livre électronique = début d’une conversation (y compris pour la fiction).
Importance croissante des métadonnées (autant, voire plus que le livre lui-même) en terme de valeur ajoutée ; le problème est que cela revient très cher à mettre en oeuvre, d’ailleurs Google le fait mal (et le reconnaît : exemple de l’année 1899, qui comprend de nombreux exemplaires, et n’est en fait qu’un choix arbitraire suite à une fusion de plusieurs bases de données…)

Pour donner le meilleur du texte électronique, il faut qu’il puisse être :

  • Lisible dans un format ouvert
  • Recomposable (zoomable comme sur les iphone et ipod touch) – ce qui est une hérésie par rapport au processus de composition de l’édition traditionnelle des livres, il va falloir changer les mentalités.
  • Conservable : l’utilisation est actuellement limitée à une nombre défini de machines, ce qui interdit d’autres usages > objets génétiquement périmés par les DRM.
  • Manipulable – au moins autant que le format papier :
  • Copiable/collable
  • Inscriptible (annotable)
  • Citable : identifiable, avec des url pérennes, des métadonnées correctement renseignées (importance du nommage des fichiers – cf podcasts de France Inter vs ceux de RTL). La mise en place d’une vraie politique d’enrichissement des fichiers est nécessaire.
  • Interopérable : il faut faire communiquer les livres entre eux, les faire entrer dans la conversation (détection des citations entre les livres) – traçabilité de la vie intellectuelle du livre, de ses usages.

[photos : jonas_k, biblicone]

Advertisements

0 Responses to “Université d’été du CLEO – Table ronde 1/2”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




octobre 2009
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :