Archive pour février 2006

Unotchit (à vos souhaits)

Dans la série ‘On trouve de tout sur internet’, voici l’outil de dédicace à distance : Unotchit (pour ‘you no touch it’ façon SMS) permet aux auteurs de signer leur bouquins sans être physiquement présents dans la librairie.

Thèses électroniques : nature ou assaisonnées ?

Les interventions de l’Atelier international sur les thèses électroniques co-organisé par SURF, JISC et CURL à Amsterdam fin janvier sont disponibles en ligne. Neil Jacobs en a fait un compte-rendu dans le dernier numéro d’Ariadne. L’impression globale que l’on en retire est qu’il reste pas mal de travail à faire, et pas seulement chez nous : le panorama des solutions et projets en cours dans les 11 pays participants montre clairement l’hétérogénéité des pratiques à l’échelle européenne. Et les débats (sur l’interopérabilité, l’enrichissement et la gestion des thèses élec), reflètent l’étendue de la recherche à mener sur ces thèmes.

Dans sa conclusion, Neil Jacobs souligne le fait que la question de la pertinence d’un traitement spécifique pour les thèses (par rapport aux autres supports des résultats de recherche) reste ouverte : les « pour » mettant en avant les spécificités liées au workflow, au copyright, à un besoin d’évaluation (dans le cadre de l’harmonisation des diplômes), et les « contre » arguant de la meilleure efficacité d’un traitement global des résultats de la recherche dans le contexte international, et remettant en question l’intérêt scientifique de la thèse pour la recherche.

Il y avait aussi des français, à cette manifestation internationale, essentiellement une intervention de Lyon 2, extrait : « La France souffre d’un manque chronique de personnel technique au niveau local, ainsi que d’un centralisme chronique. Si l’approche centralisée est intellectuellement parfaite pour un système éducatif centralisé, elle est concrètement inefficace et conçoit « l’édition numérique » simplement – au mieux – comme une dématérialisation des documents ; les paradigmes fondamentaux n’en sont pas modifiés. […] Au lieu de se baser sur les réseaux et le fédéralisme, en laissant chaque institution ou fédération d’institutions mettre en oeuvre sa propre production en conformité avec les standards internationaux – ce qui implique des ressources humaines et une certaine expertise -, et chaque étudiant ou chercheur accomplir sa part du travail en produisant des documents structurés – ce qui implique de la formation et un développement à long terme -, on focalise sur les aspects technocratiques de la procédure. Le résultat probable, d’après les spécialistes auxquels j’ai parlé, est que le système [centralisé] sera redondant avec certaines structures et procédures locales, ne s’intéressera qu’au signalemement et pas à l’accessibilité du contenu, et surtout encouragera l’archivage dans des formats disponibles (moins « chers ») comme le pdf (ou pire). Certains analystes disent même que le système STAR marque la fin de l’engagement de la France dans la production de documents XML. »

No comment.

A big mistake

« Nous avons certainement étendu la durée [du copyright] peut-être — et même pas peut-être, d’ailleurs — de manière excessive. Je pense que c’est trop long. Je pense que c’était sans doute une grosse erreur, mais que le Congrès pouvait faire. »

Mary-Beth Peters, chef du bureau américain du copyright, lors d’une conférence sur la propriété intellectuelle, la créativité et l’innovation organisée par l’University of North California.

[via Boing Boing]

Ranganathan

SR Ranganathan est un mathématicien & bibliothécaire indien connu notamment pour avoir inventé la classification à facettes. Il a également défini les fameuses 5 lois de la bibliothéconomie. Il me semble, mais après tout je ne suis pas dans la profession depuis assez longtemps pour le dire avec certitude, qu’il y a un genre de revival des idées de Ranga dans le milieu aux US, enfin, c’est ce que je me suis dit en lisant ce post sur blogwithoutalibrary, qui commente une intervention lors de la conférence de l’OLA (Ontario Library Association) intitulée : User-Created Content: Is there a Role for it in the Library’s OPAC? – l’ensemble des posts relatifs à cette conférence, et ils sont tous intéressants, est accessible grâce au tag OLA2006.

Et aussi après avoir lu ce post, dans lequel unamable tente de nous montrer que Ranga est décidément très web 2.0.
Est-ce qu’on parle de Ranganathan dans les écoles de bibliothécaires en Europe ?

Mide à jour du 28/02/06 : Tiens, encore un pre-print intitulé Application of Ranganathan’s laws to the web.

Démission & suppressions

Ted Bergstrom vient de faire passer via Liblicense le courrier de démission de Max Steuer, enseignant et accessoirement responsable éditorial pour une revue d’économie publiée par Emerald. Alerté notamment par les publications de Phil Davis sur les pratiques de re-publication multiple d’Emerald découvertes l’an dernier, Max Steuer s’est rendu compte que travailler gratuitement pour cette revue confidentielle (qui n’a même pas d’impact factor) facturée à environ 6 000£ par an ne servait pas vraiment l’intérêt de la science ni sa communication au plus grand nombre : « … la politique tarifaire de cette revue n’était pas compatible avec la culture et les pratiques de la communauté universitaire. C’est une erreur de ma part de ne pas m’en être préoccupé avant d’accepter le poste. Je supposais simplement que les coûts et le reste de la politique éditoriale correspondaient en gros au standards du milieu académique. Il s’avère que ce n’est pas le cas ».
Par ailleurs, les bibliothèques de l’Université de Louisville, Kentucky, annoncent un déficit d’environ 500 000$ (sur un budget global de 7 millions de $) pour l’année 2006, et donc des suppressions d’abonnement papier et électronique à prévoir, si elles n’obtiennent pas de financement supplémentaire. Un bibliothécaire rappelle que « les versions électroniques peuvent grimper de 10 à 40% par an, alors que les abonnements papier augmentent avec constance de 10% annuellement ».

[Infos via Liblicense, OAN, et mon portrait en simpson (vous ne m’aviez pas reconnue ?) sur le simpsomaker]

Ca wikite à l’université (et des fois dans les biblis)

Précurseur dans l’implémentation de plateformes de blogs, l’Université du Minnesota vient de lancer sa plateforme de wiki : tous les étudiants, enseignants et personnels peuvent s’enregistrer et créer leur propre espace wiki ; il semble que la bibliothèque – dont le site est par ailleurs très bien -, n’ait pas encore mis en place le sien. Contrairement à ce qui se fait ailleurs, par exemple à la St. Joseph County Public Library (Indiana), qui a mis ses guides de recherche thématiques sur un wiki, ou dans les bibliothèques de l’Université de l’Ohio, qui proposent sur le Biz Wiki moultes ressources orientées business, ou encore à la Butler University qui propose un détail de ses bases de données sur le Butler WikiRef. Il y a aussi des bibliothécaires qui utilisent l’outil wiki comme support de cours, par exemple.

Digg

Connaissez-vous Digg ? C’est un site de news orienté techno alimenté par ses propres lecteurs. En clair : j’ai repéré une info intéressante, je poste son lien et j’explique en quelques phrases de quoi ça parle. Les autres utilisateurs en prennent connaissance, ça leur plaît ? Ils peuvent lui attribuer un vote, elle rejoindra peut-être les news les plus populaires sur la page d’accueil de Digg. La force du système, c’est une communauté assez large, très réactive, et des outils permettant d’assurer un genre de « contrôle éditorial » sommaire : les news peuvent être signalées comme spam, comportant un lien erroné, déjà diffusées, dont les contenus sont inappropriés… Of course on peut suivre par des fils rss les news de la page d’accueil, mais aussi les résultats de ses recherches et, cerise sur le cake, voir les modifications du site en temps réel (comme le fait aussi Livemarks pour del.icio.us). Cool.


février 2006
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.