Archive pour février 2007

CongRSS

medium_182897427_21419a9c4f_b.jpgEncore un exemple de syndication thématique performant avec le site d’Open congress, qui agrège des données officielles issues du Congrès américain (projets de lois, amendements,…) avec des posts de blogs et des infos de presse. Tout grace à quoi ? Au format xml, qui est proposé en « sortie » standard pour la plupart des données disponibles sur Thomas (l’équivalent de notre Légifrance en mieux, si j’ai bien compris), et peut se mixer avec tous les fils rss imaginables.
Il y a aussi une page pour chaque parlementaire, comme on en voit ici sur le site du Sénat (tiens, il y a un blog) et de l’Assemblée Nationale (tiens, il y a un fil rss), qui liste leurs différentes activités, mandats et affiliations. Là où ça change, c’est dans l’utilisation des outils sociaux pour croiser les données : on trouve en bas de chaque fiche un indicateur du vote des parlementaires (le sénateur X vote le plus souvent avec le sénateur Y, comme chez Amazon), ainsi qu’un fil d’info sur les parlementaires dans la presse et dans les blogs.

On trouve également des infos sur les multiples commissions et sous-commissions, les lobbies industriels, etc…

Publicité

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le wiki…

medium_355907066_2ec9688896.jpgEt oui, le programme 5 weeks to a social library continue, avec cette semaine un focus sur les wikis.
Côté screencasts, j’ai vu la très intéressante présentation Using Mediawiki Open-Source Software as Infrastructure for Electronic Resource Outreach, qui présente l’organisation de la FSU pour la gestion des ressources électroniques et les différents outils qui ont été mis en place sur le wiki pour l’assitance à l’utilisateur sur ces ressources (une fiche par sujet, un accès via Meebo, Plugoo ou Chatango à la messagerie instantanée : ça a l’air tout simple, mais bon, on ne le fait pas chez nous).
J’ai bien essayé de visionner d’autres screencasts, mais c’était vraiment inaudible, il faudra que je voie si ça marche sur un autre poste (ou vous pouvez tester et me dire dans les commentaires si ça marche ou bien si la réception est aussi pourrie que chez moi).

A noter aussi ces sites de « bibliothèques qui wikitent » que je ne connaissais pas :
– La BU de l’USC Aiken Gregg – Graniteville, entièrement fait sur un moteur de wiki (et ses pages sur l’évaluation des articles, des revues, des sites web)
– La Bull Run Library : une bibliothèque publique qui propose ici ses news et des liens externes et m’a permis de découvrir le site Internet library for librarians, un genre d’annuaire de sites spécialisés qui a l’air de couvrir la plupart des domaines bibliothéconomiques. J’aime bien aussi la page sur les bonnes idées des autres bibliothèques, qu’on verra rarement, question de culture, sous nos lattitudes.
A suivre le 01/03/07, deux webcasts alléchants : The Wonderful World of Wikis: Applications for Libraries, par Chad Boeninger, alias le bloggueur de Library voice et The how of wikis, par Starr Hoffman (rien à voir avec Joey) alias the geeky artist librarian, qui gère accessoirement le Cybercemetery, le site d’archivage des agences et programmes gouvernementaux américains qui sont arrivés à expiration…

PS : La mise en parallèle des 2 photos fera peut-être pardonner l’indigence (assumée) du titre de ce post … 🙂

René D. blogue

Dans la série des « acronymes et autres appellations tuyau de poêle », après Roger T. Pédauque, voici René D. Blog, qui est le nom officiel de la plateforme de blog de l’Université Paris 5 René Descartes.

Que ce choix de nom improbable ne nous empêche pas de saluer l’initiative (découverte à la lecture du dernier numéro du magazine de l’opération MIPE, comme quoi…), qui affiche 237 bloggueurs en activité au sein d’une vingtaine de communautés. On peut consulter les blogs par communauté, ou bien le blog général, qui globalise toutes les contributions des différents blogs (si j’ai bien compris). Et qui annonce en ce moment un séminaire sur l’indexation et la visibilité des ressources pédagogiques qui a l’air fort intéressant (cliquez sur le post pour accéder au programme).

Nouveautés annoncées sur Science Direct

Elsevier annonce pour mi avril l’intégration de plusieurs nouvelles fonctionnalités sur son produit-phare Science Direct : des fils rss (il était temps), un service de live tchat avec le helpdesk, le support d’OpenURL 1.0.

Apprendre avec l’INA

medium_mire.jpgOn a beaucoup entendu parler, au moment du lancement du site public de l’INA, des problèmes de saturation du serveur, pas prévu pour l’enthousiasme délirant du public pour les souvenirs télévisuels de plusieurs générations. Et puis ça s’est calmé, et on peut désormais consulter le site en toute tranquillité, voire acheter des programmes en ligne (enfin sauf si on est sur mac mais c’est une autre histoire). Apprendre, une nouvelle rubrique dédiée aux contenus pédagogiques, a été mise en place en partenariat avec l’Education Nationale fin 2006. Elle se découpe en 2 parties :
Après l’école
, pour les scolaires (collège et lycée, par matière et par niveau), et Aller plus loin, plus susceptible d’intéresser les étudiants. On y trouve notamment :
– Les entretiens : autour de plusieurs thèmes, des heures de rencontres filmées avec des philosophes, des musiciens, des historiens, des réalisateurs, des anonymes aussi (Mémoires de la Shoah). Ces entretiens sont réalisés par le service de production de l’INA, dans le cadre de sa mission patrimoniale. Les fonctionnalités disponibles pour chaque document sont précieuses et très bien pensées : transcription complète du texte, moteur de recherche sur les mots, chapitrage, repères bibliographiques.
– Les Jalons pour l’histoire du temps présent : sous la forme d’une frise chronologique, une sélection en images qui illustrent les événements marquants entre 1919 et 2005, déclinée par thème (culture, économie et société, sciences et techniques, vie politique, relations internationales, seconde guerre mondiale). Chaque séquence s’accompagne d’une fiche pédagogique qui explique le contexte dans lequel l’événement s’est produit, d’une fiche d’analyse média, qui éclaire sur les conditions techniques de réalisation et les effets employés, ainsi que de la transcription textuelle.
C’est remarquablement bien fait, et librement accessible à tous (il existe aussi une formule d’abonnement, notamment pour les établissements scolaires, qui permet aux enseignants d’imprimer les fiches contextuelles et de télécharger les séquence pour les réutiliser en classe) ; du vrai bon service public, en somme.

Second Life et moi

medium_40836627_6eb14c79c3_o.jpgSecond Life est au programme de l’émission Du grain à moudre sur France Culture ce soir (17h-18h). Je ne suis pas vraiment, contrairement à Vagabondages ou à Figoblog, une spécialiste de la chose : sur mon vieux Mac, je n’ai jamais réussi à installer le logiciel – et a priori plus ça va, moins j’apprécie les outils à installer en local (en général c’est pas prévu pour mon OS, ça marche pas, faut faire xx mises à jour, ça oblige à utiliser toujours la même machine, etc). Vu de l’extérieur, finalement, ça ressemble un peu à un genre de Monopoly amélioré, avec de la vraie-fausse monnaie, sauf que personne ne joue vraiment (on nous l’a dit partout : ce n’est pas un jeu, mais un univers virtuel ; du coup j’avoue n’avoir pas encore trop perçu l’intérêt du truc).

Et puis en fait j’ai déjà ma propre « second life » : on peut me voir, m’entendre, me lire, m’écrire… sans jamais me rencontrer en vrai ;-))

Combien ça coûte ?

medium_172753337_aef56ac6d0_m.jpgDites, vous savez combien ça coûte, de faire intervenir un professionnel des bibliothèques dans une conférence américaine ? Dans le n° de février de Cites & Insights, Walt Crawford nous dit que lui, il prend dans les 1500$, déplacement, hébergement et repas en +. Il évoque une enquête menée il y a quelques temps par Rachel Gordon Singer sur les tarifs pratiqués dans le milieu. Selon le genre de manifestation, le tarif des prestations varie entre 240$ et 1100$, pour ceux qui se font payer, ce qui n’est pas la règle : entre un et deux tiers des intervenants (selon le type de manifestation) se produisent gratuitement. Et vous, c’est combien ? 😉

Mercredi, c’est wiki !

medium_387052575_6ffeacfd94_m.jpgIl se passe toujours quelquechose d’intéressant sur LISnews, la communauté électronique des bibliothécaires. Cette semaine, une initiative intéressante pour alimenter les wikis bibliothéconomiques qui souffrent, comme la plupart des wikis, d’un faible nombre de contributeurs. Donc tous les mercredi, LISnews mettra en avant un article de wiki qui a besoin d’être amélioré, enrichi, ou simplement créé ; le premier article à l’honneur, c’est celui sur le conseil aux lecteurs de LisWiki, qui manque visiblement de consistance. Ca serait peut-être une idée suivre pour alimenter certains wikis francophones

A book ?

Pour bien commencer la journée, allez donc voir cette vidéo sur la naissance du livre comme outil révolutionnaire.

5 semaines…

medium_370043832_192a349c68_o.jpgEt c’est parti : coup d’envoi aujourd’hui de 5 weeks to a social library, le séminaire gratuit entièrement en ligne pour maîtriser les outils 2.0 et les intégrer dans sa bibliothèque. Cette semaine, le blog est à l’honneur et quelques screencasts sont disponibles :
– Un blog de bibliothèque, pour qui, pourquoi, et surtout comment : From writer’s block to library blog par Anne Welsh (le débit vocal est très lent, mais ça aide à comprendre l’accent rocailleux de l’intervenante)
Using the tools – how millenials use the world wide web, ou comment les « millénials » (« milléniaux » ? « milléniens » ? « millénistes » ?), brefs les djeunz de moins de 20 ans utilisent le web, par Jami Schwarzwalder, une bibliothécaire de 23 ans, spécialiste des jeux vidéos. Ca me paraît important de comprendre ces usages pour qui veut faire de la prospective en bibliothèque, je me demande seulement si tout est transposable ici, j’ai la vague impression que les technologies sont moins maîtrisées par les jeunes en France, si quelqu’un a des données + précises qui confirment ou infirment ce sentiment, je suis preneuse.

A suivre…


février 2007
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.