Travailler autrement

« Nous devons apprendre de nouveaux modes de travail si nous voulons maximiser la valeur de Koha dans nos organisations :

– Réfléchissez en fonction de ce que VOUS voulez, et pas de ce qui existe

– Apprenez les compétences de base de l’administration du système, et prenez la responsabilité du paramétrage de Koha pour qu’il soit conforme à ce que VOUS voulez

– Devenez à l’aise sur un outil de réseautage comme irc

– Apprenez à identifier, à décrire et à signaler les bugs, puis à tester les corrections

– Dites-vous « et si… ? » – et proposez des suggestions d’améliorations

– Puis rejoignez la conversation au sein de la communauté, pour vous assurer que les développeurs aient bien compris ce que vous vouliez, et réfléchissez au moyen de l’inclure dans la branche de développement principale

– Trouvez un développeur pour réaliser ce dont vous avez besoin si vous même n’êtes pas programmeur

– Apprenez à demander de l’aide et à en donner aux autres

– Partagez vos analyses et réflexions, vos trucs et astuces et vos supports internes (comme des tutoriels ou des vidéos)

– Devenez un adepte du travail collaboratif sur les wikis

– Financez des développements pour la communauté, sans les garder égoïstement pour vous-mêmes

– Et co-financez des développement conséquents avec d’autres organismes pour en partager les coûts, et que cela bénéficie à tout le monde ».

Ce sont les suggestions que Joann Ransom propose aux bibliothécaires qui se lancent dans l’aventure du libre avec Koha dans Users vs developpers : not in my universe ! Elle souligne la nécessité de sortir de la relation traditionnelle client-vendeur – pourtant si confortable – pour que les bibliothécaires arrivent à reprendre le contrôle de leur outil de travail. Il me semble qu’en France, on est loin de certains points de cette liste (passer à IRC après des décennies de messagerie, c’est pas gagné…), mais on se rapproche d’autres (le SUDOC a amené une certaine forme de travail collaboratif, au moins parmi les catalogueurs). Ce qui me paraît crucial ici, c’est le fait de savoir ce que nous voulons : finalement, avons-nous jamais réfléchi à ce que devrait être notre SIGB idéal ? Ne nous contentons-nous pas bien souvent de reproduire à l’identique les spécifications du système précédent dans nos cahiers des charges de réinformatisation ?

[photo : LuChOeDu]

Advertisements

3 Responses to “Travailler autrement”


  1. 1 Risu 01/03/2010 à 20:08

    Il y a eu une tentative de lancement d’une réflexion commune sur le SIGB idéal sur Bibliopédia : http://www.bibliopedia.fr/index.php/C

  2. 2 Bambou 09/02/2010 à 12:14

    Il y a en effet beaucoup de bonnes choses dans cette check liste informelle, un peu à la Prévert mais je crois qu’il s’agit bien, au-delà des principes et des bonnes intentions, de repenser un mode de management (organisationnel, relationnel, stratégique) dans son ensemble avant de faire le choix de Koha, surtout si l’on souhaite se positionner en contributeur et pas seulement en utilisateur.
    En posant en amont, entre autres, les questions suivantes :
    A quoi sert un SIGB aujourd’hui ? Quelle est sa place au sein d’un système d’information ?
    Qui seront les acteurs du projet (chef de projet, référents, testeurs…), leurs missions, activités (avec elles, les niveaux de permission) et compétences requises (techniques, méthodologiques, pédagogiques…)? Comment se positionnent-ils dans l’organigramme ? Quelle est leur « durée de vie »
    Quel sera le mode de collaboration avec la DSI ?
    Quelle communication mettre en place autour de l’outil (en interne + public) ?
    Quel sera l’outil utilisé pour le suivi de l’application ? Partagé par qui ?
    Comment se positionnera l’établissement au sein de la communauté Koha = Contributeur, participant, suiveur, utilisateur…?

    En somme, quelles sont les conditions structurelles et systémiques de mise en oeuvre d’un projet open source, au-delà du mouvement, de l’état d’esprit ou des recettes à appliquer ?
    Je préconise pour ma part d’associer les principes de la démarche rationnelle (méthodologique, programmatique, analytique…) et de la méthode agile (heuristique, holistique, incrémentelle, interactionnelle…)
    …et bien sûr de rencontrer ceux qui utilisent déjà Koha, pour profiter de leur expérience, recueillir leurs avis, ne pas faire les mêmes erreurs…
    Bien kohament
    J.Pouchol

  3. 3 Stéphanie 05/02/2010 à 12:44

    Peut-être qu’on devrait réfléchir ensemble, et publiquement, à ce que serait ce SIGB idéal ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




février 2010
L M M J V S D
« Jan   Mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Archives

Licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 3.0 France.

%d blogueurs aiment cette page :